Accéder au contenu principal

L'effet Zahir

Ou une petite tranche de vie dont le sujet est autre.

.. Il y a un bon bout de temps déjà, lors d'une discussion avait été évoqué l'idée d'organiser un dossier thématique pour un fanzine consacré au comic-books. Jim l'instigateur du projet m'avait ensuite envoyé, ainsi qu'à d'autres, une liste de sujets possibles. J'en avais choisi un, une mini série que j'avais dans ma bibliothèque.

Ce n'était pas une histoire que j'avais particulièrement appréciée mais puisque je l'avais déjà, pourquoi pas !

Je l'ai donc relue et j'ai tenté de trouver une piste pour en parler. jJai lu plusieurs livres, des articles sur différentes approches. Pris des notes, bref j'ai constitué un dossier.

Sans toutefois arriver à quelque chose de concluant.
Cahin-caha, le temps a passé sans nouvelles du projet. Jusqu'à récemment, l'idée était finalement approuvé.

Ayant donné mon accord de principe, je n'avais guère le choix de la dérobade. J'ai ainsi repris mes notes, j'ai relu la V.O et même la version française, par acquis de consciente ; sans pour cela voir le bout du tunnel, je devais me résigner à chroniquer cette mini série de la manière la plus convenue qui soit.

.. Et le Fulchibar a frappé.

Comment n'y avais-je pas pensé avant, ça crevait pourtant les yeux. Tel un pavé sautant à la gueule d'un flic, entrainant un effet domino du plus bel effet papillon.

Par Saint Michel !

Mon article se construisait à la vitesse d'un cheval au galop. Enfin, j'exagère un peu.

Toujours est-il, et c'est là que je voulais en venir, qu'au fur et à mesure je découvrais ici un article se rapportant à mon idée, là une émission de radio l'évoquant, des bribes par ici, bref tout un tas d'occurrences intéressantes, ce que j'appelle l'effet Zahir (après avoir découvert par hasard cette expression chez David Madore (David Madore l'utilise pour un cas un peu différent du mien)).

L'effet Zahir caractérise (en tout cas pour moi) ce moment, plus ou moins long, où tout un tas d'éléments en rapport avec un sujet qui vous occupe l'esprit, semble se manifester en nombre au moment où vous en avez justement besoin.

C'est en quelque sort la conjugaison de la providence et du nombre, plus la qualité.

Or donc, il ne "reste plus qu'à" fignoler cet article, en espérant que ma lumineuse idée [0_-] (et ses corolaires) n'ait pas déjà été proposée ici ou là.

L'effet Zahir est bien sûr une référence à la nouvelle de Jorge Luis Borges.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un