Accéder au contenu principal

Savage Dragon, les choses de la vie

Si le retour des aventures de Savage Dragon à l'intérieur de la sphère francophone est une bonne chose, les conditions dans lesquelles elles s'effectuent le sont tout autant. 
            L'éditeur Black & White™ a ainsi négligé les omnibus (un peu trop en vogue à mon goût) pour un format de recueil moins épais (6 fascicules américains inside). Et ce qu’il « perd » en quantité immédiatement disponible, il le compense par une ergonomie de lecture plus agréable, qu'un rythme soutenu (1er tome en février et deuxième tome en mai) accentue encore. 
Ensuite, s'agissant de réintroduire la série après deux départs qui n'ont pas eu l'heur de monopoliser un lectorat suffisant pour en pérenniser l'erre, tout en négociant le remplacement du personnage en titre par son fils, chaque recueil propose une contextualisation pour chaque épisode qui le compose, plus une vue d'ensemble plus générale. 
            En plus de situer tel ou tel personnage apparaissant dans l’épisode qu’il précède, le paratexte nous éclaire également sur l'art et la manière d'Erik Larsen. C’est en quelque sorte un mode d’emploi à l’usage des amateurs, et un puits d'infos sur les origines et les influences qui seront à l’œuvre dans ledit épisode, et dans la tête de l’auteur. 
Jérôme Wicky, puisque c'est à lui qu'incombe la tâche de nous instruire, en plus d'être le traducteur (il est ici aidé Didier Heynemans sur les back-up stories), fait un travail formidable. Les textes sont à la fois intéressants à lire, mais surtout il est très agréable de le faire. 
Le sérieux du propos ne veut pas dire que les propos le sont toujours. On sourit souvent de la forme sans que le fond en pâtisse. Bref de la belle ouvrage comme on dit. 
            Savage Dragon alias Malcolm Dragon est donc le fils du Dragon originel, et dans une certaine mesure le fils spirituel de Peter Parker (alias Spider-Man). Mais là où Stan Lee écrivait les aventures du Tisseur sous le contrôle de la Comic Code Authority®, et les avanies du jeune Peter Parker, Erik Larsen - qui ne s'interdit rien - s'adresse à des lecteurs avertis. 
Manière pour lui de doubler son lectorat ? 
Je ne sais pas, mais le résultat est franchement explicite. 
            La pagination du présent recueil (un peu plus épais que le précédent puisqu’il contient quelques histoires de complément (back-up story) se partage donc entre attaques de streumons et « bêtes à deux dos ». Si elles ne doivent pas être confondues, ces deux activités engagent cependant la même énergie et une propension égale à ne pas en rester au « mano a mano ». Plus on est de fous moins il y a de riz comme le veut l'adage (et la petite amie de Malcolm). 
            Si l'une des particularités du genre est de mettre en scène des personnages masqués entretenant une double vie, force est de constater que les vicissitudes de la vie quotidienne des super-héros d'aujourd'hui n'ont plus guère voix au chapitre.  
A contrario, Malcolm " Savage " Dragon, qui n'a pas d'identité sécrète, a une vie (bien remplie) en dehors de son activité de redresseur de torts dans cette atmosphère de massacre réciproque qui caractérise le genre. 
Et Larsen ne se prive pas de nous en parler. 
            Toutefois, si cette nouvelle relance de la série bénéficie d’un très grand soin et d’un encadrement éditorial de premier choix, Savage Dragon est essentiellement feuilleton de pur divertissement. Si Erik Larsen soigne ses personnages et les multiples rebondissements qui rythment leurs aventures, il ne rechigne jamais à utiliser toutes les astuces pour captiver le lecteur. 
Peut-être l’a-t-il fait cela dit, mais à ma connaissance il n’est pas question par exemple de prendre un dieu du Quatrième monde© pour lui faire subir un nervous breakdown pendant 12 numéros. Ni d’arracher les pages du scénario pour lui donner de la supposée « profondeur ». Si vous voyez de quoi je parle.
            Autrement dit, ne vous laissez pas abuser par l'aspect patrimonial et collector des éditions Black & Withe™ (et du prix qui va avec : 24, et 28 euros pour les deux couvertures collectors), Savage Dragon est une jeune type verdâtre avec une crête sur la tête qui met la peignée à ses adversaires, et découvre les joies du sexe sans complexe (timide n’était pas là non plus). 
On est dans l’alimentaire, mais catégorie caviar quand même !

Commentaires

  1. J'avais repris la lecture de la série avec le recueil United we stand (139 à 144) et je ne comprenais pas grand chose de l'intrigue où j'avais mis les pieds. Grâce à la page Les grandes périodes de Savage Dragon, je comprends maintenant mieux. Merci.

    J'ai fini récemment Legacy (211 à 216) et c'est un grand plaisir que de lire ce qui est essentiellement un feuilleton de pur divertissement. Quelle verve et quelle inventivité, en prime sans les restrictions d'une publication tout public, en particulier pour les épisodes que tu évoques.

    Super article.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er