Accéder au contenu principal

Une Heure-Lumière, Hors-série 2018 [Le Bélial']

••• Proposé gratuitement dans le cadre d'une opération promotionnelle : pour deux titres achetés entre le 6 septembre 2018 et le 31 octobre de la même année, hors numérique, de la collection « Une Heure-Lumière » de l'éditeur Le Bélial', [Pour en savoir +], ce hors-série met les petits plats dans les grands.

Sous une magnifique couverture d'Aurélien Police, l'artiste qui à mon avis doit garantir une bonne partie des ventes de ladite collection, ce hors-série propose un éditorial d'Olivier Girard, big boss des éditions en question, un entretien avec -justement- Aurélien Police, une nouvelle inédite en français de Ken Liu, et bien entendu le catalogue de la collection. 
Lequel est agrémenté pour presque chacun des 16 titres parus d'un « blurb » venu d'une critique d'un blogueur ou d'une blogueuse, non professionnel. Une plutôt belle idée.
Tout comme cette collection d'ailleurs, qui présente la particularité d'être consacrée à des textes courts, entre disons la nouvelle et le roman, qu'on appelle généralement des novella. Un sujet qui occupe par ailleurs, une grande partie de l'éditorial d'Olivier Girard qui ouvre ce hors-série, en plus de revenir sur la genèse de la collection.

Mené par Erwan Perchoc, l'une des chevilles ouvrière de la maison d'édition, sise à Saint Mammès (77), la rencontre avec Aurélien Police est très intéressante. Et salutaire.

En effet, on n'accorde pas assez d'espace, à mon avis, dans le monde de l'édition, à deux importants acteurs, souvent relégués aux seconds rôles quand ce n'est tout simplement pas à de la figuration : les auteur des couvertures, et les traducteurs. 

Et comme de bien entendu, ce sont les éditions qui en font le plus de ce côté-là qui se distinguent encore et toujours.

Or donc, puisque j'en parle, la traduction du court texte de Ken Liu est de Pierre-Paul Durastanti, lui aussi l'un des piliers du Bélial'. « Sept anniversaires », puisque c'est le titre de ladite nouvelle, tout en me laissant sur ma faim, m'a complétement captivé tout du long. Et ce n'est pas rien de la part d'un écrivain, que de réussir à passionner un lecteur avec un texte qui est aux antipodes de ses attentes. Sans parler de la fin, que je n'ai pas comprise. 
C'est dire le talent de Liu (et de son traducteur).

D'une certaine manière « Sept anniversaires » synthétise ce que je pense de la collection. Sur les 16 volumes parus j'en ai lus pour l'instant huit. Et sur ces 8 histoires seules quatre m'ont vraiment plu. Toutefois je sais que je lirai les autres, et les suivantes, car cette collection est d'abord une excellente idée. En plus de proposer, notamment dans leur version numérique un prix très attractif : 4,99 € (9,90 € pour l'édition papier, souvent agrémenté d'un marque-page).

Tout comme Ken Liu, qui m'a suffisamment marqué avec « L'Homme qui mit fin à l'histoire », sixième titre de la collection, que même la sévère déception de « Le Regard  » (9ème), n'a pas entamé mon intérêt pour cet auteur.    

En d'autres termes les quelques déceptions rencontrées en lisant Ken Liu ou la collection« Une Heure-Lumière » ne sont rien en comparaison des satisfaction que l'une et l'autre m'ont apportées. D'autant que ni les écrits de Liu, ni la collection du Bélial' ne me sont directement adressés. 

••• En dernière instance, je recommande ce hors-série à tous ceux qui connaissent la collection (même si je sais que ce n'est pas nécessaire). Et à ceux qui ne la connaissent pas, je conseille de franchir le pas avec cette offre découverte, qui pour le coup propose un cadeau de bienvenue, qui n'a rien d'un gadget ou d'un fond de tiroir. 

Et si j'avais deux titres à proposer, pour formaliser la commande, rappelez-vous : le hors-série est offert pour l'achat de deux titres ; mon choix se porterait bien évidemment sur les titres que j'ai aimés : « L'Homme qui mit fin à l'histoire » de Ken Liu donc (traduit par Pierre-Paul Durastanti), sur « La ballade de Black Tom » de Victor Lavalle (traduit par Benoît Domis, longtemps rédacteur en chef de la revue Ténèbres [Pour en savoir +]), sur « Dragon » de Thomas Day qu'on ne présente plus [Pour en savoir +] ou l'un des tout derniers, « Les Attracteurs de Rose Street » de Lucius Shepard (traduit par Jean-Daniel Brèque, traducteur multi-capé, dont les efforts pour faire connaître Poul Anderson en France, via notamment Le Bélial', ou sa collection « Baskerville » [Pour en savoir +] placent durablement du bon côté de la Force).   
_________
D'autres avis sur ce hors-série :

L'épaule d'Orion [Pour en savoir +
Apophis [Pour en savoir +]

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le téléphone de M. Harrigan [Stephen King / Jean Esch]

Première nouvelle sur les quatre que contient le dernier recueil de S tephen K ing commercialisé en France, « Le téléphone de M. Harrigan » est un joli tour de force.             Superficiellement inoffensive, K ing y joue avec un cliché des histoires d'épouvante auquel n'importe quel aficionados du genre a déjà pensé, « Le téléphone de M. Harrigan » vaut surtout pour le portrait très naturaliste d'un enfant et des ses relations proches. Cela dit, les quelques coups de fils que Craig passera à monsieur Harrigan , et le malaise qui s'ensuivra, ne sont en aucun cas des pièces rapportées qui jurent avec le reste. La nouvelle est au contraire un ensemble très homogène, où l'incursion du surnaturelle appuie là où il faut.             Paradoxalement, alors que l'histoire se déroule au XXI ème siècle, l'impression de se retrouver au cœur des années 1950 ne m'a pas quitté durant toute ma lecture. Du moins des fifties idéalisées ; celles d'une société éta

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

VURT [Jeff Noon / Marc Voline]

La réputation est, comme chacun sait, la somme des malentendus qu’on accumule.              Récipiendaire, en 1994, d’un prix Arthur C. Clarke © , pour son premier roman (dont il est ici question) publié l’année précédente chez Ringpull Press™, une maison d’édition mise sur pieds par les employés de la librairie où travaillait J eff N oon. Ce qui en fait de facto un roman Sf. Associé à la génération « Trash » made in I rvine W elsh & J ohn K ing. Comparé à W illiam G ibson le « pape » du cyberpunk™, J eff N oon est peut-être, surtout, un auteur « culte », à l’aune de ce que je sais de sa réception en France .  Du moins dans l’acception qui définit (ici) un romancier passé sous le radar des lecteurs, dont un petit comité entretient néanmoins la permanence dans l’une des plus obscures marges du quadrant de la culture.  Cela dit, pour qu’un auteur « culte » le soit, il faut bien évidemment qu’il ne le soit plus. Qu’il accède à une certaine notoriété, pour que ceux qui ne l’avaient p