Accéder au contenu principal

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de Dominique Forma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.
            Dominique Forma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal. 
Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que Jeff Bridges au casting, ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement.
En attendant, de retour en France, en 2007, il contacte Patrick Raynal sur les conseils de Philippe Garnier qui avait dit beaucoup de bien de Scenes of crime, le film en question, dans un long papier pour Libé©.
Raynal travaille alors pour les éditions Fayard™, et Forma lui glisse l'un des scripts qu'il avait en vain essayé de vendre aux américains.
            Relocalisé en France, avec ce qui apparaît être une belle tranche autobiographique, et recalibré pour être un roman, « SKEUD » sort en 2008 dans la collection Fayard Noir™.
            Johnny Trouble est donc le roi du « skeud », une réussite qui va servir à un autre larron pour assoir la sienne. 
Joliment mis en récit, l'histoire de Johnny Trouble est aussi le polaroid© d'une époque, des années 1950 au début des eighties, et celui des amateurs de Rock, et plus particulièrement des fétichistes, toujours à la recherche d'une pièce rare, inouïe sur vinyle.
            « SKEUD » réveille une époque qui n'a peut-être existé que dans la tête de Dominique Forma, mais que l'on regrette de ne pas voir connue et partagée avec Johnny Trouble.
Captivant & exotique. 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le téléphone de M. Harrigan [Stephen King / Jean Esch]

Première nouvelle sur les quatre que contient le dernier recueil de S tephen K ing commercialisé en France, « Le téléphone de M. Harrigan » est un joli tour de force.             Superficiellement inoffensive, K ing y joue avec un cliché des histoires d'épouvante auquel n'importe quel aficionados du genre a déjà pensé, « Le téléphone de M. Harrigan » vaut surtout pour le portrait très naturaliste d'un enfant et des ses relations proches. Cela dit, les quelques coups de fils que Craig passera à monsieur Harrigan , et le malaise qui s'ensuivra, ne sont en aucun cas des pièces rapportées qui jurent avec le reste. La nouvelle est au contraire un ensemble très homogène, où l'incursion du surnaturelle appuie là où il faut.             Paradoxalement, alors que l'histoire se déroule au XXI ème siècle, l'impression de se retrouver au cœur des années 1950 ne m'a pas quitté durant toute ma lecture. Du moins des fifties idéalisées ; celles d'une société éta

VURT [Jeff Noon / Marc Voline]

La réputation est, comme chacun sait, la somme des malentendus qu’on accumule.              Récipiendaire, en 1994, d’un prix Arthur C. Clarke © , pour son premier roman (dont il est ici question) publié l’année précédente chez Ringpull Press™, une maison d’édition mise sur pieds par les employés de la librairie où travaillait J eff N oon. Ce qui en fait de facto un roman Sf. Associé à la génération « Trash » made in I rvine W elsh & J ohn K ing. Comparé à W illiam G ibson le « pape » du cyberpunk™, J eff N oon est peut-être, surtout, un auteur « culte », à l’aune de ce que je sais de sa réception en France .  Du moins dans l’acception qui définit (ici) un romancier passé sous le radar des lecteurs, dont un petit comité entretient néanmoins la permanence dans l’une des plus obscures marges du quadrant de la culture.  Cela dit, pour qu’un auteur « culte » le soit, il faut bien évidemment qu’il ne le soit plus. Qu’il accède à une certaine notoriété, pour que ceux qui ne l’avaient p