Accéder au contenu principal

Cérès et Vesta [Greg Egan/Erwann Perchoc]

…. Sur un sujet qui fait écho à son propre engagement face à une situation humanitaire mondiale préoccupante, Greg Egan choisit, selon son propre point de vue sur la science-fiction*, de « prendre un microscope pour s’en servir de presse-papier ».
Couverture d'Aurélien Police
Le résultat s’intitule Cérès et Vesta, du nom de deux astéroïdes colonisés par l’homme, dont l’un placera l’autre « face à un choix impossible, une horreur cornélienne » ; une novella publiée dans la collection « Une heure-lumière », de l’éditeur Seine-et-Marnais de SFFF Le Bélail’

Traduit par Erwann Perchoc, Egan y imagine un scénario où l’épanouissement des uns n’est possible qu’au détriment des autres.

…. Entreprise salutaire que de maintenir visibles des questions que l’on préfèrerait peut-être oublier, dans une fiction, lieu de créativité mais aussi d'inventions pratiques.
Mais de l’auteur de science-fiction, que d’aucuns qualifient comme le plus important du XXIème siècle, j’attendais cependant autre chose. 

Greg Egan se contente ici d’une logique qui vise à choisir les sacrifiés, sans jamais explorer une autre voie qu’aurait pu lui permettre son histoire (ou alors sans vraiment y croire lui-même), dont la pertinence aurait pu dépasser sa particularité.  La question de l'inévitabilité de ce type de dilemmes n'est pas non plus évoquée.
Pas plus qu’il ne fait rétrospectivement réfléchir l’un ou l’autre de ses personnages, « à empêcher la naissance de situations où il n’est plus possible d’être moral », selon les mots de Gunther Anders. Autrement dit de faire en sorte d’éviter à quiconque d’avoir jamais à se montrer héroïque (en empêchant la naissance de pareilles situations).

Non, tel que j'ai lu ce récit, Egan transpose des situations contemporaines dans un futur incertain, mais que l'on devine lointain, pour y appliquer les raisonnements d'aujourd'hui. Lui qui n'hésite pas à pousser les dernières découvertes scientifiques dans leurs retranchements les plus reculés, achoppe lorsqu'il s'agit de faire de même avec les « sciences molles ». Dommage  

…. Reste que tout n’est pas à jeter dans cette novella d’une petite centaine de pages, d’autant qu’elle permet de démêler les différents fils ayant amené au point culminant de la crise, et par la force des choses d’en apprivoiser le tragique. « Décrypter un imaginaire partagé, c’est aussi entreprendre d’en critiquer la logique mortifère », nous dirait Fréderique Leichter-Flack.

D’un point de vue formel, Cérès et Vesta est d’une lecture agréable et distrayante, l’auteur conjuguant un décalage chronologique qui fait par ailleurs son petit effet. 
En outre, il met en sourdine son penchant pour les extrapolations scientifiques pointues, pierre angulaire de son travail littéraire & marque de fabrique inoubliable. Tout en étant parfois rédhibitoire. 

Un rendez-vous manqué donc (dans lequel j'ai aussi ma part de responsabilité), qui n'entame en rien ma confiance dans cette belle collection. Ni dans le travail de l'auteur le plus mystérieux de la planète SF.
______________ 
Intéressant : Oui 
Illisible : Non 
Incontournable : Non 

* « Utiliser la science-fiction pour bricoler des métaphores sur des thèmes familiers revient à la dévoyer ; c’est comme prendre un microscope pour s’en servir de presse-papier » in Greg Egan : une conversation, Bifrost n°88. 
Propos recueillis par Karen Burnham et traduits par Erwann Perchoc

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®