Accéder au contenu principal

🦈 Gnomon t2 : un whodunit métaphysique

« Diana Hunter, 60 ans, divorcée sans enfants, écrivaine spécialisée en Réalisme magique est morte en garde à vue. L’inspectrice d’investigation d’échelon A, Mielikki Neith, est chargée de faire la lumière sur ce décès ». 
            Programmé pour être disponible dès le 3 mars 2021, le deuxième tome de GNOMON reprend exactement là où son prédécesseur s'était arrêté [Pour en savoir +].
C'est d'autant plus vrai que, comme vous le savez peut-être, l'histoire a été écrite par Nick Harkaway pour être publiée (ce qu'elle a été) d'un seul tenant. 
En apprenant qu'en France son roman serait partitionné en deux, l'écrivain britannique a d'ailleurs proposé de réécrire la fin de ce qui allait devenir le premier tome, pour faciliter la transition. Mais Gilles Dumay, le directeur d'Albin Michel Imaginaire™, a décidé que le chapitre intitulé « voix sur vinyle rayé », qui conclut donc le premier tome, avait toutes les qualités requises pour le faire, sans qu'il soit nécessaire de modifier le texte original.
            Si la société dans laquelle vit Mielikki Neith anticipe ce qui pourrait bien nous arriver dans un avenir plus ou moins proche, toutes choses égales par ailleurs, le roman s'articule visiblement d'après les codes du whodunit.
Autrement dit du récit policier tel qu'imaginé par Edgar Allan Poe dès 1841, et qui n'a jamais cessé de faire le bonheur de ses aficionados
Mais, et ce deuxième tome confirme mes soupçons, GNOMON ressort à un avatar du genre : le whodunit métaphysique.
            Que l'on se trouve face à une enquête policière tombe sous le sens. Cependant, très rapidement, GNOMON procède à une mise en abyme, et l'identité-palimpseste de la victime subvertit petit à petit la rationalité de l'enquêtrice. Mielikki Neith devient, malgré elle, la victime d'une enquête qui semble sans fin, où Diana Hunter serait sa Shéhérazade. Les « preuves » qu'elle découvre ainsi ne lui sont d'aucun secours, alors même que son implication dans le processus à l’œuvre fait de moins en moins de doute.
Des thèmes que justement Patricia Merivale et Elizabeth Sweeney ont identifiés comme étant à même d'appartenir, et surtout de caractériser, le roman policier métaphysique.
L'élan investigateur suscité s'ouvre dès lors sur un autre dessein. 
            Roman de l'échec, le whodunit métaphysique rechigne en effet à la clôture narrative si caractéristique de son modèle traditionnel. Idem en ce qui concerne le détective en tant que lecteur de substitution. Ces contre-mesures ne résistent pas à révéler sa vraie nature :« poser des questions relatives à la formation du monde et de l'être au sein d'icelui ».
« Vaste programme » aurait pu dire le Général.
Confinant au Sublime tel que théorisé par Edmund Burke, le whodunit métaphysique a un effet de sidération, de terreur, et de solitude, dont le sillage qui parcourt le roman, n'aura pas échappé aux lecteurs, pas plus qu'aux lectrices de GNOMON.
Sa conclusion (?), tout en stupéfaction, est certainement ce qu'il est permit d’appeler, à la suite de Burke, un « plaisir négatif », conséquence de l'atténuation d'une terreur délicieuse dont on garde néanmoins l'empreinte.
GNOMON ou, la curiosité comme passion fatale.
 
🦈 Tous mes remerciements à Albin Michel Imaginaire™ pour m'avoir envoyé un exemplaire du roman de Nick Harkaway en avant-première. 

Commentaires

  1. J'ai lu attentivement les critiques de chacun et ça me parait complexe tout ça, pas accessible à tous de prime abord, il faut être prêt à "souffrir" un peu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un peu est un euphémisme...
      Content de l'avoir lu mais je suis probablement passé à côté de beaucoup de chose.

      Supprimer
    2. Je ne sais pas si « souffrir » est le terme que j'utiliserais, mais GNOMON est un livre qu'il faut lire en étant très attentif, et qui accorde à sa propre nature, un soin formel qui n'est pas dû au hasard.
      Ce n'est pas, à mon avis, un livre qu'on lit pour se distraire, de manière un peu automatique.
      Il demande un investissement, c'est sûr. [-_ô]

      Quant à passer à « côté de beaucoup de choses » c'est le lot de tous les lecteurs. Mais d'un autre côté, on y voit aussi des choses qui ont parfois échappé aux romanciers. [-_ô]

      Supprimer
  2. Pour l'avoir lu deux fois en entier (une fois en anglais, une fois en français) et certains passages quatre ou cinq fois à cause des questions de la préparatrice de copie, Gnomon me semble un peu relever du livre infini ou fractal : on découvre des choses à chaque lecture ou relecture ; par contre, le propos est évident dès qu'on a fini sa première lecture. René-Marc Dolhen, sur la Noosfère, le traduit parfaitement bien à mon sens. J'ai encore plus de plaisir à le lire en français, car beaucoup de choses pourtant évidentes m'avaient échappé en VO.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er