Accéder au contenu principal

Spider-Woman [Karla Pacheco / Pere Pérez / Frank D'armata / Junggeun Yoon]

Spider-Woman est une conséquence de l’intérêt quasi paternel que vouait Stan Lee à ses propres cocréations. Et à un sens des affaires qui en a fait la quasi personnification de la maison d’édition Marvel™ à travers presque 50 ans et cinq continents. 
            Une création incidente donc [Pour en savoir +], qui n’a pas empêché cette super-héroïne d’atteindre les 100 numéros parus sous son nom (Spider-Woman #5 dans la nouvelle numérotation), une longévité passée –en partie – à se réinventer. 
Des changements auxquels la scénariste Karla Pacheco et le dessinateur Pere Pérez apportent aujourd’hui leur pierre.
            Si son nouveau costume créé par Dave Johnson, est bien sûr l’élément le plus rapidement repérable, des changements plus profonds seront tout aussi vite perceptibles pour les lecteurs. Peut-être signe d’un projet à long terme (?) pour la scénariste, les neufs premiers numéros de ce nouveau départ renouent avec le passé le plus ancien du personnage en titre.   
            Nouvelle venue dans l’industrie de la BD d’outre-Atlantique, Karla Pacheco a déjà donné quelques échantillons de son savoir-faire. Notamment dans une aventure des Quatre Fantastiques version 2099. Ce one-shot sur les FF du futur, cruellement iconoclaste, dénotait d’un caractère bien trempé. Et son histoire en forme de « team-up » impromptu entre le Punisher et J.J. Jameson enfoncera encore le clou. Elle récidivera d’ailleurs lors de la participation de Spider-Woman au méga crossover King in Black (Spider Woman #7), ingérence dont elle se tire avec les félicitations du jury. 
            Pere Pérez a trouvé quant à lui, chez Frank D’armata un coloriste qui sait mettre en valeur son storytelling
Nul doute que la pratique du Wing Chun® a donné à ce dessinateur d’origine ibérique, un sens du mouvement et du découpage très esthétique. 
Quand bien même cet art martial chinois vise surtout l’efficacité sans fioriture, et un rééquilibrage en faveur des petits gabarits face à des forces de la nature peu amènes.
Un mano a mano que Spider-Woman n’hésitera jamais à mettre à l’épreuve de l’adversité, même dans les endroits les plus incongrus, d’autant plus encouragée par sa scénariste, qu’elle partage la même passion pour les arts martiaux que son dessinateur. 
            « Spider-Woman » présente à mon avis tous les symptômes d’une série capable de cumuler une bonne réception critique, et en même temps les faveurs des lecteurs. 
Je la verrais bien accomplir un run comparable à celui qu’a connu la série Deathstroke chez la Distinguée Concurrence, sous la direction de Christopher Priest ; capable d’actionner tous les ressorts du genre, sans pour autant que sa scénariste y sacrifie son originalité.
Dans les limites que l’éditorial de la Maison des Idées® voudra bien lui concéder. 
Un petit mot pour finir sur les couvertures, qui si elles ne sont pas toutes aussi attrayantes les unes que les autres, au moins Junggeun Yoon leur donne-t-il un cachet qui les distingue assez facilement du tout venant. 
En outre, les couvertures alternatives proposent aussi quelques pépites, comme ici avec Skottie Young qui reprend pour le coup le costume original imaginé par Marie Severin & Archie Goodwin :
(À suivre .....)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er