Accéder au contenu principal

Le Fantôme du Bengale

Ray Moore


... Le Fantôme du Bengale est un personnage étonnant à plus d'un titre, né en 1936 par la grâce de Lee Falk et de Ray Moore, il semble être le fruit de la rencontre fortuite sur une table d'assemblage  de Tarzan et du Shadow. Nonobstant, apparu dans dans les pages des journaux sous forme de comic strips il se détache nous dit-on, du monde des super-héros ; le genre étant lié à l'apparition de Superman (1938) et à la publication sous forme de comic books, d'autant que si l'on en croit Jean-Paul Jennequin "le terme superhéros ne se généralise que dans les années soixante". Or donc si le Fantôme surnommé L'Ombre-qui-marche n'est pas un super-héros (le débat est ouvert) il n'en reste pas moins qu'il en porte quelques stigmates.
À commencer par son costume dont la particularité a été de changer de couleur en même temps qu'il franchissait les ans, et les frontières.
Si dans un premier temps le costume est gris dans sa version "journal" il devient ensuite d'abord orange puis, marron pour finalement adopter le violet dans la version officielle (Sunday Strip) du King Features Syndicate. Ce qui n'empêchera  le personnage d'arborer en France un costume d'un rouge pétant. 


Son lieu de villégiature est lui aussi variable, tantôt dans l'archipel indonésien, tantôt en Inde, puis en Afrique (1964) comme nous le prouve ce libellé écrit par Diana Palmer (en 1964) : Mr Kit Walker, Box 7, Morristown, Bengali, Africa. Il en va de même pour la ville de Morristown qui changera aussi d'orthographe. Rien que de très normal somme toute pour un fantôme que d'être difficilement localisable.

L'aéroport de Morristown
L'amateur de théorie farfelues mais néanmoins avérées n'aura pas manqué de noter une homophonie certaine entre Morristown et Morrison, belle synchronicité puisque Grant Morrison n'est rien de moins (entre autre) que le créateur de Fantomex, personnage qui doit partager avec le Fantôme du Bengale quelques brins d'ADN .


... Ceci étant, je tiens pour un coup de maître de la part de Lee Falk d'avoir fait de son personnage le membre d'une dynastie secrète : "Je jure vengeance contre les Singh et contre toute forme de piraterie, cupidité et cruauté. Je jure que tant que j'aurai des descendants sur Terre, l'aîné devra continuer mon œuvre". Ce serment a été fait en 1525 par Sir Christopher Standish le "premier" Fantôme sur le crâne du meurtrier de son père. Aujourd'hui le costume est porté par Kit Walker ...


(À suivre ...)

Commentaires

  1. si le débat est ouvert, alors j'ai bien envie de dire que pour moi, le premier superheros, c'est doc savage (qui, d'ailleurs, possédait une forteresse de la solitude bien avant superman...)

    RépondreSupprimer
  2. Bravo pour cette prise de position sans équivoque.

    RépondreSupprimer
  3. Magnetic Flyin' Samuraï30 septembre 2010 à 00:08

    Moi, je dis que le premier super-héros c'est Zorro.

    RépondreSupprimer
  4. Moi je dis que c'est Judex, alors !
    (Puisque le Shadow est pompé dessus.)

    RépondreSupprimer
  5. moi je dis que c'est Jésus !

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …