Accéder au contenu principal

Le Tueur de la Green River

.... Si j'ai développé un intérêt si je puis dire, pour les tueurs en série au début des années 1990 ; il y a longtemps que ce "personnage" devenu presque un archétype de la culture de masse, a cessé de m'intéresser.
Et pourtant Le Tueur de la Green River en est un, mais pour le coup c'est le dessinateur Jonathan Case qui m'a fait lire cet album de BD (Pour en savoir +), qui n'est par ailleurs pas vraiment une oeuvre de fiction.

En effet, le scénariste - Jeff Jansen - est le propre fils de l'un des enquêteurs ayant travaillé sur l'affaire et, lui-même journaliste, ce récit est plus un reportage sous la forme d'une bande dessinée qu'autre chose. 
Dark Horse son éditeur américain le classe d'ailleurs dans la catégorie « non-fiction ».
Outre son approche documentaire donc, Jansen a l'intelligence de se focaliser sur un période très courte de l'affaire, qui a presque durée 20 ans, avec quelques flash back, dont le résultat est en fait un portrait de son père. 
Et en creux celui du tueur en question. 
Sans effet sensationnaliste, le scénariste et le dessinateur distillent un sentiment de malaise très dérangeant. Cependant par un habile effet de texte, le lecteur est légèrement en avance sur les enquêteurs, ce qui n'empêche pas le « coup de théâtre » de l'enquête de faire son effet.
Les auteurs n'oublient pas non plus les victimes, et là encore Jeff Jansen fait preuve de beaucoup de discernement dans son traitement. 
.... Dessiné dans un noir et blanc sobre, avec des personnages qui en disent autant avec leur visage et leur corps qu'avec leurs mots, et certains cadrages parlent d'eux-mêmes, Le Tueur de la Green River est une sacrée claque.

Complétée par une préface signée Stéphane Bourgoin, l'un des spécialistes français des tueurs en série, et publiée par l'éditeur Ankama (traduction Astrid Mélite) dans un très chouette format, Le Tueur de la Green River n'est définitivement pas à mettre entre toutes les mains.  

Commentaires

  1. Cette BD constitue également un excellent souvenir de lecture pour moi, avec une manière efficace de mettre en évidence les doutes de l'enquêteur au fil des années qui passent, sans aucun sensationnalisme.

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …