Accéder au contenu principal

Le Vêlage [Sam J. Miller / Anne-Sylvie Homassel]

Le Vêlage est une nouvelle qui se déroule dans le même futur post-apocalyptique que La Cité de l'orque, le premier roman traduit en français de Sam J. Miller [Pour en savoir +], commercialisé par Albin Michel Imaginaire™ (un département éditorial de la maison d'édition Albin Michel) depuis le 30 janvier 2019.
Cette nouvelle, de 37 pages, offerte gratuitement (un fort beau geste de l'éditeur), en numérique [Pour en savoir +], est une avant-première au roman sus-cité, tout ce qu'il y a de plus convaincante. Et traduite par Anne-Sophie Homassel (qui s'est également occupée de traduire ledit roman) .

Maîtrisant parfaitement l’ingénierie romanesque, Sam J. Miller utilise une « mise en texte » à base de focalisation interne et de désirs contrariés, deux techniques qui ont déjà fait leurs preuves. Notamment en matière d'immersion rapide.
Autre aspect très important, Sam J. Miller est un adepte, semble-t-il, de la recommandation qui veut que la description fasse action (« show, don't tell! »). Une approche qui trouve toute sa pertinence lorsque la société décrite est, comme ici, inédite. Mais prévisible, si l'on s'en tient aux alertes lancées par la diaspora scientifique.

Reste un -petit- bémol ; Sam J. Miller à la main un peu lourde en matière de pathos, même si pour le coup cela fait sens dans le cadre d'un mélodrame Sf. Rien de répréhensible toutefois, et qui n'handicape en rien mon envie de lire son roman La Cité de l'orque.
       Pari réussi pour Albin Michel Imaginaire™, qui grâce à cette nouvelle, offerte gratuitement, je le rappelle, gagne un lecteur pour le roman du même auteur [Pour en savoir +]. Dont la couverture, par Aurélien Police, était déjà, de toute façon, une invitation inévitable !  

• Feydrautha de L'épaule d'Orion, a aussi aimé [Pour en savoir +] cette nouvelle
• Et le Maki a trouvé l'histoire bouleversante [Pour en savoir +]

Commentaires

  1. C'est vrai que proposer une nouvelle gratuite dans le même univers que le roman est un plus indéniable. Malheureusement cela ne peut pas se faire à tous les coups. ;-)

    J'espère que le roman te plaira.

    RépondreSupprimer
  2. Désolé, je n'avais pas vu passer ta recension, mais

    "Maîtrisant parfaitement l’ingénierie romanesque, Sam J. Miller utilise une « mise en texte » à base de focalisation interne et de désirs contrariés"

    Merci d'ainsi mettre les points sur les i, c'est tout à fait salvateur.

    RépondreSupprimer
  3. Ne sois pas désolé, je l'avions faite après la tienne. Il est donc normal que je parle de ta critique, et que toi tu ne parles pas de la mienne. [-_ô]

    RépondreSupprimer
  4. je vais bientôt me plonger et dans la nouvelle et dans le roman. :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis sûr que je lirai avec plaisir ce que tu en diras.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

L'Alignement des équinoxes [Sébastien Raizer]

Vous l'avez sûrement constaté, Maurice G. Dantec n'a pas publié de livres depuis quelques temps. Fort heureusement, pour les amateurs qui ont pris plaisir à lire Les Racines du Mal ou encore Babylon Babies, Sébastien Raizer vient, avec L'Alignement des équinoxes, à la rescousse des lecteurs en manque.
••• Ce roman, d'abord publié à la Série Noire, sous les auspices d'Aurélien Masson, à qui il est par ailleurs dédié, est le premier d'une trilogie, dont la lecture contentera amplement ceux qui ne voudront toutefois pas poursuive l'aventure des tomes suivants.
Néanmoins, le cœur du réacteur qui le propulse, dans lequel on trouve aussi bien Mishima, Philip K.Dick, William S. Burroughs ou encore Robert Anton Wilson, pour ne citer que les plus évidents ; dispose d'une telle puissance diégétique que je ne doute pas le moins du monde que Sagittarius et Minuit à contre-jour, les deux romans qui suivent respectivement L'Alignement des équinoxes, soient tout au…

Porté disparu [Lauren Beukes / Luc Kenoufi]

Extrait du cinquième numéro de la revue numérique de science-fiction Angle Mort, je viens de lire Porté disparu une nouvelle de Lauren Beukes, traduite par Luc Kenoufi.
       Tout en ayant déjà entendu parler de cette autrice sud-africaine, c'est en lisant un numéro anniversaire de l'hebdomadaire anglais 2000 AD, où elle y a écrit une courte histoire autour du personnage de Durham Red, que l'idée m'est venue de me pencher plus sérieusement sur son travail.

Et je n'ai pas été déçu. 

Alors même que l'inspiration de Lauren Beukes, pour la nouvelle dont il est question ici, semble reposer sur une infox (fake news), celle dite de « l'expérience de Standford », menée par Philip Zimbardo. 

       Je ne vais pas ici relater ladite expérience (dont on trouve sur l'Internet, moult descriptions), mais pour le dire rapidement, elle a démontré que tout homme, placé dans certaines situations, peut se transformer en monstre. Ou dit autrement par Thibault Le Texier «l’enf…

Survivors' Club [L. Beukes / D. Halvorsen / R. Kelly] Vertigo

Pensée a priori sur le long terme (ongoing serie) Survivors' Club ne connaitra en définitive que 9 numéros. Écrite par Lauren Beukes et Dale Halvorsen, sur une idée de départ de ce dernier, cette série, estampillée Vertigo, peut se résumer à : « Que sont devenus les protagonistes survivants des films d'horreur des années 1980 ? ».
C'est en regardant l'un des films de la série Chucky que Dale Halvorsen a commencé à réfléchir à ce qui deviendra finalement Survivors' Club. Rien d'étonnant à ce qu'un des personnages fasse justement penser à la célèbre marionnette.
En fait, chacun des personnages du Survivors' Club est une transposition d'un archétype de film d'horreur. Réunis sur un thème tout aussi connoté, la série prend tout son ampleur à partir du quatrième numéro, et s'émancipe, pour le meilleur, de son pitch liminaire. Lequel n'était pas honteux non plus.
Non pas en le reniant, mais en y apportant ce qui est à mes yeux la touche d'or…