Accéder au contenu principal

DEADPOOL n°6 (Panini)

ALL-NEW DEADPOOL n° 6 mensuel, 4,90 EUR, 96 pages 
Édition collector de Chris Stevens disponible en librairie : 8,95 € - Tirage limité à 1200 exemplaires. 
Scénaristes : Gerry Duggan (Deadpool), Charles Soule (Daredevil), David Walker (Luke Cage & Iron Fist). 
Dessinateurs : Jacopo Campagni, Guillermo Sanna, Elmo Bondoc, Paco Diaz
Traduction : Jérémy Manesse 
Lettrage : Laurence Hingray & Christophe Semal 
_____________ 
Un crossover complet en quatre chapitres entre Deadpool, Daredevil, Luke Cage et Iron Fist vous attend dans cette saga époustouflante.

(Contient l'épisode U.S. Deadpool  #13 (2016)) 
Sortie le 4/11/2016 

…. Si la reprise de Deadpool par Gerry Duggan, sous les fourches caudines d’un label qui proclame que cet univers est « Totalement Nouveau » (All-New, All-Different) m’a pour l’instant (mais avec pourtant déjà 13 numéros au compteur) laissé sur ma faim, relativement à son run précédent avec Brian Posehn ; je dois reconnaître qu’il ne manque pas d’idées. 

Ainsi après avoir proposé des couvertures qui racontent au fil des mois une aventure inédite (Pour en savoir +), et très « méta », du personnage principal de la série (c'est toujours en cours mais ce numéro spécial fait l'impasse), le scénariste propose de lire un crossover, mais made in Duggan.
En effet, il s’agit d’une rencontre inter-titres écrite par les scénaristes respectifs des séries impliquées (Deadpool donc, Daredevil et Luke Cage & Iron Fist) mais publiées sous une numérotation spéciale (point 1 : .1) et surtout, rassemblées dans un seul magazine, le treizième numéro de la série Deadpool (de 80 pages ce qui est assez inhabituel aux U.S.A. pour des séries mensuelles). 
Je parle jusqu'à maintenant de la numérotation U.S. En France, on peut lire ce crossover dans le sixième numéro de la série Deadpool publiée par Panini
À noter que le numéro « normal » de Panini, au prix de 4,90 €, est beaucoup moins cher que son équivalent en version originale. 

Une très belle idée sur le papier, qui concrètement perd beaucoup de son originalité de ce côté-ci de l’Atlantique, puisqu’on est habitué à lire des revues qui regroupent plusieurs séries ; soit d’un même titre, soit sous forme d’anthologie. 

 …. Ceci étant dit, quid du scénario ?
Eh bien, ça reste dans la moyenne de ce que Gerry Duggan propose depuis le Marvel « Totalement Nouveau », c’est-à-dire très très moyen. 
Et à l’aune des aventures précédentes (autrement dit, avant l’événement Secret Wars) écrites en collaboration avec Brian Posehn, c’est même plutôt médiocre. 
Un Ben Urich bien trop juvénile
La partie artistiques ne s’en tire pas beaucoup mieux – il faut, par exemple, une sacrée volonté pour croire que le Ben Urich dessiné par Jacopo Carmagni, écrit dans le Daily Bugle depuis aussi longtemps qu’il le prétend. 
Seuls Elmo Bondoc & Paco Diaz s’en sortent avec les honneurs. Comparés à Carmagni donc et à Guillermo Sana c’est d’ailleurs assez douloureux pour ces derniers. 

…. En définitive, une idée plutôt intéressante de crossover à la sauce Deapool*, mais qui passera toutefois inaperçu pour les lecteurs qui ne connaissent pas le rythme de publication des comic books dans leur pays d’origine.
Un scénario très peu digne du talent dont a déjà fait preuve Gerry Duggan sur le personnage.
Et deux numéros (sur 4) dont j’espère ne pas revoir trop souvent les artistes.

 Pas brillant !

________
* De mon point de vue, Christian Grasse qui rédige les pages de rédactionnel de ce numéro, n’insiste d’ailleurs pas assez sur les deux manières (différentes) de publier de la BD mensuelle, entre la France et les Etats-Unis.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Triple frontière [Mark Boal / J.C. Chandor]

En même temps qu'un tournage qui devait débuter en 2011, sous la direction de K athryn B igelow, Triple frontière se verra lié à une tripotée d'acteurs bankables : S ean P enn, J avier B ardem, D enzel W ashington. Et même T om H anks. À ce moment-là, le titre est devenu Sleeping dogs , et d'autres noms circulent ( C hanning T atum ou encore T om H ardy). Durant cette période de valses-hésitations, outre M ark B oal au scénario, la seule constante restera le lieu où devrait se dérouler l'action. La « triple frontière » du titre est une enclave aux confins du Paraguay , du Brésil et de l' Argentine , devenue zone de libre-échange et symbole d'une mondialisation productiviste à fort dynamisme économique. Le barrage d' Itaipu qui y a été construit entre 1975 et 1982, le plus grand du monde, produirait 75 % de l’électricité consommé au Brésil et au Paraguay . Ce territoire a même sa propre langue, le « Portugnol », une langue de confluence, mélange d

The Words

... The Words ( Les Mots ) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; D ennis Q uaid, J eremy I rons, J . K . S immons et B radley C ooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité.  Je m'explique. Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen , en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris , son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'

Wheelman [Frank Grillo / Jeremy Rush]

En partie produit, et surtout entièrement cornaqué par War Party™, la société de production de J oe C arnahan & de F rank G rillo, et magistralement interprété par ce dernier ; « Wheelman 2017 » repose sur la règle des 3 unités du théâtre dit classique :  • Unité temps : Une nuit.  • Unité d'action : Une attaque à main armée ne se déroule pas comme prévue.  • Unité de lieu : Une BMW E46  Autrement dit, 98% du film se déroule dans une voiture avec seulement F rank G rillo au volant et à l’écran. Son personnage n'interagit avec l'extérieur quasiment que via un téléphone portable.              Tourné à Boston en seulement 19 jours, pour un budget légèrement supérieur à 5 millions de dollars, « Wheelman » est, au moment des comptes, une péloche dégraissée et bien relevée.  D'entrée de jeu les premières minutes donnent le ton : « l'homme au volant » du titre a été embauché pour être chauffeur lors d'un braquage à main armée. Divorcé, sa fille adolescente, d