Accéder au contenu principal

Libres enfants de Summerisle


... Fascinant, The Wicker Man, le film de 1973 l'est assurément. Véritable Pierre Philosophale issue d'un creuset d'alchimiste qui aurait contenu, de la comédie musicale, de l'humour, de l'érotisme, de la farce, de la peur, du suspense et son corollaire du whodunit, de l'horreur, un fort soupçon de documentaire didactique et surtout de la joie. Toute cette matière est transmutée d'une manière telle que ce film ne ressemble à aucun autre. 

Nuada
Pierre Philosophale certes, mais aussi pierre de Rosette pondu par le Saumon du Savoir apportée par des acteurs habités par leur rôle. Voir jouer Edward Woodward c'est s'apercevoir que Portmeirion n'est somme toute pas très loin de Summerisle, cette île dont le maître n'est autre que Christopher Lee, un Christopher Lee inattendu mais toujours aussi charismatique.

Si la sensualité, et l'innocence de Britt Ekland ne peuvent être passées sous silence, il ne faut pas oublier tous les seconds rôles qui apportent au film cette atmosphère d'inquiétante étrangeté, de sur-réalité .... à nulle autre pareille.

Une ambiance que j'ai eu la chance de découvrir sur une copie de vieille VHS, ajoutant ainsi une pincée de frissonnante transgression à ma soirée. 

... Permettez-moi de citer Yevgeny Tsipin qui vers la fin des années cinquante se revendiquait tolstoïste
Il disait, "Tolstoï a passé la majeur partie de sa vie à trouver une théorie qui unifierait toutes les autres, une sorte de clé unique qui aurait ouvert toutes les portes. L'explication suprême et universelle de nos passions, de notre misère, de nos choix politiques et économiques".
Je n'ai pas la prétention de vous proposer cette clé, cependant laissez-moi vous en proposer une :
 
Entouré de ses Joyeux Compagnons, il tient tête au Shérif de Notthingam.


... En conclusion j'aimerais dire préciser que la richesse symbolique de cette histoire, permettant ainsi d'y appliquer moult grilles de lecture, ne doit pas occulter qu'il s'agit aussi (et surtout) d'un magnifique divertissement, infiniment captivant & joyeux.   

Les 7ièmes Antiquaires ont consacré une émission au Wicker Man et c'est .


Pour sa part Jay en cause ici.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

À toute allure [Duane Swierczynski / Sophie Aslanides]

Jamais un livre n'aura autant mérité son titre.
Second roman de l'auteur, auquel il ne croyait guère, À toute allure est à l'image de ce qu'on attend du moteur d'une voiture qui servirait à s'enfuir après le vol à main armée d'une banque : gonflé à bloc.
Fidèle à Philadelphie, Duane Swierczynski y plante de nouveau l'action de son roman, laquelle se déroule en l'espace de 4 jours, bien remplis.

       Dans un des entretiens qu'il a accordés, et disponible sur la Toile™, l'auteur y déclare être fasciné par les personnages qui doivent affronter les pires journées de leur existence. Rien à dire, À toute allure est exactement ce type de récit. Manière de vaudeville noir, ce roman au style « behavioriste », est principalement écrit sous la forme de courts paragraphes. Lesquels seraient, selon Duane Swierczynski, comme des chips que l'on dévore l'une après l'autre, pour s'apercevoir finalement qu'il est deux heures du matin. Et qu…

L'Alignement des équinoxes [Sébastien Raizer]

Vous l'avez sûrement constaté, Maurice G. Dantec n'a pas publié de livres depuis quelques temps. Fort heureusement, pour les amateurs qui ont pris plaisir à lire Les Racines du Mal ou encore Babylon Babies, Sébastien Raizer vient, avec L'Alignement des équinoxes, à la rescousse des lecteurs en manque.
••• Ce roman, d'abord publié à la Série Noire, sous les auspices d'Aurélien Masson, à qui il est par ailleurs dédié, est le premier d'une trilogie, dont la lecture contentera amplement ceux qui ne voudront toutefois pas poursuive l'aventure des tomes suivants.
Néanmoins, le cœur du réacteur qui le propulse, dans lequel on trouve aussi bien Mishima, Philip K.Dick, William S. Burroughs ou encore Robert Anton Wilson, pour ne citer que les plus évidents ; dispose d'une telle puissance diégétique que je ne doute pas le moins du monde que Sagittarius et Minuit à contre-jour, les deux romans qui suivent respectivement L'Alignement des équinoxes, soient tout au…

Necronauts [Gordon Rennie / Frazer Irving] 2000 AD

C'est en lisant une notule critique à propos d'un roman de SF récemment paru, que cette analogie m'est venue. Son auteur écrivait, en substance ; « Malgré une intrigue qui peine à démarrer et une fin un peu abrupte balabla ... ».
Et j'ai eu une sorte de révélation.
Lorsque l'envie de se divertir occupe une part non négligeable d'un moment de lecture, celui-ci ressemble à un voyage en avion. Les deux moments les plus cruciaux en sont le décollage, et bien sûr l’atterrissage. 
Autrement dit, mal commencer une histoire et en louper la fin, augure mal du sentiment que laissera l'histoire en question. À condition qu'un mauvais début donne envie d'aller plus loin. 
Fort heureusement rien de tel avec Necronauts de Gordon Rennie & Frazer Irving.

Comme la couverture de l'hebdomadaire 2000 AD, qui illustre cette entrée le laisse deviner, les 50 pages de cette aventure ont d'abord trouvé refuge dans les pages du magazine anglais. Normal me direz-vous, l…