Accéder au contenu principal

Artères souterraines

... Ça commence un peu comme  Desolation Jones, la série où le personnage éponyme est engagé pour retrouver un film porno tourné par Hilter ; ici l'artefact sur la piste duquel va se lancer Michael McGill un privé poissard héros d'Artères souterraines, est un livre d'une nature et au contenu plutôt étonnant, et il est d'ailleurs dommage que cette piste n'ait  pas été  plus approfondie.
Si les 100 premières pages du roman de Warren Ellis sont sympathiques avec de bons moments de fou rire, les (presque) 200 suivantes ressemblent à un long, très long catalogue des 3 Suisses de l'underground avec ici ou là il est vrai, quelques petits sursauts qui ont éveillé mon intérêt.

Desolation Jones #1
Je ne me permettrais pas d'écrire qu'Ellis a tapé un mauvais roman, c'est plutôt que j'ai lu mieux, beaucoup mieux dans le genre. Harry Crews par exemple ou encore Tom Robbins qui eux aussi plongent leurs lecteurs dans l'underground et la contre-culture. Mais ils ne s'en contentent pas, ils surprennent le lecteur, et créent des personnages ayant une véritable présence et méchamment borderline.

Transmetropolitan #1
Deux points qui font cruellement défauts à Warren Ellis, c'est plan-plan et la fin est überconvenue, bref là où l'auteur a fait preuve d'intuition c'est en ménageant des chapitres courts, voire très courts. 

Des chapitres qui associés à une mise en page aérée permettent de ne pas s'ennuyer. C'est déjà pas si mal.

Toutefois d'autres lecteurs ne sont pas de mon avis, comme mon pote Frédo ... tout comme la 4ième de couverture qui n'a pas peur de proclamer en parlant du romancier : "Son premier roman atomise toutes les conventions et frappe un grand coup !", non sans blague.

Transmetropolitan #1

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.