Accéder au contenu principal

Les labyrinthes du langage



... À l'orée du siècle suivant Grant Morrison & Igor Kordey créent un personnage certes postérieur à Fantomas et à Diabolik, mais qui représente d'une certaine manière, le chaînon manquant entre ces deux derniers. Entre hommage et innovation.




... Il est par ailleurs amusant que Fantomex ait été créé sous la supervision de John Sublime, une bactérie mutante douée de conscience, présente depuis la naissance de la planète Terre et qui ne survit qu'en infectant des "hôtes". On a l'impression que l'on peut aisément remplacer "bactérie mutante" par "mème". 
Ce qui rejoint hardiment le commentaire du début du billet, après l'explication de Marcel Allain sur l'origine du nom Fantomas.

Pour terminer qu'est-ce que le sublime ? Serge Lehman nous l'explique :

Extrait de Fantomas mène le bal de Thierry Thomas où l'on entend Marcel Allain en 1966.
Deep down d'Ennio Morricone extrait de la B.O de Danger Diabolik de Mario Bava.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.