Accéder au contenu principal

Dr Houffe

Toute ligne droite, allongée à l'infini de part et d'autre, est un cercle
Girard Desargues


.. Depuis le mois de septembre 2009 la 6ième saison de la série Docteur House est diffusée aux U.S.A, pour ma part je viens de terminer la saison précédente dont j'aimerais vous parler, et plus précisément des quatre derniers épisodes.
Attention cependant, je crois que cette saison n'a pas été encore diffusée en France et pour les besoins de mon billet je vais devoir révéler les moult rebondissements qui animent cette saison. Ou du moins une grande partie d'entre eux.

Si ce billet est une lecture des quatre derniers épisodes, c'est à la toute fin du 21ième épisode que le téléspectateur (et House) est confronté pour la première fois à l'apparition d'Amber.


Petit rappel, Amber Volakis est l'une des candidates qui voulaient rejoindre la nouvelle équipe que House était en train de constituer lors de la 4ième saison. Son attitude pour arriver à ses fins lui vaudra le surnom de l'abominable garce. Si elle n'a finalement pas été retenue elle n'en disparaitra pas pour autant de la vie du médecin boiteux puisqu'elle deviendra la petite amie de son "meilleur ami" Wilson.
À la fin de cette quatrième saison victime d'un accident de bus alors qu'elle ramène House chez lui, elle décède finalement et rapidement suite à un empoisonnement. (contracté avant l'accident).

Il faut par ailleurs remarquer que cette apparition se déroule alors que Gregory House est chez lui en train de jouer Georgia in my mind. Mais pas n'importe comment, au piano (main gauche) et à l'harmonica (main droite).







Le Cerveau

Depuis quelques années, on s'est aperçu que les deux hémisphères cérébraux sont spécialisés dans un style différent de connaissances.
Chez les droitiers, [..], l'hémisphère gauche travaille sur un mode logique et analytique pour lequel les mots sont un outil précieux (cet hémisphère contient d'ailleurs les zones corticales du langage), le droit sur un mode global, comportemental, particulièrement efficace dans les relations spatiales et musicales. L'hémisphère droit utiliserait donc un mode non verbal de représentation, images visuelles, tactiles, auditives ou kinesthésiques et des association non linéaires. il résout les problèmes par convergence de facteurs multiples, non par chaîne causale. Il envisage les concepts dans leur ensemble, non analytiquement Il n'utilise pas les mots pour construire des propositions, alors que l'hémisphère gauche est celui du langage, des mathématiques, de l'analyse.
C'est l'hémisphère cartésien, pourrait-on dire, le droit étant l'hémisphère mystique.
Ce dernier serait celui du volume, l'autre du plan.

Henri Laborit

.. Ainsi les quatre derniers épisodes de cette cinquième saison tournent autours du cerveau, que ce soit celui des patients, ou celui de House.

Ces épisodes peuvent être vus au travers de la théorie de Julian Jayne sur le cerveau bicaméral, théorie qui peut-être résumée ainsi : avant l'émergence de la conscience l'esprit humain était divisé en deux parties. L'une qui "conseillait" et l'autre qui "écoutait". Cela se traduisait sous forme d'hallucinations auditives ou visuelles.

Ces hallucinations se manifestaient notamment lors de moments de stress, de situations nouvelles. Au fur et à mesure ces voix, ces hallucination sont devenues des "dieux". Toutefois précise Jayne il se peut que ces dieux prennent l'apparence "d'autres personnes proches du héros" (Cf. L'Illiade dont se sert Jayne pour démontrer sa théorie).

Non seulement les aventures de House sont une belle illustration de la thèse de Julian Jayne mais elles sont aussi une mise en situation d'un homme bicaméral dans une société qui ne l'est plus (si tant est qu'elle ne l'est jamais été), voire une société qui réfute l'idée même de cette théorie.

Dés lors, quelle solution reste-t-il à l'homme du 21ième siècle ?

Et au plus brillant et au plus célèbre des diagnosticiens ?

.. House est une excellente série, chaque saison apporte son lot de surprises, de changements, rien n'est figé, l'inattendu guette .... et frappe. Cette 5ième saison n'y déroge pas et les derniers épisodes sont particulièrement réussis.

Le vingt-4ième épisode est d'ailleurs remarquablement saisissant. Si Gregory House perd les pédales, le spectateurs lui ne sait plus à quel saint se vouer.

Magistral !



Commentaires

  1. Article super intéressant. J'ai beaucoup aimé moi aussi la fin de cette saison. Surtout le dernier épisode avec son twist final, et les clins d'oeils à certains films qui vont avec.

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour ton intérêt mecton.

    Je viens d'attaquer la 6ième saison,

    et c'est un démarrage en béton !

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …