Accéder au contenu principal

Thor et le marteau des dieux


... Thor et le marteau des dieux nous conte la destinée de l'équipage d'un drakkar parti conquérir une nouvelle terre. Celle que les téméraires marins vont  découvrir est bien loin d'être hospitalière, nonobstant une étape importante sera franchit dans la geste Nordique.

Après un générique façon tapisserie de Bayeux, j'ai été saisi d'une inquiétude, celle de me retrouver en train de regarder la derniére vidéo d'une bande de copains (& de copines) rôlistes dans une reconstitution au rabais. Des costumes dégottés dans un vide-grenier, des casques mal ajustés, un jeu d'acteur - notamment le langage corporel - pour le moins étonnant ; une certaine désinvolture malgré le danger imminent, une théâtralité en léger déphasage avec le propos (avec force ricanements), tous les poncifs de la rhétorique héroïques passés en revue : "Nous accomplirons notre destin !", "À la fin il n'en restera qu'un !" etc...

   
Un constat d'entrée de jeu qui n'engage pas à suivre les péripéties auxquelles ne manqueront pas d'être confrontés nos valeureux vikings., n'est-ce pas !?

Eh bien détrompez-vous, parallèlement à cette impression de production fauchée interprétée par la troupe de l'As de Pique s'extrait dés les première sminutes du film une impérieuse envie d'en (sa)voir plus. Est-ce ce petit air échappé du 13ième Guerrier, la candeur des acteurs, ou bien cette volonté de jouer malgré les affres d'une absence certaine de charisme ...

Sif & Thor
Toujours est-il que j'ai regardé l'entièreté de Thor et le marteau des dieux. Et bien m'en a pris.
La maladresse des acteurs, ou même les effets spéciaux numériques pas toujours réussis  finissent par octroyer un charme certain aux turpitudes des personnages auxquels par ailleurs, on s'attache.
Or donc, Thor devra faire face à la traîtrise, au danger et à l'Enfer pour finalement trouver l'objet de sa quête. Une quête dont il n'avait pas idée avant d'aborder cette terre inhospitalière. Il sera heureusement aidé par l'amitié fraternel et par l'amour.

La belle Nicole Ennemoser
Toutefois, au-delà des aventures rocambolesques de cet équipage bigarré de vaillants vikings, Thor et le marteau des dieux ne laisse pas d'interroger sur la naissance d'un mythe, et son évolution.

Je m'explique, tout au long du film il apparait que les vikings de l'équipage du drakkar ont conscience de leur propres mythes, Odin, le Valhalla, les Valkyries, Fenris ; néanmoins si on s'attarde sur les membre de l'équipage justement, on remarque qu'ils portent chacun (du moins les personnages principaux) le nom d'un  Ase (ou d'une Asyne) :


Si ces noms ne sont en aucun cas des  hommages à la cour asgardienne, Heimdal ou Thor ne sont jamais cités comme étant des dieux, ils réagissent bien d'une manière archetypale correspondant à leur profile mythologique. Mmême si le cas de Thor est un peu plus ambigu, il apporte toutefois de l'eau à mon moulin théorique.

Heimdall


Je vous propose donc une analyse de Thor et le marteau des dieux où il apparaîtra que ce film n'est ni plus ni moins que la mise en image de la construction de la mythologie scandinave (Sans rire).
Cependant il s'agit d'une lecture épigénétique, c'est à dire une lecture où une matrice X (ici le film intitulé Thor et le marteau des dieux) donne lieu à diverses interprétations, selon les conditions dans lesquelles on interroge cette matrice, une lecture subjective pour ainsi dire.

(À suivre ... )

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…