Accéder au contenu principal

Terminal List [Chris Pratt / Jack Carr / Antoine Fuqua, & al.]

En OPEX en Syrie, une équipe de Navy SEALs chevronnés, commandée par le capitaine de corvette (Lt. Commander) James Reece, tombe dans un traquenard.
Seulement deux survivants.
Un body count auquel s'ajoutera rapidement une unité, et un mutisme inquiétant de la part de la Navy. Sans parler de l'enquête partisane du NCIS.
« Le jour facile c'était hier »
            Ça commençait plutôt mal. Je veux dire une fois passé l'opération musclée des SEAL (épisode réalisé par Antoine Fuqua).
James Reece (très bon Chris Pratt) paraissait être le candidat parfait d'un stress post-traumatique pris entre une hiérarchie paternaliste et une famille solide et aimante.
Bref, des bons sentiments à gogo, et « la guerre c'est pas bien, voyez ce qu'elle fait à nos soldats ». Une journaliste curieuse (Constance Wu très bien aussi), et une ministre de la Défense (Secretary of defense) compatissante ajoutaient à mon désarroi. 
Lequel, rassurez-vous ne durera pas plus loin que le premier épisode. Qui par ailleurs dans sa toute dernière section, donne le « la » quant à ce qui nous attend.
Vous n'aurez pas ma haine 
            Je vous mets un extrait de la préface du roman homonyme de Jack Carr dont la série télévisée en 8 épisodes est l'adaptation : « The Terminal List explore ce qui pourrait arriver lorsqu'un prédateur alpha, un guerrier au sommet de son art, est jeté dans une situation sans retour ».
Et la bonne nouvelle c'est qu'Amazon Prime Video™ va au bout du concept.
James Reece est mis dans une situation que sa culture va traiter de la seule manière qui vaille de l'être. À l'aune de ce qu'il est et pas de ce que vont penser les téléspectateurs.
Reece est déterminée par l'histoire, et sa conception de la justice est celle du talion.
Il est, en quelque sorte, un descendant direct de Mack Bolan, un Paul Kersey dont l'expérience lui permettra de mener la vie dure à ceux qui ont réduit la sienne à rien.
Coïncidence (?), le parcours militaire de Reece, d'homme du rang à capitaine de corvette commandant une unité de SEAL, rappelle (en partie) le parcours de Richard Marcinko. 
Outre ce jusqu'au-boutisme revigorant, « Terminal List » y ajoute des seconds rôles qui ne font pas que de la figuration, et un suspense entretenu jusqu'à la toute fin de la série.
Sans oublier quelques clin d’œil, dont un épisode tout entier dédié (il me semble, ou alors c'est bien imité) au Rambo1982 de Ted Kotcheff. 
            Chris Pratt, très impliqué dans son rôle, il a semble-t-il sympathisé avec Jack Carr (dont on retrouve l'empreinte visuelle tout au long de la série), Chris Pratt donc, trouve le ton juste pour interpréter son rôle. Il est à l'écran un père et un mari aimant, à l'écoute, et un professionnel tout en retenu. Il a compris qu'un niveau de compétences comme celui qu'est sensé avoir son personnage ne nécessite pas d'en faire des tonnes. 
            Il faut espérer que « Terminal List » obtienne une seconde saison vu la qualité de celle-ci.
Reste qu'avec la série Jack Reacher [Pour en savoir +], Amazon Prime Video™ investit le thriller musclé garanti sans moraline, et c'est une très bonne nouvelle. 
 
(À suivre ..... ?   

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er