Accéder au contenu principal

True Believer [Jack Carr]

Si la vie de Jack Carr a été influencée par celle de son grand-père, mort à la fin de la Seconde Guerre mondiale à bord de son avion, il est aussi le fruit de la culture de masse américaine. 
Militaire pendant 20 ans chez les SEALs, tout ce qu'il savait de ce corps d'élite avant de s'y engager, il l'avait appris en lisant des romans. Ceux de David Morell, Robert Ludlum, J.C. Pollock etc... et le magazine Soldier of Fortune, que sa mère, bibliothécaire, voyait d'un moins bon œil. Né en 1975, Jack Carr n'avait alors pas accès à Internet pour parfaire ses connaissances en la matière.  
S'il savait très tôt qu'il servirait son pays sous l'uniforme, il savait aussi qu'il ferait tout pour être écrivain.
            Alors qu'il était encore sous les drapeaux (1996-2016), et qu'il avait commencé à écrire ce qui deviendra Terminal List, la première aventure de James Reece, un de ses camarades de régiment, qui connaissait sont projet, lui a fait rencontrer Brad Thor. Un auteur de thrillers politiques et militaires venu se renseigner sur les Navy SEALs. 
Convaincu par Jack Carr, il lui promet que lorsque son roman serait terminé, il l'aiderait à ce qu'un éditeur le lise, en occurrence sa propre éditrice Emily Bestler. Néanmoins il ne lui donnerait ni conseils, ni encouragements.
Vous connaissez la suite.
Pour la petite histoire, Jack Carr avait déjà écrit le second tome, « True Believer », avant même que son premier roman, Terminal List, ne soit publié. Une belle preuve de persévérance.
            La découverte de la série télévisée [Pour en savoir +] a été une si bonne surprise que je me suis donc plongé directement dans la suite des aventures de l'ex Navy SEAL.
Sauf que le roman, comme souvent, semble pas mal différent de son adaptation. Ceci étant, au début de « True Believer » James Reece est aussi sur un bateau, là où on l'avait laissé à la fin du huitième épisode de la série télévisée.
Et il fait désormais voile vers l'Afrique, où son passé le rattrapera.
Mais entre temps il aura le temps d'être un Jean Calar américain dans la plus pure tradition romanesque.
Avant que de manière très habile, Jack Carr remette son héros sur les rails de la guerre asymétrique et du « Grand jeu ». Mais sous les auspices des meilleur thrillers estampillés « guerre froide ».  
            Si on ne s'ennuie pas une seconde, ce qui serait quand même un comble pour ce type d'histoire, Jack Carr sait instiller de nombreux moments de tension, et aussi pas mal d'émotion. 
Et si le complot ourdi est complexe, mais difficile de ne pas y succomber si on veut un minimum d'originalité, l'auteur ne nous perd jamais en complications inutiles.
C'est enlevé, dynamique, et captivant.
 
(À suivre ......)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er