Accéder au contenu principal

red power [Thomas King / Lori Saint-Martin & Paul Gagné]

« red power » ressortit du Polar, sous-genre ethnique.
Son auteur, Thomas King, installe en effet son personnage principal, Thumps DeadfulWater, un Cherokee, ex policier et présentement photographe, dont « red power » est la deuxième enquête, au cœur d'une intrigue dont le titre est suffisamment explicite. Le titre original l'est plus encore (The Red Power Murders).
            Or donc, Thumps DeadfulWater se trouve mêlè à l'affaire qui occupera la totalité de l'intrigue en tant qu'adjoint (deputy) du shérif  Duke Hockney de Chinook, dans le Montana. Et accessoirement photographe de scène(s) de crime(s).
Si je prends le clavier ce n'est pas tant pour faire une critique de ce roman, que je n'ai pas encore terminé, mais pour rapporter une pratique que je croyais définitivement passée de « mode ».
Le contexte
            À un moment donné du récit apparaît un terme qui par ailleurs reviendra ensuite plusieurs fois tout en occupant une place importante dans l'intrigue, et dont je pensais qu'il nécessitait un éclaircissement surtout parce qu'il plante une relation très importante pour l'histoire, tout en n'étant pas très connu. 
Je sais - de sources sûres - que les traducteurs n'aiment généralement pas beaucoup les « notes de bas de page », mais pour ma part je les aime assez. Ceci étant dit, la présence, à la fin du troisième chapitre, d'une note de bas de page (bizarrement totalement inutile) m'apprend que les deux traducteurs, Lori Saint-Martin & Paul Gagné, ne semblent pas opposés à son usage. Mais c'est là que ça se corse ....
Bref, plongé dans cette enquête policière plutôt captivante & agréable à lire, je ne pouvais néanmoins pas m'empêcher de cogiter à propos de ce « kemo-sabe » ; le terme en question dont je pensais qu'une précision ne serait pas inutile (connaissant justement sa signification).
            Quelques recherches plus tard, j'apprends que ce roman a également fait l'objet d'une commercialisation, l'année dernière, aux éditions Alire™, chez nos cousins québécois donc.
Je me procure finalement cette édition pour y apprendre que les traducteurs sont les mêmes que pour les éditions Liana Levi™. Ce qui me fait dire que j'ai fait tout ça pour rien, puisque ma démarche avait pour but de savoir si l'édition québecoise avait jugé bon d'expliquer le « kemo-sabe » à ses lecteurs.
Mais puisque j'avais l'ouvrage en main, pourquoi ne pas jeter quand même un coup d’œil ! Et c'est là que ça se corse vraiment.
Le texte
            Alors si ni Lori Saint-Martin, ni Paul Gagné n'ont jugé bon d'apporter les précisions qui m'obsédaient tant, la version d'Alire™ diffère quelque peu de celle de Liane Levi™. 
• Voilà ce qu'on peut lire dans la version québecoise : 
« Bonne route, kemo-sabe, dit Hockney en se calant dans son fauteuil. Aujourd’hui est un beau jour pour mourir.» 
Thumps sentit son corps se crisper.
 — La dimension Gene Autry/Lone Ranger est sympathique, non ? 
— Roy Rogers/Lone Ranger. 
— Si tu veux, concéda Duke en se penchant vers l’avant. Mais le mieux, c’est la carte elle-même. 
— Salt Lake City ? 
— Merde, DreadfulWater, fit Hockney, impuissant à contenir son sourire. Tu as encore les bons réflexes. 
Qu’est-ce qui s’est passé là-bas, au juste ? 
• Et ce qu'on peut lire dans la version hexagonale : 
– « Bonne route, kemo-sabe », dit Hockney en se calant dans son fauteuil. 
« Aujourd’hui est un bon jour pour mourir. » 
Thumps sentit son corps se crisper. 
– Sympathique, non ? Mais le mieux, c’est la carte elle-même. 
– Salt Lake City ? 
– Merde, DreadfulWater, fit Hockney, impuissant à contenir son sourire. Tu as encore les bons réflexes. 
Qu’est-ce qui s’est passé là-bas, au juste ?
Oui, que s'est-il passé là-bas au juste semblent aussi se demander le Lone Ranger & son fidèle Tonto (respectivement interprétés par
Clayton Moore & Jay Silverheel, un authentique Mohawk) ?
            Toute une partie de la discussion est passée à la trappe (en sus, la note de bas de page complétement insignifiante de l'édition française n'est pas dans celle d'Alire™). 
Et pourtant, l'extrait manquant, sans apporter de précision sur ce que « kemo-sabe » veut dire, le contextualise (et ajoute à la relation entre les deux hommes). En effet, « kemo-sabe », est l'expression qu'utilise Tonto, le compagnon Comanche (ou  Potéouatamis c'est selon) du Lone Ranger pour s'adresser à lui dans la série télévisée des années 1950.
Ce surnom exprime l'idée de fidélité, de confiance mutuelle, d'amitié qui lit les deux hommes.
S'agissant du roman de Thomas King il y a bien évidemment un sous-entendu humoristique de la part d'un personnage (le shérif) qui en manque singulièrement. Ce terme aide à planter également la relation entre les deux hommes (comme dit au tout début de mon papier).
À condition de savoir ce que ça veut dire.  
            Reste que l'absence de note de bas de page apparaît, après la découverte du caviardage de l'édition française, bien anodine en comparaison.
Je serais curieux de savoir pourquoi un éditeur élague ainsi le texte original (vous pensez bien que j'ai aussi jeté un œil sur la V.O) ? 
Bref Liana Levi™ vient de perdre un lecteur.
_____________
P-S : Je crois que contrairement à ce qu'avance Thomas King via ses personnages, ni Gene Autry, ni Roy Rogers n'ont à ma connaissance  interprété le Lone Rangers.  
P-P-S : Pour les amateurs d'anecdotes, le Lone Ranger est d'abord apparu à la radio, la même radio de Detroit a produit 3 ans plus tard un autre duo de justiciers masqués basé sur le même concept, le Frelon Vert et son fidèle compagnon Kato (alias Bruce Lee, dans la version TV plus tardive).  

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er