Accéder au contenu principal

Les Maîtres enlumineurs [Robert Jackson Bennett / Laurent Philibert-Caillat / Didier Graffet]

Les sorties se suivent mais ne se ressemblent pas.
Au début du mois, le deuxième tome de GNOMON [Pour en savoir +] était commercialisé par Albin Michel Imaginaire™. Le 31 ce sera au tour du roman de Robert Jackson Bennett de faire son apparition en librairie, toujours chez AMI. 
Si les deux tomes de Nick Harkaway se situaient plutôt du côté du spectre expérimental de la littérature de genre, « Les Maîtres enlumineurs » est le premier tome d'une trilogie nettement plus accessible. Un roman que j'ai eu le plaisir de lire en avant-première grâce à Gilles Dumay et à Albin Michel Imaginaire™. 
            Si le ton général ressortit à un récit de « Crapule fantasy », avec son lot de péripéties dont on ne peut rapidement plus se passer. « Les Maîtres enlumineurs » offre surtout un monde secondaire qui rappellera l'un des très nombreux « futurs antérieurs » de la Science-fiction. Ici le passé est recalibré à l'aune d'un futur arrivé plus tôt, sous la forme d'une transposition de la programmation informatique face à l'épistémè de la Renaissance.
            Tevanne est une ville partagée entre plusieurs Maisons marchandes qui maîtrisent les richesses et l'art de l'enluminure. Autrement dit l'inscription de sigils (ou sceaux) sur des objets, pour leur faire accomplir des actions contraires aux lois de la physique.
Par exemple faire tourner les roues d'une carriole, sur un terrain plat ou en côte, en leur faisant « croire » qu'elles sont dans une descente. Ou augmenter l'impact d'un carreau d’arbalète en lui faisant « croire » que sa masse est supérieure à ce qu'elle est en réalité. Ou encore réaliser des opérations à distance.
Bref, l'art de l'enluminure selon Robert Jackson Bennett tient autant de la programmation informatique chère aux cyberpunks, que de la Magie du chaos telle qu'envisagée par Austin Osman Spare.
            Si une partie du plaisir qu'on prend à lire « Les Maîtres enlumineurs » vient des nombreux retournements de situation visant à favoriser les désirs des différents personnages, les astuces pour rendre crédible le système magique de l'enluminure dans le contexte propre à l'ensemble des connaissances scientifiques de la Renaissance, en sont un complément tout aussi apprécié.         
            « Les Maîtres enlumineurs »
offre donc 620 pages d'aventures mouvementées sous une très belle couverture de Didier Graffet, dans un monde à la fois familier mais pourtant insolite. C'est cette distanciation cognitive, qu'on réserve d'ordinaire à la Sf, qui achève de faire de ce roman un redoutable page-turner.
Le deuxième tome, dont le titre provisoire est pour l'instant Le Retour du Hiérophante, un pavé de 650/700 pages, au titre programmatique alléchant, devrait entrer en fabrication d'ici le début de la semaine prochaine. 
 
(À suivre .....)

Commentaires

  1. Ce n'est pas mon genre de lecture mais je suis émerveillé par ce monde et ces histoires d'enluminures. J'en suis à la moitié et je regrette de ne pas avoir plus de temps pour le lire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu n'es pas trop amateur de Fantasy ?

      Supprimer
    2. Pas du tout, j'ai horreur de ca mais là ca passe sans soucis. (un petit côté scientifique qui m'attrape)

      Supprimer
  2. J'aime lire de la fantasy de temps en temps, celui-ci j'ai une grosse envie de le lire, la thématique de l'enluminure, je trouve ça intéressant et pas commun finalement en sf/fantasy.
    Mon seul problème c'est que j'ai parfois du mal à terminer les trilogies, va falloir que je m'accroche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si la qualité du premier tome persiste, les trois tomes devraient se lire sans anicroche.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er