Accéder au contenu principal

Super Ladies


La déception, c'est la colère des mauviettes

.. Avec le numéro 34 de sa série Supergirl prend un nouveau départ grâce au scénariste Sterling Gates, c'est du moins ce que j'avais entendu dire et d'aucuns louaient cette nouvelle orientation donnée aux aventures de la jeunes Kryptonienne.

J'ai dans un premier temps tenté l'aventure au petit bonheur, la chance avec le numéro 49 ; et c'est peu dire que j'ai été emballé.
Ainsi donc, de fil en aiguille, je viens de lire le recueil intitulé Who is Superwoman ? qui compile le numéro 34 et les numéros 37 au 42 de la série régulière.

.. Le numéro 34 nous raconte l'histoire d'une jeune femme Kara El alias Supergirl qui peine à trouver sa place, tiraillée entre deux mondes, en but à des problèmes liés à sa condition de super-héroïne, et qui de surcroit doit porter un lourd fardeau : Celui lié à la réputation de Superman, l'emblématique super-héros et incidemment son cousin.

Les numéros 37 au 42 forment une histoire qui s'intéresse comme son titre l'indique à Superwoman, et démontre tout le savoir-faire de Sterling Gates.

Gates réussit à équilibrer les problèmes liés à la jeunesse de Kara, ses rapports avec les autres dans un contexte disons "terre à terre" et l'aspect super-héroïque de ses aventures.
J'ai suivi avec autant d'intérêts par exemple la relation conflictuelles de Kara et de sa mère, et l'enquête qu'elle mène au sujet de Superwoman.

Gates développe une distribution solide de personnages qui entoure la jeune héroïne, parsème son histoire principale d'allusions à ce qui deviendra peut-être de futures intrigues, surprend le lecteur, bref un recueil extrêmement divertissant et intéressant.

Si Final Crisis Aftermath dance a été une petite déception, Supergirl réalise un sans faute et promet de prochaines aventures particulièrement excitantes.

D'autant que l'aspect artistique de l'entreprise est du niveau du scénario, épatant !

Pour terminer, il n'est pas besoin d'avoir lu ou suivi les aventures précédentes de la jolie Kryptonienne pour s'y retrouver, et j'en parle en connaissance de cause.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …