Accéder au contenu principal

Fast Food Nation

... Si au début du 20ième siècle les hamburgers avaient mauvaise réputation, on les considérait comme une "nourriture du pauvre", avariée et dangereuse, au cours des années 20 la première chaîne de hamburgers américaine - White Castle -  tenta d'en améliorer l'image. 

Si le succès de White Castle contribua à populariser le hamburger, surtout dans l'Ouest et le Midwest, c'est le développement des drive-in et des fast foods au cours des années 50 qui allait donner une véritable impulsion au phénomène. 

Surtout au travers des frères Richard et Maurice McDonald lorsqu'il s'installèrent à San Bernardino et appliquèrent le principe de fonctionnement d'une chaîne de montage industrielle à leur établissement.


... Au travers de son ouvrage Eric Schlosser nous fait pénétrer dans une industrie qui a transformé le régime alimentaire d'une bonne partie de l'Amérique (voire du monde), modifiée son paysage, son économie et sa culture populaire. 

Ainsi au travers d'anecdotes, de tranches de vie, et surtout d'une enquête de trois ans l'auteur donne du monde de la restauration rapide un portrait clair, étonnant et riche d'enseignement, et assez effrayant :
Que ce soit sur l'histoire de quelques uns des capitaines d'industrie qui ont créé cet univers, l'explication du système des franchises, l'histoire de la frite ou celle des abattoirs ; on apprend ainsi que seulement treize grands abattoirs fournissent la quasi totalité du bœuf consommé sur le territoire U.S. Ou encore sur l'utilisation de détecteurs de mensonges par une grande chaîne du milieu pour circonvenir la création d'un syndicat, ou plus anecdotique l'origine de Ronald McDonald. Ou comment seulement un mois après le lancement des Chicken McNuggets, la société McDonald est devenu le deuxième acheteur de poulet du pays .... par exemple   

Toutefois, même si une grande partie de l'ouvrage est consacré à  l'empire McDonald's, (rayonnement de la marque oblige) Schlosser n'en oublie pas moins de nous parler d'autres franchises.


Bref, ce n'est pas rébarbatif mais roboratif , Eric Schlosser sait ménager son lecteur et propose quelques analyses pas piquées des hanneton et disons plus légères (sans être gratuites) que la visite d'un abattoir.

Par exemple, lorsqu'il souligne que San Bernardino a donné naissance d'un côté à McDonald's un univers "propre et riant" et de l'autre côté aux Hell's Angels, ces vétérans de la Seconde Guerre mondiale qui ne se faisaient pas à la vie civile et "constituèrent un club de motards qui empruntaient le surnom de la 11ième division aéroportée", qui  glorifiaient le désordre, affichaient leur crasse et vendaient de la drogue. 
San Bernardino qui en 1948 apportait au monde "de nouveaux yin & yang, des modèles inédits de conformité et de rébellion".

Ou lorsqu'il compare les zones commerciales où les magasins, qui au travers de leur architecture qui les caractérise  sont comme les emballages d'un rayon de supermarché.

Un film éponyme a été écrit à partir de Fast Food Nation, il s'intéresse plus particulièrement à la branche bovine de l'affaire et au travailleurs clandestins ; tout aussi intéressant et enrichissant l'un que l'autre. 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

À toute allure [Duane Swierczynski / Sophie Aslanides]

Jamais un livre n'aura autant mérité son titre.
Second roman de l'auteur, auquel il ne croyait guère, À toute allure est à l'image de ce qu'on attend du moteur d'une voiture qui servirait à s'enfuir après le vol à main armée d'une banque : gonflé à bloc.
Fidèle à Philadelphie, Duane Swierczynski y plante de nouveau l'action de son roman, laquelle se déroule en l'espace de 4 jours, bien remplis.

       Dans un des entretiens qu'il a accordés, et disponible sur la Toile™, l'auteur y déclare être fasciné par les personnages qui doivent affronter les pires journées de leur existence. Rien à dire, À toute allure est exactement ce type de récit. Manière de vaudeville noir, ce roman au style « behavioriste », est principalement écrit sous la forme de courts paragraphes. Lesquels seraient, selon Duane Swierczynski, comme des chips que l'on dévore l'une après l'autre, pour s'apercevoir finalement qu'il est deux heures du matin. Et qu…

L'Alignement des équinoxes [Sébastien Raizer]

Vous l'avez sûrement constaté, Maurice G. Dantec n'a pas publié de livres depuis quelques temps. Fort heureusement, pour les amateurs qui ont pris plaisir à lire Les Racines du Mal ou encore Babylon Babies, Sébastien Raizer vient, avec L'Alignement des équinoxes, à la rescousse des lecteurs en manque.
••• Ce roman, d'abord publié à la Série Noire, sous les auspices d'Aurélien Masson, à qui il est par ailleurs dédié, est le premier d'une trilogie, dont la lecture contentera amplement ceux qui ne voudront toutefois pas poursuive l'aventure des tomes suivants.
Néanmoins, le cœur du réacteur qui le propulse, dans lequel on trouve aussi bien Mishima, Philip K.Dick, William S. Burroughs ou encore Robert Anton Wilson, pour ne citer que les plus évidents ; dispose d'une telle puissance diégétique que je ne doute pas le moins du monde que Sagittarius et Minuit à contre-jour, les deux romans qui suivent respectivement L'Alignement des équinoxes, soient tout au…

Necronauts [Gordon Rennie / Frazer Irving] 2000 AD

C'est en lisant une notule critique à propos d'un roman de SF récemment paru, que cette analogie m'est venue. Son auteur écrivait, en substance ; « Malgré une intrigue qui peine à démarrer et une fin un peu abrupte balabla ... ».
Et j'ai eu une sorte de révélation.
Lorsque l'envie de se divertir occupe une part non négligeable d'un moment de lecture, celui-ci ressemble à un voyage en avion. Les deux moments les plus cruciaux en sont le décollage, et bien sûr l’atterrissage. 
Autrement dit, mal commencer une histoire et en louper la fin, augure mal du sentiment que laissera l'histoire en question. À condition qu'un mauvais début donne envie d'aller plus loin. 
Fort heureusement rien de tel avec Necronauts de Gordon Rennie & Frazer Irving.

Comme la couverture de l'hebdomadaire 2000 AD, qui illustre cette entrée le laisse deviner, les 50 pages de cette aventure ont d'abord trouvé refuge dans les pages du magazine anglais. Normal me direz-vous, l…