Accéder au contenu principal

Massacres à New York [Jack Cannon / Claro]

C'est un « tweet » de Jack Carr (l'auteur de Terminal List), qui souhaitait un bon anniversaire à Nelson DeMille, qui a aiguisé ma curiosité. 
Si j'avais - je crois ? - vu une adaptation cinématographique de l'un des romans de DeMille (Le déshonneur d'Ann Campbell), je n'en avais en revanche jamais lus aucun. 
Mon choix s'est donc porté sur L'Île des fléaux, roman disponible à la médiathèque, et premier d'une série dont le personnage principal est un certain John Corey
Mal m'en a pris. 
            Je crois que c'est la pire traduction qu'il m'a été donnée de lire. Dès les premières pages on trouve un « détective », des « officiers », en lieu et place d'un inspecteur et d'agents. Un peu plus loin mais guère plus, le traducteur confond le canon d'une arme et son barillet, et cerise sur le gâteau (c'est le cas de le dire), construit une maison en pain d'épices (gingerbread qui pour le coup a ici le sens de « tarabiscoté ») sans que cela titille son bon sens. 
Bref, devant ce manque évident de professionnalisme et de relecture, je me suis rabattu derechef sur la version originale, Plum Island, qui aurait gagné à être écourtée. 
            Nelson DeMille s’enferre en effet dans d'interminables descriptions qui n'apportent absolument rien à l'intrigue. Alors que l'enquête policière offre des pistes intéressantes, et débouche sur l'une des plus originales du lot. 
Malheureusement (bis), le roman est plombé par un climax final aussi interminable que bavard, qui évidemment n'arrive pas à en faire oublier les défauts précédents. 
J'ai connu de meilleures expériences. 
« Il était souillé d'ordures et de merdes de chiens. Il vérifia que ses armes n'étaient pas tombées et envisagea sérieusement de se faire faire un vaccin antitétanique. »
            Cependant, entre temps j'avais appris que Nelson DeMille avait écrit, au début de sa carrière, des romans sous pseudonyme(s), dont il n'était pas très fier. 
Dont six sous celui de Jack Cannon, traduits à partir de 1994 aux éditions Fleuve Noir™ par Claro (qui lui aussi était très probablement au début de sa propre carrière), dans la collection SUPERCOPS. 
            Publié au mitan des seventies aux États-Unis, « Massacres à New York », le premier roman de la série, met aux prises un inspecteur de police, Joe Ryker, et un sniper, ancien combattant de la guerre du Vietnam, qui, s'il était ausculté aujourd'hui par un médecin, serait probablement diagnostiqué atteint de « stress post-traumatique ». 
Le récit quant à lui, contemporain de son écriture, prend de nos jours les atours d'un samizdat. Petite précision, ce roman, lors de sa réédition à la fin des années 1980 aux U.S.A., a été « retouché », le prénom du criminel a été modifié par exemple ; et c'est certainement pour ça qu'on y rencontre une allusion à Rambo et au SIDA.
            Samizdat disais-je donc, car si l'édition du Fleuve Noir™ a paru en 1994 dans un relatif anonymat, difficile de croire qu'aujourd'hui « Massacres à New York » passerait allègrement sous les fourches caudines de la bien-pensance et de la doxa woke. Laquelle voit par exemple, dans une grillade au barbecue, la quintessence de la masculinité. « Toxique », cela va sans dire. 
Or donc, pas sûr qu'un éditeur prendrait le risque de le publier en 2022. 
Ceci étant dit, de quoi « Massacres à New York » est-il le nom ? 
            Si l'on posait la question à Pauline Kael, sa réponse serait sûrement celui du « fascisme », elle qui, dans les années soixante-dix, disqualifiait ainsi le film de Don Siegel, Dirty Harry, dont Joe Ryker est un copycat
Une imitation certes, mais encore plus brutale que l'original, dans un New York encore plus dur et moins sûr que le San Francisco de Harry Callahan. Et c'est peu de le dire.   
            L'enquête à proprement parler est rondement menée, manifestement les consignes éditoriales données à Jack Cannon visaient plus à portraiturer des flics durs-à-cuire, encadrés par une hiérarchie carriériste face à une faune de drogués, de prostituées, de clochards, d'adolescents à la sexualité précoces, et bien entendu de criminels ; plutôt que d'élaborer un whodunit original. 
Tout ce beau monde fréquente des bouges à la propreté douteuse tenus par des gens peu amènes, sous une chaleur accablante. 
Ce gangbang de stéréotypes et de clichés outranciers accouche - contre toute attente - d'un récit captivant presque de bout en bout. La fin était visiblement déjà le point faible de l'auteur à ses débuts
            Alors certes, il s'agit d'une cuisine littéraire réservée aux connaisseurs. Le titre est déjà tout un programme. 
Lecture corsée donc, elle gagne d'autant plus en déviance aujourd'hui que notre époque est aux « safe spaces », aux « sensitivity readers » et aux pères mères la vertu. 
Si on avait dit aux spectateurs de Dirty Harry que 50 ans plus tard, le point de vue excessif, mais somme toute minoritaire de Pauline Kael sur le film de Siegel serait non seulement largement partagé, mais surtout étendu à tous les aspects culturels et sociétaux de nos vie, on aurait sûrement récolté une volée de rires bien gras. 
Et pourtant .....

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er