Accéder au contenu principal

All-New Avengers Hors-Série n°1

ALL-NEW AVENGERS HORS SÉRIE n°1 : THE ULTIMATES
Parution irrégulière, 5,70 EUR, 120 pages
Scénario : Al Ewing
Dessins : Kenneth Rocafort
Couleurs : Dan Brown & K. Rocafort
Traduction : Ben KG (MAKMA)
Lettrage : RAM
Découvrez les Ultimates, l'équipe de l'impossible. La Panthère noire, Captain Marvel ou encore Blue Marvel s'associent pour régler les plus grands problèmes de l'univers. Et avant d'enquêter sur la renaissance de l'univers Marvel, les héros vont régler un problème de taille : celui de Galactus !
(Contient les épisodes U.S. : Avengers #0 (Vol.1), The Ultimates  #1-5)/Sortie le 16/08/2016
__________

.... La Maison des Idées est composée de briques communes à une multitude de récits. Une sorte de « magasin des accessoires » qui inspire, et surtout oriente l'écriture des auteurs qui travaillent pour elle. 
D'où, parfois, une sensation de « déjà-vu ». 
De fait, ces nouveaux Ultimates évoquent-ils, pour n'importe quel lecteur un tant soit peu aguerri en la matière, la célèbre (et fondatrice) équipe des Fantastic Four. Et les cinq numéros qui composent le sommaire d'All-New Avengers Hors-Série n°1 auraient pu tout aussi bien être écrits par l'un des plus coalescents duo des Sixties : Stan Lee & Jack Kirby.
Si ce n'est que la très WASP*  équipe originelle a laissé place à des personnages qui d'ordinaire (surtout dans les années 1960), étaient cantonnées aux marges.
En effet, sous l'égide du scénariste Al Ewing l'équipe des Ultimates regroupe trois protagonistes féminins, un potentat africain, et un scientifique afro-américain qui plus est, âgé de 87 ans !
Du jamais vu de mémoire de true believers dans les annales de la bande dessinée de masse étasunienne (du moins à ma connaissance).

.... Et ce ne sera pas la seule bonne surprise de ce hors-série.
.... L'aisance avec laquelle Al Ewing met en concurrence des éléments dramatiques qui, sur fond de joutes agonistiques, produisent - de façon intérieure - du désordre ; ou pour le dire de façon plus romanesque de la diégèse, de si bonne qualité ; cette aisance donc laisse augurer d'une série en devenir des plus attrayante. 
 Du reste, le storytelling de Kenneth Rocafort, pour le moins « baroque », ajoute à la sensation d’inquiétante étrangeté des histoires de ces nouveaux conquérants de l'impossible, à l'accent "technoblabla" très prononcé. 

 ... Or donc, ce premier numéro emprunte une bien singulière direction, nonobstant la valeur accordée aux "épithètes homériques" dans ce genre de récits - c'est-à-dire l'épithète qui accompagne implicitement ou explicitement, le nom de tel ou tel protagoniste (par exemple Arsène Lupin gentleman-cambrioleur) - et qui disent, par avance, que la nature des personnages ne changera pas. 
Même si temporairement, les aventures qu'ils vivent peuvent en donner l'illusion, les épithètes finissent par resurgir pour affirmer qu'untel est bien untel. 
.... Reste que pour l'instant l'illusion est très attractive, et que si la couverture du recueil publié par Panini se révèle programmatique, The Ultimates sera l'équipe la plus inventive du moment.

_________
* Autrement dit la mentalité des anglo-saxons protestants blancs

Commentaires

  1. c' est effectivement excellent

    RépondreSupprimer
  2. Je viens de lire la première moitié de la 2ème saison de cette itération des Ultimates, et Al Ewing se révèle très à l'aise pour jouer avec les entités cosmiques comme Eternity, Master Order, Lord Chaos, The never Queen, avec une habileté épatante, maniant la métaphore avec élégance, sans donner l'impression de faire du sous James Starlin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que la suite est gâchée (si je puis dire) soit par des "events", soit par des dessinateurs avec qui je ne partage pas les mêmes goûts.
      Dommage !

      Supprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …