Accéder au contenu principal

City of Lies [Brad Furman / Johnny Depp / Forest Whitaker]

Basé sur le l'enquête du journaliste Randall Sullivan, publiée en 2002 sous le titre de LAbyrinth, « City of Lies2018 » du réalisateur Brad Furman, s'intéresse à l'assassinat de Christopher Wallace (alias Notorious B.I.G.).
Il faut, je crois, garder en tête qu'il s'agit d'une enquête journalistique, adaptée en film. Autrement dit, bien que « d'après une histoire vraie », le résultat est une fiction.
            L'enchaînement des événements commence de manière très prosaïque, par une scène de crime qui l'est beaucoup moins, éloignée de 13 kilomètres de l'endroit où Christopher Wallace a été abattu neuf jours auparavant. L'enquêteur en civil (detective) du LAPD, Russell Poole, arrive sur les lieux. 
            Mêlant avec habileté des images d'archives à son long-métrage, Brad Furman inscrit en effet « City of Lies » dans un plus vaste contexte que l'enquête proprement dite  sur l'assassinat de Notorious B.I.G.. Vraisemblablement comme les enquêteurs qui ont participé à l'affaire ont pu le ressentir alors. 
En mars 1997, au moment où Russell Poole se rend à l'intersection qui changera à jamais sa vie, le tabassage de Rodney King, six ans auparavant par des policiers (Blancs) en tenue, du LAPD, est encore dans toutes les mémoires. Surtout leur acquittement.
En outre la mort du célèbre jeune rappeur de la côte Est semble être pour certains la « réponse » à l'assassinat, 6 mois plus tôt de Tupac Shakur, autre célébrité du rap et proche du label Death Row Records™. Et ennemi - médiatiquement parlant - du premier.
Le film se déroule donc entre tensions raciales, gangstérisme, corruption policière et tiroir-caisse.
            Dix-huit ans après la mort de Christopher Wallace un journaliste, Darius Jackson, rencontre Russell Poole, son rédacteur en chef lui a commandé une rétrospective sur l'affaire.
« City of Lies » sera donc une rétrospective sur l'enquête qu'a menée Russel Poole.
            Si le suspense est maîtrisé pendant les 1 heure 47 de sa durée, plusieurs moments forts en émergent. Dont la double vie de l'agent en tenue David Anthony Mack, son discours d’allégeance dans la salle d'interrogatoire est saisissant !
Et les révélations sur l'affaire de l'unité CRASH de la division Rampart du LAPD. Non pas en tant que telle ; les malversations et autres combines de certains agents de l'unité ont été assez documentées, sans parler du film avec Woody Harrelson qui se sert de l'affaire en arrière-plan ; mais de la manière dont le scandale de ladite division s'articule avec l'assassinat de Notorious B.I.G.. Du moins d’après le Russell Poole de « City of Lies ».
Stupéfiant !
            Mise en scène au cordeau, et interprétations au diapason.
Si Forest Whitaker est l'un de mes acteurs américains favoris, Johnny Depp ne lui cède en rien ici sur son jeu. Alchimie parfaite entre ces deux monstres du grand écran, mais distribution des seconds rôle tout aussi juste. Aucune fausse note, quand bien même untel ou unetelle ne fait qu'un bref passage. L'illusion est parfaite, on s'y croit totalement. Impossible de décrocher.
« City of Lies » est l'une de mes plus grosses impressions cinématographiques depuis belle lurette. Si bien que je me suis commandé le livre de Randall Sullivan, lequel a servi, comme je l'ai dit, de base au scénario, écrit par Christian Conteras.
Et que je suis impatient de le revoir.  
Il n'y a pas à dire, les américains savent raconter des histoires avec une caméra !
À un point tel que leur « roman national » devient, petit à petit, aussi le nôtre.

Commentaires

  1. ça fait envie, je me rendait pas compte que ça datait de 2018

    RépondreSupprimer
  2. J'ai été agréablement surpris par le film. J'avais de gros doutes, il y a peu de film en rapport avec le rap ou la culture Hip Hop de qualité.
    Le film est à voir.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er