Accéder au contenu principal

Comancheria, ou le choix d'un titre

COMANCHERIA, de Taylor Sheridan & David Mackenzie
(avec de vrais morceaux de spoilers dedans)
…. En choisissant de titrer autrement le scénario original de Taylor Sheridan, et par la même occasion le titre du film qu’a tourné David Mackenzie*, les distributeurs américains en ont subtilement changé la parallaxe. 

En effet, Comancheria – le titre original - a été intitulé pour sa sortie en salle Hell or Hight Water, une expression familière que l’on peut traduire par « contre vents et marées », et qui dit clairement que, quelles que soient les circonstances - ici la mort d’une personne ayant souscrit une sorte de viager made in U.S.A. (reverse mortgage) - le contrat qu’elle a signé, doit être honoré. 
Dut-il jeter à la rue ses héritiers putatifs. 

De mon point de vue, cet aspect du long-métrage, est un « macguffin » dans la plus pure tradition hitchcockienne. Un macguffin solide certes, et un généreux générateur de diégèse , mais un macguffin seulement. 

Le film n’est pas – même s’il en a les apparences - un film de braquage (heist movie) que l’expropriation « contre vents et marées » met en branle, mais un magnifique regard (en l’occurrence celui de David Mackenzie) sur la fin d’une époque, à l'interprétation magistrale. 

Les deux représentants de la loi, sorte de Lone Ranger & Tonto (Pour en savoir +) vieillissants et anachroniques, la mort très symbolique de « Tonto » et du dernier « maître de la plaine » (dans les conditions précises du film), tout cela - et bien plus encore - participe à l’autopsie de l’Ouest (entendre la mythologie de la Frontière) que s’est engagé à faire le scénarite Taylor Sheridan au travers d'une trilogie commencée avec Sicario (qui parle d'une toute autre frontière). 
Et Comancheria, autrement dit l’empire des comanches**, plus grand que le territoire de la France métropolitaine, signifie que même les civilisations meurent, fussent-elles l'expression d'un Rêve. 

Une parallaxe, que par un inattendu coup de théâtre, les homologues hexagonaux des distributeurs étasuniens ont rétablie. 
_______ 
* David MacKenzie : Le titre d’origine du film était Comancheria. Je l’ai tourné sous ce nom. Mais les distributeurs américains ont préféré le changer. (Source : FilmsActu

** Cf. Pekka Hämäläinen : L’Empire comanche

Commentaires

  1. Je glisse ici un petit avis. Je suis toujours à terre, terrassé, abasourdi !

    Tiens si on mettait du nick cave ce serait pas mal non, style gothique rocailleux !

    Tiens si on mettait des panneaux décrépis pour montrer la dureté du monde !

    Tiens si on mettait un chamaillerie fraternelle sur coucher de soleil !

    Tiens si on faisais trois cents blagues lourdingues, histoire de dire que ce n'est pas ce qu'on pense !

    Tiens si on faisait crisser les pneus dans la poussière !

    Tiens si on pompait des scènes à gauche à droite histoire de dire que l'on est du même acabit !

    Tiens si on prenait des acteurs connus!

    Tiens si on faisait un film !

    m... on n'a pas de scénario et plus d'idées !

    C'est pas grave personne ne verra rien.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.