Accéder au contenu principal

Libres enfants de Summerisle


... Fascinant, The Wicker Man, le film de 1973 l'est assurément. Véritable Pierre Philosophale issue d'un creuset d'alchimiste qui aurait contenu, de la comédie musicale, de l'humour, de l'érotisme, de la farce, de la peur, du suspense et son corollaire du whodunit, de l'horreur, un fort soupçon de documentaire didactique et surtout de la joie. Toute cette matière est transmutée d'une manière telle que ce film ne ressemble à aucun autre. 

Nuada
Pierre Philosophale certes, mais aussi pierre de Rosette pondu par le Saumon du Savoir apportée par des acteurs habités par leur rôle. Voir jouer Edward Woodward c'est s'apercevoir que Portmeirion n'est somme toute pas très loin de Summerisle, cette île dont le maître n'est autre que Christopher Lee, un Christopher Lee inattendu mais toujours aussi charismatique.

Si la sensualité, et l'innocence de Britt Ekland ne peuvent être passées sous silence, il ne faut pas oublier tous les seconds rôles qui apportent au film cette atmosphère d'inquiétante étrangeté, de sur-réalité .... à nulle autre pareille.

Une ambiance que j'ai eu la chance de découvrir sur une copie de vieille VHS, ajoutant ainsi une pincée de frissonnante transgression à ma soirée. 

... Permettez-moi de citer Yevgeny Tsipin qui vers la fin des années cinquante se revendiquait tolstoïste
Il disait, "Tolstoï a passé la majeur partie de sa vie à trouver une théorie qui unifierait toutes les autres, une sorte de clé unique qui aurait ouvert toutes les portes. L'explication suprême et universelle de nos passions, de notre misère, de nos choix politiques et économiques".
Je n'ai pas la prétention de vous proposer cette clé, cependant laissez-moi vous en proposer une :
 
Entouré de ses Joyeux Compagnons, il tient tête au Shérif de Notthingam.


... En conclusion j'aimerais dire préciser que la richesse symbolique de cette histoire, permettant ainsi d'y appliquer moult grilles de lecture, ne doit pas occulter qu'il s'agit aussi (et surtout) d'un magnifique divertissement, infiniment captivant & joyeux.   

Les 7ièmes Antiquaires ont consacré une émission au Wicker Man et c'est .


Pour sa part Jay en cause ici.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.

Noosphère [Audrey Pleynet]

••• Extrapolation, à un niveau bien supérieur, d'une manière de vivre que l'on connait déjà, Citoyen+ est une nouvelle, gratuite [Pour en savoir +], dont le résultat, l'achat du  roman dont je vais vous parler, apparaît en toutes lettres dans l’aliénante société qu'elle décrit.  Du moins, son mécanisme. Plus que son idée centrale, Citoyen+ saisit par la maîtrise dont elle fait preuve.
Autrement dit, cette nouvelle captive par la manière dont elle nous dit ce qu'elle a à dire.
De plus, sa chute est tout ce qu'il y a de plus réjouissant et de réussi. Citoyen+ obtient, dès sa première lecture, un Triple A™

Pour le dire autrement, ce récit m'a tellement emballé que j'ai immédiatement commandé la version numérique de Noosphère, le premier roman de son autrice, Audrey Pleynet. Et 2,99 € pour une roman de 372 pages, c'est donné.
Ainsi je ne ferais pas mystère de mon avis, Noosphère aurait pu être écrit par un auteur de la trempe d'un Michael Crichton. 
Mais…