Accéder au contenu principal

Raisons d'Etat

... Dés leur entrée en guerre les États-Unis se dotent d'une agence de renseignements : l'O.S.S (l'Office des Services Stratégiques), dont on a pu écrire qu'il était l'un des groupes les plus à la mode de diplomates dilettantes, de banquiers de Wall Street et de détectives amateurs jamais vu à Washington. Son chef William "Wild Bill" Donovan recrutait au cœur de l'Etablishment des affaires, de la politiques, de l'université et de la culture. D'où le surnom de l'O.S.S : Oh, Si, Snob.

C'est ce que découvrira aussi le spectateur de Raisons d'État, le film de Robert de Niro (dont le personnage qu'il joue s'inspire d'ailleurs de Wild Bill Donovan) au travers du recrutement et d'une partie de la carrière d'Edward Wilson. 


Edward Wilson deviendra un agent particulièrement efficace, et qui gagnera le surnom de Mother chez les soviétiques. 
Mother, qui est aussi le surnom (apocryphe) donné à un agent américain lui bien réel (du moins dans l'acceptation que peut revêtir ce mot dans le contexte du Grand Jeu : James Jésus Angleton, par ailleurs interprété par Michael Keaton dans la série The Company.

.. Fondateur de la revue de poésie Furioso en 1939 Angleton est un pur produit de ce qu'on a appelé la "source P" (P pour professeur), c'est-à-dire les agents de la C.I.A recrutés au sein de l'Ivy League (excellence scolaire & élitisme).

Né en 1917 il passa son adolescence en Europe avant d'entrer à Yale, de passer par l'O.S.S avant d'intégrer la C.I.A. Il a notamment été pendant 20 ans chargé du personnel de contre-espionnage de l'Agence et responsable de la liaison avec les renseignements alliés à partir de 1954. Il a également dirigé un groupe complétement indépendant, et agissant sous couverture, de "journalistes-agents secrets" dont même le personnel de la C.I.A ne savait rien. 
Jardinier accompli dans le domaine des orchidées sauvages, pêcheur à la mouche de premier ordre, photographe publié, ouvrier doué en matière de pierres précieuses et en cuir, admirateur de l'opéra italien, de cricket et de football, une sorte d'incarnation du mythe romantique de l'espion-poète. Mais aussi buveur légendaire de martinis qui n'hésitait pas à danser sur les chansons d'Elvis Presley.


Si Edward Wilson s'inspire de James Angleton (et dans ce jeu de matriochkas, le docteur Fredericks est certainement l'ombre chinoise de Kim Philby), celui-ci devait être particulièrement taciturne et taiseux. Une sorte de moine, ou de curé  croisé accomplissant non pas un métier mais un sacerdoce. Le titre original du film est d'ailleurs un indice en ce sens :  The Good Shepherd.

Le paradoxe du personnage consiste en une croisade placée sous le signe de la vérité alors qu'il vit dans un monde justement gouverné par le mensonge ; entouré de ces "gens qui avaient étudié Dante, fréquenté Yale et appris les vertus civiques", et qui "ont recruté des nazis, falsifié des résultats d'élections démocratiques , donné du LSD à des gens sans le leur dire, ouvert le courrier de milliers de citoyens américains, renversé des gouvernements, soutenu des dictatures, comploté des assassinats et manigancé le désastre de la baie des Cochons."

La baie des Cochons, le début du film, et le nadir de James Angleton. 

C'est cet événement qui va nous révéler le parcours d'Edward Wilson, mettant en parallèle l'enquête visant à découvrir la taupe qui a fait échouer l'opération  de Cuba et des tranches de la vie de Wilson, de son entrée dans la confrérie Skull and Bones en 1939 jusqu'au début des années 60. Le passé éclairant le présent et vis versa.



Pour en savoir plus sur James Angleton, voici un enregistrement clandestin réalisé à l'insu de Patrick Pesnot et de son mystérieux informateur Monsieur X...

.... cet enregistrement s'autodétruira dans les 5 secondes, bonne chance monsieur Phelps.

* Qui mène la danse ? France Stonor Saunders Éditions Denoël

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

À toute allure [Duane Swierczynski / Sophie Aslanides]

Jamais un livre n'aura autant mérité son titre.
Second roman de l'auteur, auquel il ne croyait guère, À toute allure est à l'image de ce qu'on attend du moteur d'une voiture qui servirait à s'enfuir après le vol à main armée d'une banque : gonflé à bloc.
Fidèle à Philadelphie, Duane Swierczynski y plante de nouveau l'action de son roman, laquelle se déroule en l'espace de 4 jours, bien remplis.

       Dans un des entretiens qu'il a accordés, et disponible sur la Toile™, l'auteur y déclare être fasciné par les personnages qui doivent affronter les pires journées de leur existence. Rien à dire, À toute allure est exactement ce type de récit. Manière de vaudeville noir, ce roman au style « behavioriste », est principalement écrit sous la forme de courts paragraphes. Lesquels seraient, selon Duane Swierczynski, comme des chips que l'on dévore l'une après l'autre, pour s'apercevoir finalement qu'il est deux heures du matin. Et qu…

L'Alignement des équinoxes [Sébastien Raizer]

Vous l'avez sûrement constaté, Maurice G. Dantec n'a pas publié de livres depuis quelques temps. Fort heureusement, pour les amateurs qui ont pris plaisir à lire Les Racines du Mal ou encore Babylon Babies, Sébastien Raizer vient, avec L'Alignement des équinoxes, à la rescousse des lecteurs en manque.
••• Ce roman, d'abord publié à la Série Noire, sous les auspices d'Aurélien Masson, à qui il est par ailleurs dédié, est le premier d'une trilogie, dont la lecture contentera amplement ceux qui ne voudront toutefois pas poursuive l'aventure des tomes suivants.
Néanmoins, le cœur du réacteur qui le propulse, dans lequel on trouve aussi bien Mishima, Philip K.Dick, William S. Burroughs ou encore Robert Anton Wilson, pour ne citer que les plus évidents ; dispose d'une telle puissance diégétique que je ne doute pas le moins du monde que Sagittarius et Minuit à contre-jour, les deux romans qui suivent respectivement L'Alignement des équinoxes, soient tout au…

Necronauts [Gordon Rennie / Frazer Irving] 2000 AD

C'est en lisant une notule critique à propos d'un roman de SF récemment paru, que cette analogie m'est venue. Son auteur écrivait, en substance ; « Malgré une intrigue qui peine à démarrer et une fin un peu abrupte balabla ... ».
Et j'ai eu une sorte de révélation.
Lorsque l'envie de se divertir occupe une part non négligeable d'un moment de lecture, celui-ci ressemble à un voyage en avion. Les deux moments les plus cruciaux en sont le décollage, et bien sûr l’atterrissage. 
Autrement dit, mal commencer une histoire et en louper la fin, augure mal du sentiment que laissera l'histoire en question. À condition qu'un mauvais début donne envie d'aller plus loin. 
Fort heureusement rien de tel avec Necronauts de Gordon Rennie & Frazer Irving.

Comme la couverture de l'hebdomadaire 2000 AD, qui illustre cette entrée le laisse deviner, les 50 pages de cette aventure ont d'abord trouvé refuge dans les pages du magazine anglais. Normal me direz-vous, l…