Accéder au contenu principal

Scurry [Mac Smith / Lucille Calame]

L'histoire est très simple : un groupe de survivants doit faire face à un monde devenu hostile, et à court terme trouver de la nourriture.
Sur ce canevas maintes et maintes fois vu et revu, Mac Smith livre une histoire en trois tomes (pour l'instant) tout ce qu'il y a de captivant.
            Quasiment entièrement réalisée via des outils numériques, et pensée pour être également lue sur un téléphone mobile, « Scurry » a été commercialisée grâce à une plateforme de financement participatif. La version française, traduite par Lucille Calame, est publiée par l'éditeur Delcourt™. 

Comme vous le voyez sûrement ci-dessus, la virtuosité de la mise en récit de Mac Smith permet à son histoire de ne rien perdre en termes de lecture lorsqu'elle s'imprime sur la page en papier d'une bande dessinée traditionnelle.
            Outre un talent manifeste, Mac Smith donne à la ménagerie qu'il met en scène des caractères qui ne seront pas forcément des surprises, mais qu'il utilise pour faire avancer, ou pas, son histoire. Avec une empathie évidente. C'est à la fois très kawaii, et sans concession quant aux aléas que rencontreront les personnages principaux.
          Une autre belle trouvaille est de construire une sorte de « mystique » animale. Ce que les animaux survivants ne comprennent pas de la nouvelle situation dans laquelle ils se trouvent est interprété à leur échelle.
Mac Smith s'ingénie à faire un pas de côté pour proposer un récit légèrement divergent de ce qu'il serait s'il s'agissait de survivants humains. Cette prise de conscience n'est pas forcément évidente, car l'auteur évite d'être trop didactique. Ça se fait en douceur, peu à peu on se met à voir le monde différemment. Question d'échelle disais-je.
            Or donc, aussi spectaculaire que soit la partie graphique des trois tomes, Mac Smith ne néglige ni son scénario, ni la caractérisation des ses personnages.
Et au final « Scurry » est une lecture rafraichissante et très dépaysante. 
Cependant, contrairement à ce que pourrait laisser croire un coup d’œil rapide, cette histoire ne conviendra pas à des enfants trop jeunes.
Ou alors, il ne faudra pas hésiter à ce qu'un adulte contextualise la lecture.
Car en fin de compte, « Scurry » est un survival où la Nature n'a rien de bienveillante. Elle est ce qu'elle est, et point barre !
Hautement recommandée.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er