Accéder au contenu principal

Premier sang [Joe Abercrombie / Brigitte Mariot]

Lassé par une forme de retour au même, Joe Abercrombie laisse tomber la Fantasy qu'il lisait ou à laquelle il jouait, à la fin de son adolescence. Cependant, la lecture du Trône de fer lui prouve qu'il est possible « de faire quelque chose d'osé, d'imprévisible, de courageux et de centré sur des personnages tout en écrivant toujours dans le noyau commercial du genre ».
Ce quelque chose ce sera donc « Premier sang », son premier roman et le premier tome d'une trilogie qu'il est dorénavant convenu d'appeler La Première Loi.  
          Ne sachant pas avant de le lire que ce roman était donc le premier jamais écrit par son auteur, je ne peux qu'abonder dans le sans de la déclaration bifrostienne qui orne ci-contre le bandeau de l'édition Pygmanlion™, une fois sut. 
En effet, si c'est dans les deux cas Brigitte Mariot à la traduction, une édition par J'ai Lu™ a paru en 2007.
            Ceci étant dit, qu'en est-il de ce roman est des aspirations de Joe Abercrombie ?
Deux des points sur lesquels il s'était engagé apparaissent assez rapidement à la lecture de l'opus de presque 600 pages : c'est courageux, et c'est commercial.
Le second point entendu comme donnant très envie de lire la suite.
C'est aussi très centré sur les personnages, à tel point que « Premier sang » n'a pas peur de s'emparer d'une vingtaine de protagonistes de premier ou de deuxième plan. Si tous n'ont pas la même importance, force est de constater que tous bénéficient d'un soin tout aussi méticuleux à leur donner une voix. S'en dégage une sensation de fraîcheur que n’entament pas certains passages un peu long.
Par exemple la préparation de ce sur quoi finira ce premier tome, ou encore l'entraînement du capitaine Jezal.
Mais tout cela est largement compensé par la personnalité de plusieurs personnages dont l'inquisiteur Glotka (ses dialogues in petto son sûrement ce que j'ai le plus appréciés), voire de son tortionnaire adjoint, le presque mutique et albinos Frost. Ainsi, devant un cadavre que l'on nous décrit comme ayant la gorge tranchée, Glotka s'interroge : « « Il doit être mort. Mais comment est-ce arrivé ? » 
Incurvant un sourcil blanc, Frost le regarda d’un œil rouge. « Du poivon ? »
On sait rigoler chez les Tourmenteurs n'est-ce pas, et l'inquisiteur Glotka ne manque pas non plus d'humour. Tout comme Abercrombie visiblement.
            Ce premier tome est en fin de compte très prometteur.
Si Joe Abercrombie n'a évidemment pas le savoir-faire de son illustre modèle, le florilège de personnages, le dynamisme de ses scènes d'action, et quelques traits de caractère bien déviants dont il fait justement profiter certains de ses protagonistes, font de lui un très digne disciple de G.R.R. Martin.
Comme lui il joue avec les stéréotypes du (mauvais) genre, et comme lui il n'a pas peur de s'engager dans une vaste fresque.
Et ça démarre plutôt bien.
 
(À suivre .....)   

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er