Accéder au contenu principal

Le Mystère Shaver

Synchronicité : [racines grecques sun (avec) et khronos (temps)]
Occurrence simultanée
de deux événements reliés par le sens
et non par la cause.

AVERTISSEMENT

Ce billet s'inscrit dans une dynamique botulienne, à savoir une dynamique essentiellement de création d'existence, cependant à contrario du philosophe de l'oralité, l'élégance des formes ne masquera aucunement la prépondérance du vide.

.. Or donc, à l'amorce des années 40 Richard Shaver écrit une longue lettre à la rédaction de la revue Amazing Stories dans laquelle il déclare que la Terre, dans un passé très reculé était habitée par une antédiluvienne civilisation, les Titans.
Dans cette missive intitulée Un avertissement à l'homme du futur, Shaver explique que ces Titans ont dû quitter la Terre, le soleil leur étant devenu néfaste.

Toutefois, une partie de cette civilisation est restée sur Terre, ou plutôt sous terre où elle a trouvé refuge. Il apparaît ainsi que notre planète est sillonnée par un immense réseau de cavernes et de tunnels où se cachent encore les Deros, car tel est leur nom.
Ce réseau est appelé par Shaver la Lémurie et outre les Deros, il abrite d'extraordinaires machines fruit de leur formidable avance technologique ; et moult êtres hybrides résultat de manipulations biologiques orchestrées par ces êtres venus de l'aube de la création.

Richard Shaver a appris l'existence des Deros par l'entremise de voix qu'il entend lorsqu'il utilise son poste à souder durant ses journées de travail.

En sus de ces révélations, l'épistolier affirme que les Deros sont responsables de la plupart des maladie, des guerres, des crimes et de toutes les disparitions mystérieuses que la Terre a connus.

Contre toute attente le rédacteur en chef de l'époque Ray Palmer décide de publier la lettre, qui génère un abondant courrier en retour où il apparaît que nombre de lecteurs affirment qu'ils ont eux même été harcelés par les Deros et qu'ils entendent aussi des voix.

En 1944, Ray Palmer qui selon certaines sources entretien une correspondance avec Shaver depuis 1943 publie un alphabet de la langue des Titans de Lémurie, le Matong.

En 1945 Amazing Stories publie un texte I remember Lemuria, il s'agit de la première lettre envoyée par Shaver (celle intitulée Avertissement à l'homme du futur) retravaillée par Palmer sous forme de nouvelle : Shaver y raconte ses souvenirs en tant que Mutan Mion alors qu'il vivait dans la cité de Sub Atlan il y a des milliers d'années.

C'est le début de ce qu'on appellera le Mystère Shaver.

Juin 1947

Suite à cette publication la rédaction allait recevoir plus de 2500 lettres de lecteurs et le Shaver Mystery devenir un véritable phénomène d'édition et une aubaine pour Palmer.

Le Shaver Mystery connaitra en tout cas une notoriété suffisante à l'époque pour que magazine LIFE en parle dans ses colonnes.

Si tout ce qui sera publié sous la signature de Shaver entretient un subtil flou artistique entre fiction et réalité, pour Richard Shaver autant que l'on puisse le savoir, il ne fait aucun doute que tout est vrai.

Les Deros existent.

Richard Shaver & Ray Palmer

Depuis 1943, Amazing Stories a vu sa diffusion augmenter, on cite des chiffres de l'ordre de 350000 exemplaires pour certains numéros. Cependant de plus en plus de voix se font entendre (décidément) pour protester sur la dérive de la revue et en 1948 Ray Palmer démissionne en emmenant avec lui Richard Shaver. Palmer qui a le sens du spectacle aurait argué d'une conspiration à son encontre.

Nous nous en tiendrons là sur le parcours des deux hommes bien que leurs vies ne s'arrêtent pas là. Loin s'en faut.

Revenons plutôt sur certains élément du Mystère Shaver.

.. Ce qui fait l'originalité de cette aventure, c'est l'affirmation par Shaver quant à la véracité de ses écrits, toutes les nouvelles publiées dans Amazing Stories sont en fait des témoignages de sa part. Et il ne cessera pas d'y croire.
Ainsi il recherchera durant une grande partie de sa vie des rogfogos, des témoignages graphiques sous forme de gravures "imprimés" dans les pierres par les Titans. On dirait aujourd'hui des CD-rom. Ces rogfogos peuvent, après traitement restituer l'histoire du passé de la Terre.
Pour la petite histoire le terme rogfogo serait l'aboutissement d'une succession de fautes de frappes dont le mot originel serait rockfoto.

Si le Mystère Shaver brassent une multitudes d'idées qui nous semblent aller de soi aujourd'hui: Terre creuse, antique civilisation partie dans l'espace ensemencer la galaxie, corruption d'une partie d'icelle, conspiration, artefact mystérieux, et même une langue le Mantong dont chaque lettre véhicule une idée :

Le "T" c'est la force bénéfique, le "A" c'est l'animal et le "C" c'est le verbe "voir" en anglais (see). Ce qui donne pour le mot CAT (chat en anglais) l'idée d'un animal à la force bénéfique.


Par ailleurs les textes de Shaver utilise des mots de la langue Mantong.

Par exemple le mot "Exd".

Il s'agit d'une poussière vivante, un principe vital tapie au cœur de la matière inerte capable de la rendre vivante voire, de la transformer en NRJ. On peut aussi guérir ou optimiser un être vivant en le soumettant à des ondes chargées en Exd.

Julian Krupa

Or disais-je, ce qui fait l'originalité du Mystère Shaver c'est l'affirmation que tout ceci est vrai. Et pour le prouver tout est bon, les deux compères n'hésiteront pas par exemple à affirmer lors de la grande vague "soucoupiste" des années 50, que les soucoupes volantes ne viennent pas seulement de l'espace mais aussi de l'intérieur de la Terre, des tunnels des Deros.

.. En m'intéressant à Richard Sharpe Shaver j'ai rapidement pensé à John Merritt Ray, cet auteur de science-fiction dont on affirme qu'il a vécu ses récits.

D'autant qu'il existe des points communs assez étonnants entre les récits des deux hommes.

May the Exd be with you !

À suivre......

PS: On peut consulter pour de plus amples renseignements sur Richard Shaver le Shavertron.

Commentaires

  1. félicitations pour cet article de fond sur le mystère shaver, et merci pour le lien vers mon blog...

    bonne continuation

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …