Accéder au contenu principal

🦈 Gnomon t2 : un whodunit métaphysique

« Diana Hunter, 60 ans, divorcée sans enfants, écrivaine spécialisée en Réalisme magique est morte en garde à vue. L’inspectrice d’investigation d’échelon A, Mielikki Neith, est chargée de faire la lumière sur ce décès ». 
            Programmé pour être disponible dès le 3 mars 2021, le deuxième tome de GNOMON reprend exactement là où son prédécesseur s'était arrêté [Pour en savoir +].
C'est d'autant plus vrai que, comme vous le savez peut-être, l'histoire a été écrite par Nick Harkaway pour être publiée (ce qu'elle a été) d'un seul tenant. 
En apprenant qu'en France son roman serait partitionné en deux, l'écrivain britannique a d'ailleurs proposé de réécrire la fin de ce qui allait devenir le premier tome, pour faciliter la transition. Mais Gilles Dumay, le directeur d'Albin Michel Imaginaire™, a décidé que le chapitre intitulé « voix sur vinyle rayé », qui conclut donc le premier tome, avait toutes les qualités requises pour le faire, sans qu'il soit nécessaire de modifier le texte original.
            Si la société dans laquelle vit Mielikki Neith anticipe ce qui pourrait bien nous arriver dans un avenir plus ou moins proche, toutes choses égales par ailleurs, le roman s'articule visiblement d'après les codes du whodunit.
Autrement dit du récit policier tel qu'imaginé par Edgar Allan Poe dès 1841, et qui n'a jamais cessé de faire le bonheur de ses aficionados
Mais, et ce deuxième tome confirme mes soupçons, GNOMON ressort à un avatar du genre : le whodunit métaphysique.
            Que l'on se trouve face à une enquête policière tombe sous le sens. Cependant, très rapidement, GNOMON procède à une mise en abyme, et l'identité-palimpseste de la victime subvertit petit à petit la rationalité de l'enquêtrice. Mielikki Neith devient, malgré elle, la victime d'une enquête qui semble sans fin, où Diana Hunter serait sa Shéhérazade. Les « preuves » qu'elle découvre ainsi ne lui sont d'aucun secours, alors même que son implication dans le processus à l’œuvre fait de moins en moins de doute.
Des thèmes que justement Patricia Merivale et Elizabeth Sweeney ont identifiés comme étant à même d'appartenir, et surtout de caractériser, le roman policier métaphysique.
L'élan investigateur suscité s'ouvre dès lors sur un autre dessein. 
            Roman de l'échec, le whodunit métaphysique rechigne en effet à la clôture narrative si caractéristique de son modèle traditionnel. Idem en ce qui concerne le détective en tant que lecteur de substitution. Ces contre-mesures ne résistent pas à révéler sa vraie nature :« poser des questions relatives à la formation du monde et de l'être au sein d'icelui ».
« Vaste programme » aurait pu dire le Général.
Confinant au Sublime tel que théorisé par Edmund Burke, le whodunit métaphysique a un effet de sidération, de terreur, et de solitude, dont le sillage qui parcourt le roman, n'aura pas échappé aux lecteurs, pas plus qu'aux lectrices de GNOMON.
Sa conclusion (?), tout en stupéfaction, est certainement ce qu'il est permit d’appeler, à la suite de Burke, un « plaisir négatif », conséquence de l'atténuation d'une terreur délicieuse dont on garde néanmoins l'empreinte.
GNOMON ou, la curiosité comme passion fatale.
 
🦈 Tous mes remerciements à Albin Michel Imaginaire™ pour m'avoir envoyé un exemplaire du roman de Nick Harkaway en avant-première. 

Commentaires

  1. J'ai lu attentivement les critiques de chacun et ça me parait complexe tout ça, pas accessible à tous de prime abord, il faut être prêt à "souffrir" un peu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un peu est un euphémisme...
      Content de l'avoir lu mais je suis probablement passé à côté de beaucoup de chose.

      Supprimer
    2. Je ne sais pas si « souffrir » est le terme que j'utiliserais, mais GNOMON est un livre qu'il faut lire en étant très attentif, et qui accorde à sa propre nature, un soin formel qui n'est pas dû au hasard.
      Ce n'est pas, à mon avis, un livre qu'on lit pour se distraire, de manière un peu automatique.
      Il demande un investissement, c'est sûr. [-_ô]

      Quant à passer à « côté de beaucoup de choses » c'est le lot de tous les lecteurs. Mais d'un autre côté, on y voit aussi des choses qui ont parfois échappé aux romanciers. [-_ô]

      Supprimer
  2. Pour l'avoir lu deux fois en entier (une fois en anglais, une fois en français) et certains passages quatre ou cinq fois à cause des questions de la préparatrice de copie, Gnomon me semble un peu relever du livre infini ou fractal : on découvre des choses à chaque lecture ou relecture ; par contre, le propos est évident dès qu'on a fini sa première lecture. René-Marc Dolhen, sur la Noosfère, le traduit parfaitement bien à mon sens. J'ai encore plus de plaisir à le lire en français, car beaucoup de choses pourtant évidentes m'avaient échappé en VO.

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le téléphone de M. Harrigan [Stephen King / Jean Esch]

Première nouvelle sur les quatre que contient le dernier recueil de S tephen K ing commercialisé en France, « Le téléphone de M. Harrigan » est un joli tour de force.             Superficiellement inoffensive, K ing y joue avec un cliché des histoires d'épouvante auquel n'importe quel aficionados du genre a déjà pensé, « Le téléphone de M. Harrigan » vaut surtout pour le portrait très naturaliste d'un enfant et des ses relations proches. Cela dit, les quelques coups de fils que Craig passera à monsieur Harrigan , et le malaise qui s'ensuivra, ne sont en aucun cas des pièces rapportées qui jurent avec le reste. La nouvelle est au contraire un ensemble très homogène, où l'incursion du surnaturelle appuie là où il faut.             Paradoxalement, alors que l'histoire se déroule au XXI ème siècle, l'impression de se retrouver au cœur des années 1950 ne m'a pas quitté durant toute ma lecture. Du moins des fifties idéalisées ; celles d'une société éta

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

VURT [Jeff Noon / Marc Voline]

La réputation est, comme chacun sait, la somme des malentendus qu’on accumule.              Récipiendaire, en 1994, d’un prix Arthur C. Clarke © , pour son premier roman (dont il est ici question) publié l’année précédente chez Ringpull Press™, une maison d’édition mise sur pieds par les employés de la librairie où travaillait J eff N oon. Ce qui en fait de facto un roman Sf. Associé à la génération « Trash » made in I rvine W elsh & J ohn K ing. Comparé à W illiam G ibson le « pape » du cyberpunk™, J eff N oon est peut-être, surtout, un auteur « culte », à l’aune de ce que je sais de sa réception en France .  Du moins dans l’acception qui définit (ici) un romancier passé sous le radar des lecteurs, dont un petit comité entretient néanmoins la permanence dans l’une des plus obscures marges du quadrant de la culture.  Cela dit, pour qu’un auteur « culte » le soit, il faut bien évidemment qu’il ne le soit plus. Qu’il accède à une certaine notoriété, pour que ceux qui ne l’avaient p