samedi 11 septembre 2010

Artères souterraines

... Ça commence un peu comme  Desolation Jones, la série où le personnage éponyme est engagé pour retrouver un film porno tourné par Hilter ; ici l'artefact sur la piste duquel va se lancer Michael McGill un privé poissard héros d'Artères souterraines, est un livre d'une nature et au contenu plutôt étonnant, et il est d'ailleurs dommage que cette piste n'ait  pas été  plus approfondie.
Si les 100 premières pages du roman de Warren Ellis sont sympathiques avec de bons moments de fou rire, les (presque) 200 suivantes ressemblent à un long, très long catalogue des 3 Suisses de l'underground avec ici ou là il est vrai, quelques petits sursauts qui ont éveillé mon intérêt.

Desolation Jones #1
Je ne me permettrais pas d'écrire qu'Ellis a tapé un mauvais roman, c'est plutôt que j'ai lu mieux, beaucoup mieux dans le genre. Harry Crews par exemple ou encore Tom Robbins qui eux aussi plongent leurs lecteurs dans l'underground et la contre-culture. Mais ils ne s'en contentent pas, ils surprennent le lecteur, et créent des personnages ayant une véritable présence et méchamment borderline.

Transmetropolitan #1
Deux points qui font cruellement défauts à Warren Ellis, c'est plan-plan et la fin est überconvenue, bref là où l'auteur a fait preuve d'intuition c'est en ménageant des chapitres courts, voire très courts. 

Des chapitres qui associés à une mise en page aérée permettent de ne pas s'ennuyer. C'est déjà pas si mal.

Toutefois d'autres lecteurs ne sont pas de mon avis, comme mon pote Frédo ... tout comme la 4ième de couverture qui n'a pas peur de proclamer en parlant du romancier : "Son premier roman atomise toutes les conventions et frappe un grand coup !", non sans blague.

Transmetropolitan #1

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire