Accéder au contenu principal

Nos secrets trop bien gardés [Lara Prescott / Christel Gaillard-Paris]

En 2014, des documents déclassifiés de la CIA transforment rétrospectivement Le docteur Jivago1957 en arme de propagande culturelle.
            Le roman de Boris Pasternak et Lara Prescott, c'est en quelque sorte une affaire de famille. 
Prénommée en l'honneur de l'héroïne par sa mère qui adorait l'adaptation du roman par David Lean, c'est son père qui attire son attention sur l'activisme éditorial de l'agence de renseignement étasunienne via un article publié par le Washington Post©
En effet, à la fin des années 1950, pour des raisons idéologiques, Le docteur Jivago n'est pas autorisé a être publié en U.R.S.S., Boris Pasternak se résigne à faire passer son manuscrit à l'Ouest, et le livre paraît dans un premier temps en Italie
L'aura sulfureuse que lui prête les autorités soviétiques convainque la CIA de s'en servir, et de lui faire repasser le Rideau de fer™, et de le diffuser dans en langue russe. 
À l'époque tout est bon pour amoindrir l'aura du Grand Frère soviétique, qui par ailleurs vient de prendre la tête de la conquête spatiale avec le lancement réussi de deux satellites Spoutnik.
            Ces événements contiennent, même à l'état brut, tout le romanesque nécessaire pour faire passer n'importe quel document factuel pour un thriller d'espionnage captivant. Lire à ce propos L'Affaire Jivago de Peter Finn & Petra Couvée, ou encore pour une vision plus générale, l'ouvrage de Frances Stonor Saunders : Qui mène la danse ? La CIA et la guerre froide culturelle ; deux essais d'ailleurs expressément cités par Lara Prescott dans ses « Notes et remerciements ».
Mais l'autrice de « Nos secrets trop bien gardés », que l'on peut voir ci-dessous se recueillir sur la tombe de Pasternak à Peredelkino, adopte un angle bien plus original. 
            Toute l'histoire autour de l'écriture et de la publication du manuscrit nous sera racontée uniquement au travers des yeux des femmes qui y ont contribué. Olga Ivinskaya la muse et la maîtresse de Pasternak, le pool de dactylos de la CIA, et plus particulièrement Irina, ou encore Sally Forrester.  
Roman d'espionnage par la force des choses, « Nos secrets trop bien gardés », qui pour le coup ne font pas références à « l'affaire Jivago », est aussi un polaroid™ des années 1950 et de la place qu'y occupait la gent féminine. 
Bien sûr, vu le sujet, au sein de la CIA, dont les hommes, dans leur majorité, avaient oublié le rôle que certaines d'entre elles avaient joué du temps de l'OSS.
« Nos secrets trop bien gardés » et Le docteur Jivago, chacun, à l'aune de ce qu'on voudra bien leur accorder, véhicule un sous-texte qui n'est peut-être pas si éloigné l'un de l'autre.
            « Nos secrets trop bien gardés » est un roman dont les 500 et quelques pages vous feront probablement battre des records de vitesse dignes des championnats du monde de lecture rapide. Revers à ce magnétisme, le premier roman de Lara Prescott, acheté 1,7 millions d'euros par l'éditeur américain Knopf™, et vendu 22,50 euros (et 14,99 en numérique) dans l'Hexagone, ne se laisse pas refermer avant d'en avoir totalement fini avec lui.
     
Classification : Très très recommandé        

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er