Accéder au contenu principal

Les Maîtres enlumineurs [Robert Jackson Bennett / Laurent Philibert-Caillat / Didier Graffet]

Les sorties se suivent mais ne se ressemblent pas.
Au début du mois, le deuxième tome de GNOMON [Pour en savoir +] était commercialisé par Albin Michel Imaginaire™. Le 31 ce sera au tour du roman de Robert Jackson Bennett de faire son apparition en librairie, toujours chez AMI. 
Si les deux tomes de Nick Harkaway se situaient plutôt du côté du spectre expérimental de la littérature de genre, « Les Maîtres enlumineurs » est le premier tome d'une trilogie nettement plus accessible. Un roman que j'ai eu le plaisir de lire en avant-première grâce à Gilles Dumay et à Albin Michel Imaginaire™. 
            Si le ton général ressortit à un récit de « Crapule fantasy », avec son lot de péripéties dont on ne peut rapidement plus se passer. « Les Maîtres enlumineurs » offre surtout un monde secondaire qui rappellera l'un des très nombreux « futurs antérieurs » de la Science-fiction. Ici le passé est recalibré à l'aune d'un futur arrivé plus tôt, sous la forme d'une transposition de la programmation informatique face à l'épistémè de la Renaissance.
            Tevanne est une ville partagée entre plusieurs Maisons marchandes qui maîtrisent les richesses et l'art de l'enluminure. Autrement dit l'inscription de sigils (ou sceaux) sur des objets, pour leur faire accomplir des actions contraires aux lois de la physique.
Par exemple faire tourner les roues d'une carriole, sur un terrain plat ou en côte, en leur faisant « croire » qu'elles sont dans une descente. Ou augmenter l'impact d'un carreau d’arbalète en lui faisant « croire » que sa masse est supérieure à ce qu'elle est en réalité. Ou encore réaliser des opérations à distance.
Bref, l'art de l'enluminure selon Robert Jackson Bennett tient autant de la programmation informatique chère aux cyberpunks, que de la Magie du chaos telle qu'envisagée par Austin Osman Spare.
            Si une partie du plaisir qu'on prend à lire « Les Maîtres enlumineurs » vient des nombreux retournements de situation visant à favoriser les désirs des différents personnages, les astuces pour rendre crédible le système magique de l'enluminure dans le contexte propre à l'ensemble des connaissances scientifiques de la Renaissance, en sont un complément tout aussi apprécié.         
            « Les Maîtres enlumineurs »
offre donc 620 pages d'aventures mouvementées sous une très belle couverture de Didier Graffet, dans un monde à la fois familier mais pourtant insolite. C'est cette distanciation cognitive, qu'on réserve d'ordinaire à la Sf, qui achève de faire de ce roman un redoutable page-turner.
Le deuxième tome, dont le titre provisoire est pour l'instant Le Retour du Hiérophante, un pavé de 650/700 pages, au titre programmatique alléchant, devrait entrer en fabrication d'ici le début de la semaine prochaine. 
 
(À suivre .....)

Commentaires

  1. Ce n'est pas mon genre de lecture mais je suis émerveillé par ce monde et ces histoires d'enluminures. J'en suis à la moitié et je regrette de ne pas avoir plus de temps pour le lire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu n'es pas trop amateur de Fantasy ?

      Supprimer
    2. Pas du tout, j'ai horreur de ca mais là ca passe sans soucis. (un petit côté scientifique qui m'attrape)

      Supprimer
  2. J'aime lire de la fantasy de temps en temps, celui-ci j'ai une grosse envie de le lire, la thématique de l'enluminure, je trouve ça intéressant et pas commun finalement en sf/fantasy.
    Mon seul problème c'est que j'ai parfois du mal à terminer les trilogies, va falloir que je m'accroche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si la qualité du premier tome persiste, les trois tomes devraient se lire sans anicroche.

      Supprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®