Accéder au contenu principal

Le Fantôme du Bengale

Ray Moore


... Le Fantôme du Bengale est un personnage étonnant à plus d'un titre, né en 1936 par la grâce de Lee Falk et de Ray Moore, il semble être le fruit de la rencontre fortuite sur une table d'assemblage  de Tarzan et du Shadow. Nonobstant, apparu dans dans les pages des journaux sous forme de comic strips il se détache nous dit-on, du monde des super-héros ; le genre étant lié à l'apparition de Superman (1938) et à la publication sous forme de comic books, d'autant que si l'on en croit Jean-Paul Jennequin "le terme superhéros ne se généralise que dans les années soixante". Or donc si le Fantôme surnommé L'Ombre-qui-marche n'est pas un super-héros (le débat est ouvert) il n'en reste pas moins qu'il en porte quelques stigmates.
À commencer par son costume dont la particularité a été de changer de couleur en même temps qu'il franchissait les ans, et les frontières.
Si dans un premier temps le costume est gris dans sa version "journal" il devient ensuite d'abord orange puis, marron pour finalement adopter le violet dans la version officielle (Sunday Strip) du King Features Syndicate. Ce qui n'empêchera  le personnage d'arborer en France un costume d'un rouge pétant. 


Son lieu de villégiature est lui aussi variable, tantôt dans l'archipel indonésien, tantôt en Inde, puis en Afrique (1964) comme nous le prouve ce libellé écrit par Diana Palmer (en 1964) : Mr Kit Walker, Box 7, Morristown, Bengali, Africa. Il en va de même pour la ville de Morristown qui changera aussi d'orthographe. Rien que de très normal somme toute pour un fantôme que d'être difficilement localisable.

L'aéroport de Morristown
L'amateur de théorie farfelues mais néanmoins avérées n'aura pas manqué de noter une homophonie certaine entre Morristown et Morrison, belle synchronicité puisque Grant Morrison n'est rien de moins (entre autre) que le créateur de Fantomex, personnage qui doit partager avec le Fantôme du Bengale quelques brins d'ADN .


... Ceci étant, je tiens pour un coup de maître de la part de Lee Falk d'avoir fait de son personnage le membre d'une dynastie secrète : "Je jure vengeance contre les Singh et contre toute forme de piraterie, cupidité et cruauté. Je jure que tant que j'aurai des descendants sur Terre, l'aîné devra continuer mon œuvre". Ce serment a été fait en 1525 par Sir Christopher Standish le "premier" Fantôme sur le crâne du meurtrier de son père. Aujourd'hui le costume est porté par Kit Walker ...


(À suivre ...)

Commentaires

  1. si le débat est ouvert, alors j'ai bien envie de dire que pour moi, le premier superheros, c'est doc savage (qui, d'ailleurs, possédait une forteresse de la solitude bien avant superman...)

    RépondreSupprimer
  2. Bravo pour cette prise de position sans équivoque.

    RépondreSupprimer
  3. Magnetic Flyin' Samuraï30 septembre 2010 à 00:08

    Moi, je dis que le premier super-héros c'est Zorro.

    RépondreSupprimer
  4. Moi je dis que c'est Judex, alors !
    (Puisque le Shadow est pompé dessus.)

    RépondreSupprimer
  5. moi je dis que c'est Jésus !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.