Accéder au contenu principal

Nnedi Okorafor en campagne sur Ulule

.... En pleine lecture du roman de Nnedi Okorafor, celui intitulé Qui a peur de la mort ?, publié dans un premier temps dans l'Hexagone par l'éditeur Panini (via feu sa collection « Eclipse ») avec la très belle couverture de  Joey Hifi, puis plus récemment par les éditions ActuSF, sous la toute aussi magnifique couverture de Travis Davids, je m'aperçois que la jeune auteure nigériane-américaine - qui n'a visiblement pas les deux pieds dans le même sabot - vient d'être embauchée par les éditions Marvel pour écrire une mini-série sur la Panthère Noire [Pour en savoir +] alias T'Challa (aka Black Panther) ; que je n'ai pas encore eu l'occasion de lire, cela dit.
Par contre j'ai pu lire l'histoire courte*, exercice périlleux s'il en est, parue dans le one-shot Venomverse : War Stories #1 qu'elle a écrite.

.... Brillamment secondée par la dessinatrice Tana Ford, et Ian Herring aux couleurs, la jeune scénariste s'en sort très très bien.  L'équipe créative donne, en seulement huit petites pages, tout ce qu'il faut à leur héroïne pour un faire un personnage que l'on a envie de revoir.

Voici quelques pages pour vous donner une idée du travail des unes et des autres :



Un galop d'essai très prometteur pour la suite.  

.... Tout ceci pour dire que les bonnes chose n'arrivant jamais seules, l'auteure fait l'objet d'une souscription en vue de publier un recueil de ses nouvelles, Kabu Kabu, ça se passe sur Ulule, et la campagne vient de commencer....

________________
*Cette histoire, ai-je appris, s'inspire de l’enlèvement il y a 3 ans des lycéennes de Chibok, au Nigeria, par le groupe djihadiste Boko Haram.

Commentaires

  1. Je ne savais pas qu'elle était aussi dans la BD!!! C'est un auteur d'avenir! Je l'aime beaucoup! :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est assez récent. Elle a été en quelque sorte parrainée par Ta-Nehisi Coates, un journaliste qui a écrit un essai - Une colère noire - qui a fait un peu de bruit de part et d'autre de l'Atlantique. Lui-même a été recruté par Marvel, car - bientôt - sort un film sur le personnage Black Panther, et l'éditeur étasunien lui a confié d'écrire la série version "comic book". De son côté il a étendu la franchise du personnage si je puis dire, et invité des gens de lettres, principalement des femmes, africaines-américaines, dont Nnedi Okorafor.
      Elle travaille donc sur une mini-série disponible en numérique sur la Panthère Noire ; et j'espère que Marvel va lui confier autre chose.
      Son riche imaginaire mérite d'être aussi lu & connu par les amateurs de BD (même si la BD américaine, si on en croit les ventes & les dernière annulation de titres,est plutôt conservatrice).
      [-_ô]

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

The Suicide Squad [ James Gunn & Co. ]

D’après le réalisateur J ames G unn, J ohn O strander, le scénariste de bandes dessinées qui a recréé la Suicide Squad ® en 1987 - et à qui le réalisateur a offert un caméo, est ravi par le film.  Autrement dit, malgré une direction aux antipodes de celle qu’il avait adoptée lors de son run (1987-1992), J ohn O strander accorde son onction au jeune prodige. Sympa !  Lequel réalisateur réutilise tout ce qui a fait le succès des Gardiens de la galaxie i.e. : si vous avez aimé les deux blockbusters du MCU™, vous aimerez ce nouvel épisode de la Suicide Squad ® . Quand bien même la formule gagnante est en contradiction complète avec l’idée-force de l’équipe cornaquée au siècle dernier par J ohn O strander ; où chaque membre était susceptible de mourir pour l’accomplissement de la mission.              J ames G unn opte en effet pour le ton parodique qu’on lui connaît, un choix déterminisme qui transforme tous ses personnages en caricature, certes très amusantes, mais dont le destin im

Un espion de trop [Lee Remick / Tyne Daly / Charles Bronson / Don Siegel]

Ce film, sorti en 1977, s'appuie sur le roman de W alter W ager ( Le Code ) et un cliché du film d'espionnage : les « agents dormants ». • La vie c'est simple comme un coup de fil             Peu après la crise dite des missiles de Cuba , l' U.R.S.S. , en représailles, dissémine sur le territoire des U.S.A. des « agents dormants ». Vingt ans plus tard, l'époque est à la détente, mais pas au gout de tout le monde. Nicolai Dalchimsky , stalinien pur sucre goûte assez peu le rapprochement entre les deux blocs ennemies, et la purge dont les féaux du « Petit Père des peuples » sont la victime. Il se rend aux États-Unis pour réveiller les « agents dormants ». Le KGB envoie un agent pour le neutraliser.   • Chercher la femme             Manifestement, à plus de 60 ans D on S iegel a perdu de sa superbe. « Un espion de trop » est, pour ainsi dire, surtout un film de trop. B ronson y joue une caricature de ses meilleures interprétations, le dur à cuire taciturne, et D on

Shot Caller / L'Exécuteur

R ic R oman W augh connait plutôt bien le milieu carcéral étasunien, car, pour l'un de ses précédents films, il avait travaillé en tant qu'agent de libération conditionnelle bénévole en Californie . Sans que personne ne sache - bien évidemment- qu'il travaillait dans le cinéma.  Une expérience sans filtre qui lui sera donc également profitable pour « Shot Caller », un film de moins de 10 millions de dollars, sorti aux États-Unis en 2017.              Titré bêtement, et surtout sans rapport avec la signification de son titre original « L'Exécuteur », pour sa sortie francophone Direct-to-vidéo (DTV), ce long-métrage de deux heures raconte l'histoire de Jacob Harlon , un homme d'affaires de Pasadena (CA), qui verra sa vie familiale épanouie et ses prometteurs projets professionnels disparaitre suite à un funeste accident de la circulation.  Envoyé en prison, où il côtoiera des criminels professionnels (si j'ose dire), il fera tout pour y survivre.