Accéder au contenu principal

DEADPOOL n°6 (Panini)

ALL-NEW DEADPOOL n° 6 mensuel, 4,90 EUR, 96 pages 
Édition collector de Chris Stevens disponible en librairie : 8,95 € - Tirage limité à 1200 exemplaires. 
Scénaristes : Gerry Duggan (Deadpool), Charles Soule (Daredevil), David Walker (Luke Cage & Iron Fist). 
Dessinateurs : Jacopo Campagni, Guillermo Sanna, Elmo Bondoc, Paco Diaz
Traduction : Jérémy Manesse 
Lettrage : Laurence Hingray & Christophe Semal 
_____________ 
Un crossover complet en quatre chapitres entre Deadpool, Daredevil, Luke Cage et Iron Fist vous attend dans cette saga époustouflante.

(Contient l'épisode U.S. Deadpool  #13 (2016)) 
Sortie le 4/11/2016 

…. Si la reprise de Deadpool par Gerry Duggan, sous les fourches caudines d’un label qui proclame que cet univers est « Totalement Nouveau » (All-New, All-Different) m’a pour l’instant (mais avec pourtant déjà 13 numéros au compteur) laissé sur ma faim, relativement à son run précédent avec Brian Posehn ; je dois reconnaître qu’il ne manque pas d’idées. 

Ainsi après avoir proposé des couvertures qui racontent au fil des mois une aventure inédite (Pour en savoir +), et très « méta », du personnage principal de la série (c'est toujours en cours mais ce numéro spécial fait l'impasse), le scénariste propose de lire un crossover, mais made in Duggan.
En effet, il s’agit d’une rencontre inter-titres écrite par les scénaristes respectifs des séries impliquées (Deadpool donc, Daredevil et Luke Cage & Iron Fist) mais publiées sous une numérotation spéciale (point 1 : .1) et surtout, rassemblées dans un seul magazine, le treizième numéro de la série Deadpool (de 80 pages ce qui est assez inhabituel aux U.S.A. pour des séries mensuelles). 
Je parle jusqu'à maintenant de la numérotation U.S. En France, on peut lire ce crossover dans le sixième numéro de la série Deadpool publiée par Panini
À noter que le numéro « normal » de Panini, au prix de 4,90 €, est beaucoup moins cher que son équivalent en version originale. 

Une très belle idée sur le papier, qui concrètement perd beaucoup de son originalité de ce côté-ci de l’Atlantique, puisqu’on est habitué à lire des revues qui regroupent plusieurs séries ; soit d’un même titre, soit sous forme d’anthologie. 

 …. Ceci étant dit, quid du scénario ?
Eh bien, ça reste dans la moyenne de ce que Gerry Duggan propose depuis le Marvel « Totalement Nouveau », c’est-à-dire très très moyen. 
Et à l’aune des aventures précédentes (autrement dit, avant l’événement Secret Wars) écrites en collaboration avec Brian Posehn, c’est même plutôt médiocre. 
Un Ben Urich bien trop juvénile
La partie artistiques ne s’en tire pas beaucoup mieux – il faut, par exemple, une sacrée volonté pour croire que le Ben Urich dessiné par Jacopo Carmagni, écrit dans le Daily Bugle depuis aussi longtemps qu’il le prétend. 
Seuls Elmo Bondoc & Paco Diaz s’en sortent avec les honneurs. Comparés à Carmagni donc et à Guillermo Sana c’est d’ailleurs assez douloureux pour ces derniers. 

…. En définitive, une idée plutôt intéressante de crossover à la sauce Deapool*, mais qui passera toutefois inaperçu pour les lecteurs qui ne connaissent pas le rythme de publication des comic books dans leur pays d’origine.
Un scénario très peu digne du talent dont a déjà fait preuve Gerry Duggan sur le personnage.
Et deux numéros (sur 4) dont j’espère ne pas revoir trop souvent les artistes.

 Pas brillant !

________
* De mon point de vue, Christian Grasse qui rédige les pages de rédactionnel de ce numéro, n’insiste d’ailleurs pas assez sur les deux manières (différentes) de publier de la BD mensuelle, entre la France et les Etats-Unis.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…