Accéder au contenu principal

Nous, les morts (Darko Macan & Igor Kordey)

…. Le mort-vivant, le zombie, n’a jamais été aussi prolifique que ces dernières années. 
Accommodé à toutes les sauces possibles et imaginables, sur une vaste gamme de supports (télévision, cinéma, BD, comic book, manga, etc.) son succès semble tout aussi durable que sa non-vie le lui permettra. 

Fort de cette exposition tous azimuts, le duo composé de Darko Macan & d'Igor Kordey, dont ce n’est pas la première rencontre, (Pour en savoir +), nous en donne sa propre déclinaison en quatre tomes d’une série intitulée Nous, les morts (éditions Delcourt).
Uchronie outrancière, cette réécriture de l’histoire (forcément), prend à rebrousse poil nombre de jalons historiques incontournables qui ont fait de l’humanité de qu’elle est (mais assez paradoxalement pour un résultat identique) ; est aussi un prétexte à s’intéresser à la grammaire du genre (et au devenir du genre humains, rien que ça !). 

Fable gargantuesque aux personnages hauts en couleurs, et aux péripéties tout simplement incroyables, Nous, les morts nécessite de ne pas se laisser limiter par les frontière de notre propre imagination mais de se laisser porter par celle de Darko Macan. 
Une imagination à laquelle Igor Kordey – au sommet de son art comme jamais - donne forme & force grâce à des planches qui traduisent la folie et l’absurdité d’une partie de l’humanité (ou du moins de ce en quoi elle s’est transformée) vouée à se battre, et surtout à supprimer toute différences. Lequel Kordey est fort talentueusement soutenu par les magnifiques couleurs de Yana. 

Une marche en avant dont toute ressemblance avec les temps qui courent ne serait pas pure coïncidence.
…. Réjouissant, ou pour paraphraser Pierre Desproges : amusons-nous de nous-mêmes en attendant la mort.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.