Accéder au contenu principal

Les âmes perdues (2)

... La veille au soir, quelque chose d'étrange était arrivée à Eddie Axel. Tout avait commencé lorsqu'il était sorti en titubant de son bar préféré, qui se trouvait à six blocs de distance de son épicerie de la 3e Avenue. Il était ivre et heureux ; et avec raison. Ce jour-là, il fêtait son cinquante-cinquième anniversaire. Durant son existence, il s'était marié à trois reprises ; il avait engendré quatre enfants légitimes et une poignée de bâtards ; et - c'était le plus important à ses yeux - il avait fait de la Supérette Axel une entreprise extrêmement lucrative. Tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes possible.
... Mais bon Dieu, qu'est-ce qu'on se gelait ! Et bien entendu, pas un taxi en vue en cette première nuit du Nouvel Âge glaciaire. Il allait devoir rentrer à pied.
... Il avait parcouru une centaine de mètres lorsque - miracle ! - un taxi avait fait son apparition. Eddie l'avait hélé, était monté à son bord, et c'est là que les choses avaient viré au bizarre.
... Pour commencer, le chauffeur connaissait son nom.
... - À la maison, monsieur Axel ? demanda-t-il.
... Trop heureux de sa bonne fortune, Eddie se contenta de marmonner "oui", supposant que ce taxi était un cadeau d'anniversaire offert par l'un de ses compagnons de beuverie.
... Peut-être ses yeux s'étaient-ils fermés ; peut-être même s'était-il assoupi. Quoi qu'il en soit, lorsqu'il reprit ses esprits, le taxi fonçait dans des rues qui lui étaient inconnues. il s'arracha à sa torpeur. C'était sûrement le Village ; un coin qu'Eddie évitait soigneusement. Son quartier, c'était celui de son épicerie, pas loin de la 90e Rue. Pas question qu'il se frotte à la décadence du Village, où une boutique proposait : "Oreilles percées, avec ou sans douleur", et où des jeunes garçons aux hanches suspectes s'attardaient sur le pas de la porte.
... - Ce n'est pas la bonne direction, dit-il en toquant sur la vitre de séparation.
... le chauffeur, cependant, ne prononça pas un seul mot, ni pour s'excuser ni pour s'expliquer, jusqu'à ce que le taxi oblique vers le fleuve, achevant sa course entre deux rangées d'entrepôts.
... - Vous êtes arrivé, dit alors le chauffeur.
... Eddie ne se le fit pas dire deux fois.
...Une fois qu'il fut descendu de voiture, le chauffeur lui indiqua un terrain vague coincé entre deux entrepôts enténébrés.
... - Elle vous attend, dit-il, et il s'en fut.
... Eddie se retrouva seul sur le trottoir.
... Le simple bon sens lui conseillait de s'éclipser, mais ce qu'il vit alors le cloua sur place. Elle se tenait devant lui - la femme dont avait parlé le chauffeur -, et c'était la créature la plus obèse qu'Eddie ait jamais vue. Elle avait plus de mentons que de doigts, et sa graisse, qui débordait de partout sous sa légère robe d'été, était luisante d'huile ou de sueur.
... - Eddie.

À suivre ....

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

À toute allure [Duane Swierczynski / Sophie Aslanides]

Jamais un livre n'aura autant mérité son titre.
Second roman de l'auteur, auquel il ne croyait guère, À toute allure est à l'image de ce qu'on attend du moteur d'une voiture qui servirait à s'enfuir après le vol à main armée d'une banque : gonflé à bloc.
Fidèle à Philadelphie, Duane Swierczynski y plante de nouveau l'action de son roman, laquelle se déroule en l'espace de 4 jours, bien remplis.

       Dans un des entretiens qu'il a accordés, et disponible sur la Toile™, l'auteur y déclare être fasciné par les personnages qui doivent affronter les pires journées de leur existence. Rien à dire, À toute allure est exactement ce type de récit. Manière de vaudeville noir, ce roman au style « behavioriste », est principalement écrit sous la forme de courts paragraphes. Lesquels seraient, selon Duane Swierczynski, comme des chips que l'on dévore l'une après l'autre, pour s'apercevoir finalement qu'il est deux heures du matin. Et qu…

L'Alignement des équinoxes [Sébastien Raizer]

Vous l'avez sûrement constaté, Maurice G. Dantec n'a pas publié de livres depuis quelques temps. Fort heureusement, pour les amateurs qui ont pris plaisir à lire Les Racines du Mal ou encore Babylon Babies, Sébastien Raizer vient, avec L'Alignement des équinoxes, à la rescousse des lecteurs en manque.
••• Ce roman, d'abord publié à la Série Noire, sous les auspices d'Aurélien Masson, à qui il est par ailleurs dédié, est le premier d'une trilogie, dont la lecture contentera amplement ceux qui ne voudront toutefois pas poursuive l'aventure des tomes suivants.
Néanmoins, le cœur du réacteur qui le propulse, dans lequel on trouve aussi bien Mishima, Philip K.Dick, William S. Burroughs ou encore Robert Anton Wilson, pour ne citer que les plus évidents ; dispose d'une telle puissance diégétique que je ne doute pas le moins du monde que Sagittarius et Minuit à contre-jour, les deux romans qui suivent respectivement L'Alignement des équinoxes, soient tout au…

Necronauts [Gordon Rennie / Frazer Irving] 2000 AD

C'est en lisant une notule critique à propos d'un roman de SF récemment paru, que cette analogie m'est venue. Son auteur écrivait, en substance ; « Malgré une intrigue qui peine à démarrer et une fin un peu abrupte balabla ... ».
Et j'ai eu une sorte de révélation.
Lorsque l'envie de se divertir occupe une part non négligeable d'un moment de lecture, celui-ci ressemble à un voyage en avion. Les deux moments les plus cruciaux en sont le décollage, et bien sûr l’atterrissage. 
Autrement dit, mal commencer une histoire et en louper la fin, augure mal du sentiment que laissera l'histoire en question. À condition qu'un mauvais début donne envie d'aller plus loin. 
Fort heureusement rien de tel avec Necronauts de Gordon Rennie & Frazer Irving.

Comme la couverture de l'hebdomadaire 2000 AD, qui illustre cette entrée le laisse deviner, les 50 pages de cette aventure ont d'abord trouvé refuge dans les pages du magazine anglais. Normal me direz-vous, l…