Accéder au contenu principal

Les Infâmes [Jax Miller/Claire-Marie Clévy ]

.… Comme quoi, lire un bon roman tient à peu de chose. Comme le nom, ou ici le pseudonyme d’une romancière. 
Jax Miller

.... Placé sous le double signe du houblon et de James Lee Burke, « Les Infâmes » allait se révéler aussi explosif que ce nom de plume le laissait présager. 
Un cocktail dont le dosage tient du miracle puisque l’auteure se qualifie elle-même de « pranster ». C’est-à-dire quelqu’un qui ne planifie pas son travail d'écriture, qui navigue au pif (« flying by the seat of your pants »), contrairement au « plotter » qui planifie son roman. 
Difficile à croire quand Jax Miller nous dit qu’elle n’avait en tête que la scène finale, même si l’itinéraire de Freedom Oliver à quelque chose d’assez spontané, et de totalement imprévisible. Mais dans lequel on ne se perd pas tout à fait, au contraire de ses illusions sur la nature humaine.

.... Freedom Oliver, anti-héroïne à tous les points de vue, puisque sa créatrice a été dépendante de cette drogue, et que « Les Infâmes » est aussi un roman autobiographique, et cathartique, a été placée dans le programme de protection des témoins non pas pour avoir tué sa fille, comme elle le déclare dès la première ligne du roman, mais pour le meurtre de son mari. 
On peut d’ailleurs prendre un instant et considérer le titre français, en regard de celui adopté dans la version originale : « Freedom’s Child ». Jeu de mot que l’on peut traduire par « l’enfant de Freedom », mais aussi par « l’enfant de la liberté » ; ce qui donne une toute autre perspective à ce qu'on s'apprête à lire. Non !?

« Huit heures à rouler sur cette moto, et je n’ai plus aucune sensation dans le clito à cause des vibrations. » Traduction de Claire-Marie Clévy 

Une citation qui en dit long sur le style de l’écrivaine, et du monde qu’elle décrit dans un roman, où « des infirmières aspirent de la nicotine entre leurs lèvres ridées et rongent leur téléphone », bref du style et des tripes pour celle qui revendique trouver son inspiration dans les bandes dessinées, notamment celles d’Alan Moore et de Frank Miller. 
J’ai connu des références plus honteuses. 

Ce livre est pour vous si :
• vous avez 8 euros en poche (ou un abonnement bibliothèque) 
• vous aimez que les héroïnes bottent des culs 

En revanche, il est déconseillé si :
• vous avez moins de 18 ans 
• vous êtes un putain de phallocrate

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®