Accéder au contenu principal

Batman : Fortress [Gary Whitta / Darick Robertson / Diego Rodriguez / Simon Bowland]

Je lis de la bande dessinée américaine depuis presque 50 ans. J'ai eu des périodes plus ou moins intenses, et ces dernières années sont certainement les moins intenses de toutes celles que j'ai connues. Du moins en termes de lecture de nouveautés.
            En effet les éditeurs français ont décidé de se pencher sur certaines séries du patrimoine qui n'avaient pas trouvé de lectorat suffisant en France, par exemple Nexus (chez Délirium™) ou Savage Dragon (chez Black & White™), voire qu'on n'avait tout simplement pas testé : Madman est annoncé chez Huginn & Muninn™, et les éditions Reflexions™ propose le premier tome de The Maxx. On a même eu droit à un fort recueil d'American Flagg chez Urban Comics™, reste plus qu'a voir arriver la série GrimJack en version française.
Bref. Si je lis de la BD U.S. elle appartient au passé.
Les séries actuelles, mais surtout leur scénaristes, ne m'emballent pas du tout.
            Néanmoins, je surveille plus ou moins ce qui sort, avec une nette préférence pour les mini-séries, de scénaristes inconnus ; surtout chez les éditeurs mineurs.
Bien évidemment « Batman : Fortress » n'est pas paru chez un de ces éditeurs, mais cette mini-série de 8 numéros est écrite par Gary Whitta un parfait inconnu en ce qui me concerne. Elle est aussi dessinée par Darick Robertson, un dessinateur dont j'apprécie le travail. Alors pourquoi pas !?
            L'accroche de l'histoire est assez simple : Whitta imagine une menace qui d'ordinaire aurait fait le quatre-heures de Superman, ou d'un super-héros de ce calibre, voire de la JLA au complet. Manque de chance il n'y a que le justicier masqué de Gotham pour s'y coller.
Or donc, l'arrivée de belliqueux extraterrestres plonge la planète dans une panne d’électricité générale, un « black-out » qui touche bien évidemment Gotham.
Gary Whitta semble avoir fait ses devoirs, et tous les personnages du répertoire gothamite sont là : Alfred, le commissaire Gordon, l'inspecteur Bullock, le Pingouin, le Joker, une ou deux références à l'apax existentielle du Caped Crusader, on dirait bien qu'on joue sur du velours.
Hormis que Gary Whitta semble ignorer la « règle » de Mort Weisinger : pas plus de 35 mots par case, et surtout jamais plus de 25 mots par bulle, ce premier numéro semble épouser ce qui caractérise tous les premiers numéros : une longue exposition, souvent ennuyeuse.
Eh bien pas du tout, à la quatorzième page Gary Whitta donne à voir une facette très surprenante de la personnalité de Batman.
            Alors qu'il vient de quitter le commissaire Gordon il surprend - par hasard - des pillards en train de voler dans des magasins ; des vitrine sont brisées, des incendies se propagent, et l'un des émeutiers brandit un écran de télévision, sur l'emballage duquel on peut lire « Wayne Technologies ». 
Et Batman de regarder tout cela sans broncher en monologuant intérieurement sur le Rêve américain®, devenu un attrape-nigaud Bling-Bling© à propos duquel il ne faut pas s'étonner qu'il fasse envie. En tout cas ne comptez pas sur sur lui pour en empêcher qui que ce soit de se servir. Si le Rêve américain® c'était mieux avant, que dire de ce « nouveau » Batman ?  
Mais finalement l'explication de Gary Whitta sera encore pire que de voir Batman quitter les lieux d'une émeute où l'on se livre au vol, où des innocents peuvent être pris à parti, voir peuvent périr brûlés ou asphyxiés par les incendies, sans intervenir. Car après avoir fini ce premier numéro j'ai voulu savoir qui était Gary Whitta. Mais je n'en avais pas terminé avec les surprises dudit numéro.
            En effet, par hasard - toujours - Batman tombe (littéralement) sur d'autres voies de fait, dont deux tentatives de meurtres, et sur le Joker. Rassurez-vous, là, il intervient.
Cela dit je ne sais pas si c'est si rassurant.
Ainsi arrête-t-il le Joker, alors au volant d'un bus scolaire en l'éblouissant, le bus manque de basculer dans le vide, et sa Némésis passe à travers le pare-brise. Manifestement la sécurité des enfants transportés ne compte pas beaucoup au yeux de ce Batman made in Whitta.
Mais ça ne s'arrête pas là, Batman caresse l'idée, dans un de ses monologues que semble affectionner son scénariste, de laisser le Joker faire une chute fatale. 
Manifestement Batman exprime dans ce premier numéro un rapport pour la vie d'autrui plutôt ambiguë. Risquer celle des enfants n'apparaît pas le gêner du moment qu'il peut arrêter le Joker. Il envisage même de le laisser mourir.
La préservation du bien d'autrui ne fait pas partie de ses prérogatives : « il y a des assurances pour ça ». Il fustige la société d'avoir transformé le Rêve américain® en distraction mercantiles. Mais n'oublie d'offrir à Alfred un t-shirt « I Survived the Blackout - Gotham », ni de protéger sa propre maison contre des cambrioleurs. N'est-il pas assuré ?
          Or donc, je me suis penché sur la biographie professionnelle de Gary Whitta par curiosité, et les moteurs de recherche étant ce qu'ils sont, j'ai pu me rendre compte que la page sur les émeute qui m'avait tant surpris, n'avait pas surpris que moi.
Ce qui a obligé Gary Whitta à s'expliquer sur le choix de laisser des émeutier piller et incendier des magasins à proximité de logements, sans que Batman ne lève le petit doigt.  
À l'évidence qu'on puisse s'interroger place celui qui le fait à droite de l'échiquier politique. Cette négativité d'une partie du lectorat (de droite donc) est à ses yeux, se rengorge-t-il, positive.
Car, dit-il sur Twitter©, Batman (en laissant donc les pillards se servir) donne à voir qu'il a, je cite « une conscience politique ».
Si je comprends bien, profiter d'une panne électrique générale pour s'adonner au pillage et à l'incendie volontaire est un acte politique, et refuser d'intervenir prouve que vous avez une conscience tout aussi politique.
Il explique en outre, que si Batman n'intervient pas lors des pillages c'est qu'il va sauver les enfants du bus scolaire, kidnappés par le Joker. Son explication de « conscience politique » tient si peu la route (sic) à ses propres yeux qu'il en invoque une autre, tout aussi bancale. C'est en effet par hasard que Batman intervient, et je l'ai dit, avec beaucoup de désinvolture, vis à vis de la sécurité des jeunes passagers.  
            Donc si je comprends bien, la « conscience politique » de Batman c'est un peu comme la « conscience cosmique » du Captain Marvel, elle lui confère une connaissance exhaustive des événements en cours à Gotham.
            Mon cher Gary je suis au regret de vous dire que ma « conscience comics » m'enjoint de vous éviter vous, vos scénarios bidons et vos explications du même tonneau. Le Rêve américain® a en effet du plomb dans l'aile, et manifestement vous n'êtes pas à court de munitions. 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er