Accéder au contenu principal

Le Fantôme du Bengale

Ray Moore


... Le Fantôme du Bengale est un personnage étonnant à plus d'un titre, né en 1936 par la grâce de Lee Falk et de Ray Moore, il semble être le fruit de la rencontre fortuite sur une table d'assemblage  de Tarzan et du Shadow. Nonobstant, apparu dans dans les pages des journaux sous forme de comic strips il se détache nous dit-on, du monde des super-héros ; le genre étant lié à l'apparition de Superman (1938) et à la publication sous forme de comic books, d'autant que si l'on en croit Jean-Paul Jennequin "le terme superhéros ne se généralise que dans les années soixante". Or donc si le Fantôme surnommé L'Ombre-qui-marche n'est pas un super-héros (le débat est ouvert) il n'en reste pas moins qu'il en porte quelques stigmates.
À commencer par son costume dont la particularité a été de changer de couleur en même temps qu'il franchissait les ans, et les frontières.
Si dans un premier temps le costume est gris dans sa version "journal" il devient ensuite d'abord orange puis, marron pour finalement adopter le violet dans la version officielle (Sunday Strip) du King Features Syndicate. Ce qui n'empêchera  le personnage d'arborer en France un costume d'un rouge pétant. 


Son lieu de villégiature est lui aussi variable, tantôt dans l'archipel indonésien, tantôt en Inde, puis en Afrique (1964) comme nous le prouve ce libellé écrit par Diana Palmer (en 1964) : Mr Kit Walker, Box 7, Morristown, Bengali, Africa. Il en va de même pour la ville de Morristown qui changera aussi d'orthographe. Rien que de très normal somme toute pour un fantôme que d'être difficilement localisable.

L'aéroport de Morristown
L'amateur de théorie farfelues mais néanmoins avérées n'aura pas manqué de noter une homophonie certaine entre Morristown et Morrison, belle synchronicité puisque Grant Morrison n'est rien de moins (entre autre) que le créateur de Fantomex, personnage qui doit partager avec le Fantôme du Bengale quelques brins d'ADN .


... Ceci étant, je tiens pour un coup de maître de la part de Lee Falk d'avoir fait de son personnage le membre d'une dynastie secrète : "Je jure vengeance contre les Singh et contre toute forme de piraterie, cupidité et cruauté. Je jure que tant que j'aurai des descendants sur Terre, l'aîné devra continuer mon œuvre". Ce serment a été fait en 1525 par Sir Christopher Standish le "premier" Fantôme sur le crâne du meurtrier de son père. Aujourd'hui le costume est porté par Kit Walker ...


(À suivre ...)

Commentaires

  1. si le débat est ouvert, alors j'ai bien envie de dire que pour moi, le premier superheros, c'est doc savage (qui, d'ailleurs, possédait une forteresse de la solitude bien avant superman...)

    RépondreSupprimer
  2. Bravo pour cette prise de position sans équivoque.

    RépondreSupprimer
  3. Magnetic Flyin' Samuraï30 septembre 2010 à 00:08

    Moi, je dis que le premier super-héros c'est Zorro.

    RépondreSupprimer
  4. Moi je dis que c'est Judex, alors !
    (Puisque le Shadow est pompé dessus.)

    RépondreSupprimer
  5. moi je dis que c'est Jésus !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Doctor Strange Legacy [Cates / Hernández Walta / Duclos]

La curiosité m'avait poussé, il y a 4 ou 5 ans, à m'intéresser au travail d'un nouveau venu du nom de Donny Cates. Depuis il a fait son petit bonhomme de chemin et est devenu un scénariste en vue de la Maison des idées™.
Et c'est tout à fait mérité.

Donny Cates n'est pas le genre à vouloir réinventer la poudre, pour finalement accoucher d'un pétard mouillé (qui a dit Tom King ?). Son domaine c'est le divertissement, l'évasion, et très souvent un excellent moment de lecture. 

Cette reprise de la série « Doctor Strange », 5 numéros mensuels compilés dans ce premier tome, en est la carte de visite idéale. 

Si l'adaptation cinématographique du personnage, créé par Stan Lee & Steve Ditko en 1963, lui a permis de retrouver les têtes de gondole des comics shop, on est toutefois passé par un petit lifting façon Jason Aaron & Chris Bachalo [Pour en savoir +] pour la version bande dessinée.

Mais rassurez-vous, ne rien connaître du personnages et de ses pré…

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…