Accéder au contenu principal

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel. 
— Dis pour voir… 
— C'est nous les gentils.»
Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait Jean-Bernard Pouy, Patrick Raynal et Serge Quadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences. 
            Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de Gérard de Villiers, ou la série de L’Exécuteur par Don Pendleton.
Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire (sic) d'agit-prop littéraire. 
            Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction1994 de Tarantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'erreur !
            Or donc il s'agissait in fine de produire une littérature commerciale (y en a-t-il une autre ?), vite lue, vite écrite, mais surtout très engagée (à gauche, cela va sans dire) ; rédigée par des auteurs différents, venus d'horizons aussi diverses que la qualité d'évasion desdits romans.
Je serais assez curieux de connaître l'avis de la gauche d'aujourd'hui sur cette série. <sourire>
            Vite écrite donc comme l'avoue Hervé Le Tellier dans la préface de la toute récente réédition de son propre opuscule parue à l'origine en 1997. Une réédition dont il dit par ailleurs qu'il ne l'a pas modifiée. Dont acte !
Et il a bien eu raison, puisque l'essentiel du charme de cette enquête à partir d'un fait divers,  qui vire timidement au thriller médical, tient justement à l'époque où elle se déroule.
            Succède donc au titre en forme de clin d’œil humoristique (qui caractérise la série), une enquête rondement, menée qui ne devait pas excéder la durée d'un trajet Paris-Limoge, toujours déclenchée par (si je me souviens bien) la lecture du quotidien Le Parisien™. 
            On croise dans cette aventure Jean-Baptiste Botul, un « ami » de BHL, des capitalistes sans vergognes, forcément. Et même des trotskistes animés des meilleures intention du monde, d'où l'utilité d'une solide suspension d'incrédulité. 
Sans oublier non plus un léger effet de lampshading (ce procédé sensé attirer l'œil du lecteur sur une faiblesse du scénario, pour ensuite la dépasser) : « vous pourriez à peine en faire un polar » déclare l'un des méchants de l'histoire, qui ne croit pas si bien dire.
            D'Hervé Le Tellier je n'ai lu que son très très mauvais roman (récompensé par un prestigieux prix littéraire, ce qui en dit long sur la qualité du reste), heureusement quasi aussi inoffensif que « La disparition de Perek », dont la réédition ne fera rien pour modifier ce que je pense de sa prose.
À vrai dire je comptais me contenter de L'Anomalie, mais je n'ai pas su résister à la tentation de relire un Poulpe. Un coup de nostalgie que je ne regrette pas vraiment, puisqu'il est bien meilleur que son Goncourt™. 
Qui a dit que ce n'était pas difficile !?      

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins