Accéder au contenu principal

Les Infâmes [Jax Miller/Claire-Marie Clévy ]

.… Comme quoi, lire un bon roman tient à peu de chose. Comme le nom, ou ici le pseudonyme d’une romancière. 
Jax Miller

.... Placé sous le double signe du houblon et de James Lee Burke, « Les Infâmes » allait se révéler aussi explosif que ce nom de plume le laissait présager. 
Un cocktail dont le dosage tient du miracle puisque l’auteure se qualifie elle-même de « pranster ». C’est-à-dire quelqu’un qui ne planifie pas son travail d'écriture, qui navigue au pif (« flying by the seat of your pants »), contrairement au « plotter » qui planifie son roman. 
Difficile à croire quand Jax Miller nous dit qu’elle n’avait en tête que la scène finale, même si l’itinéraire de Freedom Oliver à quelque chose d’assez spontané, et de totalement imprévisible. Mais dans lequel on ne se perd pas tout à fait, au contraire de ses illusions sur la nature humaine.

.... Freedom Oliver, anti-héroïne à tous les points de vue, puisque sa créatrice a été dépendante de cette drogue, et que « Les Infâmes » est aussi un roman autobiographique, et cathartique, a été placée dans le programme de protection des témoins non pas pour avoir tué sa fille, comme elle le déclare dès la première ligne du roman, mais pour le meurtre de son mari. 
On peut d’ailleurs prendre un instant et considérer le titre français, en regard de celui adopté dans la version originale : « Freedom’s Child ». Jeu de mot que l’on peut traduire par « l’enfant de Freedom », mais aussi par « l’enfant de la liberté » ; ce qui donne une toute autre perspective à ce qu'on s'apprête à lire. Non !?

« Huit heures à rouler sur cette moto, et je n’ai plus aucune sensation dans le clito à cause des vibrations. » Traduction de Claire-Marie Clévy 

Une citation qui en dit long sur le style de l’écrivaine, et du monde qu’elle décrit dans un roman, où « des infirmières aspirent de la nicotine entre leurs lèvres ridées et rongent leur téléphone », bref du style et des tripes pour celle qui revendique trouver son inspiration dans les bandes dessinées, notamment celles d’Alan Moore et de Frank Miller. 
J’ai connu des références plus honteuses. 

Ce livre est pour vous si :
• vous avez 8 euros en poche (ou un abonnement bibliothèque) 
• vous aimez que les héroïnes bottent des culs 

En revanche, il est déconseillé si :
• vous avez moins de 18 ans 
• vous êtes un putain de phallocrate

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …