Accéder au contenu principal

Slow Horses [Gary Oldman / Kristin Scott Thomas / and all]

             Adaptation assez fidèle du premier roman du cycle qu'a consacré le romancier Mick Herron à Jackson Lamb, ici magistralement joué par Gary Oldman, [Pour en savoir +]  « Slow Horses » est une sympathique série télévisée d'espionnage.
Laquelle série repose quand même beaucoup sur la présence de  Gary Oldman, dont pour la petite histoire, j'ai revu volontairement, entre deux épisodes, sa toute aussi magistrale interprétation de George Smiley dans La Taupe2011 de Thomas Alfredson. 
Jackson Lamb est en effet un « ancien combattant » de la Guerre froide ; de là à imaginer un lien entre Smiley et Lamb, il n'y a qu'un pas (tout aussi imaginaire que ces deux personnages) que j'ai franchi .
(Très chouette générique écrit & chanté par Mick Jagger, en collaboration avec le compositeur attitré de la série : Daniel Pimberton)
            Or donc, six épisodes qui ménagent de conséquents moments d'humour (noir), sans pour autant négliger une solide intrigue d'espionnage. Mais c'est définitivement le personnage de Jackson Lamb qui tient la série sur ses épaules (et sa fabuleuse interprétation).
Reste que le scénario repose sur une sorte d'incongruité (le mot est assez mal choisi), du moins pourrait-elle apparaître comme telle aux téléspectateurs hexagonaux.
            En effet, en France, ce sont plutôt les professeurs que l'on décapite, pas les anglais nés de parents pakistanais fans de stand-up comedy. Cette lecture, qui fait des nationalistes racistes (lesquels n'ont aucune excuses à mes yeux), les méchants de la série est par trop rapide.
En fait « Slow Horses » raconte tout autre chose. Soyez attentifs.      
            Une première saison à la fois légère donc, mais finalement tout à fait de son époque, laquelle est tellement informée qu'elle ne permet plus à chacun de l'être. Noyé dans un torrent de faits (trop souvent éditorialisés, pour ne pas dire idéologisés), on en oublie assez facilement d'où partent les prémices des catastrophes dont se repaissent les médias. Et nous avec (qu'on le veuille ou non).
Bref, une série qu'on peut aborder de différentes manières. La divertissante est certainement la plus agréable.
À vos télécommandes ! <clin d’œil>

(À suivre .....)

Commentaires

  1. ça commence à faire beaucoup de raisonS de m' abonner à APPLE TV

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er