Accéder au contenu principal

All-New Avengers Hors-Série n°1

ALL-NEW AVENGERS HORS SÉRIE n°1 : THE ULTIMATES
Parution irrégulière, 5,70 EUR, 120 pages
Scénario : Al Ewing
Dessins : Kenneth Rocafort
Couleurs : Dan Brown & K. Rocafort
Traduction : Ben KG (MAKMA)
Lettrage : RAM
Découvrez les Ultimates, l'équipe de l'impossible. La Panthère noire, Captain Marvel ou encore Blue Marvel s'associent pour régler les plus grands problèmes de l'univers. Et avant d'enquêter sur la renaissance de l'univers Marvel, les héros vont régler un problème de taille : celui de Galactus !
(Contient les épisodes U.S. : Avengers #0 (Vol.1), The Ultimates  #1-5)/Sortie le 16/08/2016
__________

.... La Maison des Idées est composée de briques communes à une multitude de récits. Une sorte de « magasin des accessoires » qui inspire, et surtout oriente l'écriture des auteurs qui travaillent pour elle. 
D'où, parfois, une sensation de « déjà-vu ». 
De fait, ces nouveaux Ultimates évoquent-ils, pour n'importe quel lecteur un tant soit peu aguerri en la matière, la célèbre (et fondatrice) équipe des Fantastic Four. Et les cinq numéros qui composent le sommaire d'All-New Avengers Hors-Série n°1 auraient pu tout aussi bien être écrits par l'un des plus coalescents duo des Sixties : Stan Lee & Jack Kirby.
Si ce n'est que la très WASP*  équipe originelle a laissé place à des personnages qui d'ordinaire (surtout dans les années 1960), étaient cantonnées aux marges.
En effet, sous l'égide du scénariste Al Ewing l'équipe des Ultimates regroupe trois protagonistes féminins, un potentat africain, et un scientifique afro-américain qui plus est, âgé de 87 ans !
Du jamais vu de mémoire de true believers dans les annales de la bande dessinée de masse étasunienne (du moins à ma connaissance).

.... Et ce ne sera pas la seule bonne surprise de ce hors-série.
.... L'aisance avec laquelle Al Ewing met en concurrence des éléments dramatiques qui, sur fond de joutes agonistiques, produisent - de façon intérieure - du désordre ; ou pour le dire de façon plus romanesque de la diégèse, de si bonne qualité ; cette aisance donc laisse augurer d'une série en devenir des plus attrayante. 
 Du reste, le storytelling de Kenneth Rocafort, pour le moins « baroque », ajoute à la sensation d’inquiétante étrangeté des histoires de ces nouveaux conquérants de l'impossible, à l'accent "technoblabla" très prononcé. 

 ... Or donc, ce premier numéro emprunte une bien singulière direction, nonobstant la valeur accordée aux "épithètes homériques" dans ce genre de récits - c'est-à-dire l'épithète qui accompagne implicitement ou explicitement, le nom de tel ou tel protagoniste (par exemple Arsène Lupin gentleman-cambrioleur) - et qui disent, par avance, que la nature des personnages ne changera pas. 
Même si temporairement, les aventures qu'ils vivent peuvent en donner l'illusion, les épithètes finissent par resurgir pour affirmer qu'untel est bien untel. 
.... Reste que pour l'instant l'illusion est très attractive, et que si la couverture du recueil publié par Panini se révèle programmatique, The Ultimates sera l'équipe la plus inventive du moment.

_________
* Autrement dit la mentalité des anglo-saxons protestants blancs

Commentaires

  1. c' est effectivement excellent

    RépondreSupprimer
  2. Je viens de lire la première moitié de la 2ème saison de cette itération des Ultimates, et Al Ewing se révèle très à l'aise pour jouer avec les entités cosmiques comme Eternity, Master Order, Lord Chaos, The never Queen, avec une habileté épatante, maniant la métaphore avec élégance, sans donner l'impression de faire du sous James Starlin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que la suite est gâchée (si je puis dire) soit par des "events", soit par des dessinateurs avec qui je ne partage pas les mêmes goûts.
      Dommage !

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…