Accéder au contenu principal

The morning after

... Imaginez, une jeune femme se réveille et constate qu'elle a une méchante gueule de bois. À ses côtés un homme qui dort, d'autant plus profondément qu'il a un couteau enfoncé dans la poitrine. 

Qui est-il ? 
Que fait-elle là ? 
L'a-t-elle tué ? 

C'est beaucoup de question pour Viveca, une ex actrice alcoolique qui n'a d'ailleurs qu'une hâte quitter la ville. De marche à pied dans une zone industrielle désertique en taxi, elle rejoint son domicile ; rempli une valise et part en direction de l'aéroport. Un aéroport bondé, où elle se rend compte que tous les vols sont complets. 
Il faut dire que c'est le Thanksgiving Day (journées des actions de grâce), finalement suite à un quiproquo elle rencontre Turner qui va l'aider.


... Hum, je vous vois froncer les sourcilles, un type aide une fugitive comme par hasard, et qui plus est, accusée d'un meurtre ... oui mais la fugitive en question c'est Jane Fonda.
Une Jane Fonda irradiante de sex-appeal et de fragilité. 

D'autre part nous somme le jour de Thanksgiving. Et saviez-vous que "depuis 1621 les Américains célèbrent la journée des actions de grâce qui vit les Pèlerins remercier le Seigneur des les avoir épargnés".

Comment ? 

En plaçant des Indiens sur leur chemin, ces derniers n'hésitant pas à partager leur nourriture avec les nouveaux venus et à les conseiller (même si aujourd'hui il semble que la reconnaissance au Seigneur ait occulté celle due aux Indiens). Comme vous le voyez c'est un jour particulier dans la culture étasunienne, placé sous le signe de l'aide à autrui.


Bref ceci étant dit The morning after (alias Le lendemain du crime) est un excellent film, Sidney Lumet manie et mixe  avec beaucoup de  talent et d' a propos suspense, humour (Jane Fonda est irrésistible malgré ou à cause de ce qui lui arrive), et comédie romantique. Il est soutenu par un distribution de tout premier choix. Outre Jane Fonda, Jeff Bridges et Raul Julia sont excellents. 

J'avais dans l'idée de poursuivre aujourd'hui la publication de l'aventure de Doc Savage, mais j'ai tellement été enthousiaste à la "projection" de ce film que j'ai eu envie de vous en parler. 
Alors si d'aventure vous en avez la possibilité, pourquoi n'y jetteriez-vous pas un coup d'œil. 

Commentaires

  1. si je le vois dans mon magazine télé (ou même en dvd,soyons fous :p) je me laisserais bien tenter. c'est le genre de pitch de départ que j'aime bien ça,se réveiller d'une gueule de bois et ne plus savoir comment on est arrivé là,ça me parle beaucoup...ça m'arrive toutes les semaines minimum :p

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

À toute allure [Duane Swierczynski / Sophie Aslanides]

Jamais un livre n'aura autant mérité son titre.
Second roman de l'auteur, auquel il ne croyait guère, À toute allure est à l'image de ce qu'on attend du moteur d'une voiture qui servirait à s'enfuir après le vol à main armée d'une banque : gonflé à bloc.
Fidèle à Philadelphie, Duane Swierczynski y plante de nouveau l'action de son roman, laquelle se déroule en l'espace de 4 jours, bien remplis.

       Dans un des entretiens qu'il a accordés, et disponible sur la Toile™, l'auteur y déclare être fasciné par les personnages qui doivent affronter les pires journées de leur existence. Rien à dire, À toute allure est exactement ce type de récit. Manière de vaudeville noir, ce roman au style « behavioriste », est principalement écrit sous la forme de courts paragraphes. Lesquels seraient, selon Duane Swierczynski, comme des chips que l'on dévore l'une après l'autre, pour s'apercevoir finalement qu'il est deux heures du matin. Et qu…

L'Alignement des équinoxes [Sébastien Raizer]

Vous l'avez sûrement constaté, Maurice G. Dantec n'a pas publié de livres depuis quelques temps. Fort heureusement, pour les amateurs qui ont pris plaisir à lire Les Racines du Mal ou encore Babylon Babies, Sébastien Raizer vient, avec L'Alignement des équinoxes, à la rescousse des lecteurs en manque.
••• Ce roman, d'abord publié à la Série Noire, sous les auspices d'Aurélien Masson, à qui il est par ailleurs dédié, est le premier d'une trilogie, dont la lecture contentera amplement ceux qui ne voudront toutefois pas poursuive l'aventure des tomes suivants.
Néanmoins, le cœur du réacteur qui le propulse, dans lequel on trouve aussi bien Mishima, Philip K.Dick, William S. Burroughs ou encore Robert Anton Wilson, pour ne citer que les plus évidents ; dispose d'une telle puissance diégétique que je ne doute pas le moins du monde que Sagittarius et Minuit à contre-jour, les deux romans qui suivent respectivement L'Alignement des équinoxes, soient tout au…

Necronauts [Gordon Rennie / Frazer Irving] 2000 AD

C'est en lisant une notule critique à propos d'un roman de SF récemment paru, que cette analogie m'est venue. Son auteur écrivait, en substance ; « Malgré une intrigue qui peine à démarrer et une fin un peu abrupte balabla ... ».
Et j'ai eu une sorte de révélation.
Lorsque l'envie de se divertir occupe une part non négligeable d'un moment de lecture, celui-ci ressemble à un voyage en avion. Les deux moments les plus cruciaux en sont le décollage, et bien sûr l’atterrissage. 
Autrement dit, mal commencer une histoire et en louper la fin, augure mal du sentiment que laissera l'histoire en question. À condition qu'un mauvais début donne envie d'aller plus loin. 
Fort heureusement rien de tel avec Necronauts de Gordon Rennie & Frazer Irving.

Comme la couverture de l'hebdomadaire 2000 AD, qui illustre cette entrée le laisse deviner, les 50 pages de cette aventure ont d'abord trouvé refuge dans les pages du magazine anglais. Normal me direz-vous, l…