Accéder au contenu principal

Le Vêlage [Sam J. Miller / Anne-Sylvie Homassel]

Le Vêlage est une nouvelle qui se déroule dans le même futur post-apocalyptique que La Cité de l'orque, le premier roman traduit en français de Sam J. Miller [Pour en savoir +], commercialisé par Albin Michel Imaginaire™ (un département éditorial de la maison d'édition Albin Michel) depuis le 30 janvier 2019.
Cette nouvelle, de 37 pages, offerte gratuitement (un fort beau geste de l'éditeur), en numérique [Pour en savoir +], est une avant-première au roman sus-cité, tout ce qu'il y a de plus convaincante. Et traduite par Anne-Sophie Homassel (qui s'est également occupée de traduire ledit roman) .

Maîtrisant parfaitement l’ingénierie romanesque, Sam J. Miller utilise une « mise en texte » à base de focalisation interne et de désirs contrariés, deux techniques qui ont déjà fait leurs preuves. Notamment en matière d'immersion rapide.
Autre aspect très important, Sam J. Miller est un adepte, semble-t-il, de la recommandation qui veut que la description fasse action (« show, don't tell! »). Une approche qui trouve toute sa pertinence lorsque la société décrite est, comme ici, inédite. Mais prévisible, si l'on s'en tient aux alertes lancées par la diaspora scientifique.

Reste un -petit- bémol ; Sam J. Miller à la main un peu lourde en matière de pathos, même si pour le coup cela fait sens dans le cadre d'un mélodrame Sf. Rien de répréhensible toutefois, et qui n'handicape en rien mon envie de lire son roman La Cité de l'orque.
       Pari réussi pour Albin Michel Imaginaire™, qui grâce à cette nouvelle, offerte gratuitement, je le rappelle, gagne un lecteur pour le roman du même auteur [Pour en savoir +]. Dont la couverture, par Aurélien Police, était déjà, de toute façon, une invitation inévitable !  

• Feydrautha de L'épaule d'Orion, a aussi aimé [Pour en savoir +] cette nouvelle
• Et le Maki a trouvé l'histoire bouleversante [Pour en savoir +]

Commentaires

  1. C'est vrai que proposer une nouvelle gratuite dans le même univers que le roman est un plus indéniable. Malheureusement cela ne peut pas se faire à tous les coups. ;-)

    J'espère que le roman te plaira.

    RépondreSupprimer
  2. Désolé, je n'avais pas vu passer ta recension, mais

    "Maîtrisant parfaitement l’ingénierie romanesque, Sam J. Miller utilise une « mise en texte » à base de focalisation interne et de désirs contrariés"

    Merci d'ainsi mettre les points sur les i, c'est tout à fait salvateur.

    RépondreSupprimer
  3. Ne sois pas désolé, je l'avions faite après la tienne. Il est donc normal que je parle de ta critique, et que toi tu ne parles pas de la mienne. [-_ô]

    RépondreSupprimer
  4. je vais bientôt me plonger et dans la nouvelle et dans le roman. :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis sûr que je lirai avec plaisir ce que tu en diras.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

The Suicide Squad [ James Gunn & Co. ]

D’après le réalisateur J ames G unn, J ohn O strander, le scénariste de bandes dessinées qui a recréé la Suicide Squad ® en 1987 - et à qui le réalisateur a offert un caméo, est ravi par le film.  Autrement dit, malgré une direction aux antipodes de celle qu’il avait adoptée lors de son run (1987-1992), J ohn O strander accorde son onction au jeune prodige. Sympa !  Lequel réalisateur réutilise tout ce qui a fait le succès des Gardiens de la galaxie i.e. : si vous avez aimé les deux blockbusters du MCU™, vous aimerez ce nouvel épisode de la Suicide Squad ® . Quand bien même la formule gagnante est en contradiction complète avec l’idée-force de l’équipe cornaquée au siècle dernier par J ohn O strander ; où chaque membre était susceptible de mourir pour l’accomplissement de la mission.              J ames G unn opte en effet pour le ton parodique qu’on lui connaît, un choix déterminisme qui transforme tous ses personnages en caricature, certes très amusantes, mais dont le destin im

Shot Caller / L'Exécuteur

R ic R oman W augh connait plutôt bien le milieu carcéral étasunien, car, pour l'un de ses précédents films, il avait travaillé en tant qu'agent de libération conditionnelle bénévole en Californie . Sans que personne ne sache - bien évidemment- qu'il travaillait dans le cinéma.  Une expérience sans filtre qui lui sera donc également profitable pour « Shot Caller », un film de moins de 10 millions de dollars, sorti aux États-Unis en 2017.              Titré bêtement, et surtout sans rapport avec la signification de son titre original « L'Exécuteur », pour sa sortie francophone Direct-to-vidéo (DTV), ce long-métrage de deux heures raconte l'histoire de Jacob Harlon , un homme d'affaires de Pasadena (CA), qui verra sa vie familiale épanouie et ses prometteurs projets professionnels disparaitre suite à un funeste accident de la circulation.  Envoyé en prison, où il côtoiera des criminels professionnels (si j'ose dire), il fera tout pour y survivre.             

Vis-à-vis [Peter Swanson / Christophe Cuq]

« Vis-à-vis », de P eter Swanson est, selon son éditeur français, un « thriller psychologique ». Lequel débute par une enquête criminelle dite par interversion. Ou, dans la langue d’ A gatha C hristie, une « howcatchem ».  Autrement dit une enquête où le meurtrier est connu par le lecteur dès le tout début de l’histoire.              On doit cette innovation, qui date quand même de 1912, à R . A ustin F reeman qui le premier l’a utilisée dans un court récit intitulé The Case of Oscar Brodski . L’enquêteur le plus capé dans ce domaine est à ce jour certainement le lieutenant Columbo , de la police de Los Angeles .  Mais « Vis-à-vis » n’est pas sans rappeler non plus le personnage créé par J eff L indsay, dont la notoriété a largement dépassé le cercle des amateurs du (mauvais) genre littéraire grâce à une série télévisée, diffusée durant huit saisons.  Cependant, malgré cet héritage « Vis-à-vis » s’écarte rapidement, et pour n’y revenir qu’à la toute fin, de l’univers policier.