Accéder au contenu principal

Channel Zero (S01-E01 à 03)

…. Avant de voir les trois premiers épisodes de la série télévisée Channel Zero je n’avais jamais entendu parler des creepypasta.
Il s’agit pour ceux qui n’en savent pas plus que moi, d’histoires « virales » (du moins ont-elles l’ambition de le devenir) imaginaires mais ayant les atours d’histoires « vraies », et jouant donc sur la crédulité de ceux qui les lisent, et sur la large diffusion que permet la Toile Mondiale aujourd’hui.

Une sorte de « chaîne de lettres » 2.0 à la sauce légende urbaine.

La creepypasta de Kris Straub (au patronyme prédestiné) est donc reprise dans Channel Zero, sous le titre de Candel Cove, la fausse émission de télé, au cœur de sa propre creepypasta, sensée avoir été diffusée en 1979 sur un des réseaux américains.
Skyshale033
 Subject: Candle Cove local kid's show?
Does anyone remember this kid's show? It was called Candle Cove and I must have been 6 or 7. I never found reference to it anywhere so I think it was on a local station around 1971 or 1972. I lived in Ironton at the time. I don't remember which station, but I do remember it was on at a weird time, like 4:00 PM.
La Candel Cove de Channel Zero, c’est un peu comme si le Casimir de L’Ile aux enfants en mastiquait au petit déjeuner, et que le Facteur était un tueur en série. 
Avec l’impact que Ségolène Royal et ses thuriféraires prêtaient aux « manga » (sic) - tel Ken le survivant - lorsqu’ils étaient diffusés dans Le Club Dorothée durant les années 1980 (tiens tiens !! les années 1980, décidément). 
Mais sans que personne n’en ait rien su à l’époque. 

Or donc cette série télévisée (Candel Cove) dans Channel Zero, dont pas mal de gens parlent mais que peu ont vu, semble avoir eu une influence néfaste sur quelques uns de ses jeunes téléspectateurs, et à tout le moins - lors de sa très courte et tout aussi confidentielle diffusion – une série de meurtres a eu lieu à Iron Fall une bourgade tranquille des U.S.A. Étrange !!!
…. Les trois épisodes (/6) que j’ai vus (pour l’instant) sont vraiment pas mal du tout. 
Le sentiment de malaise qui s’est installé dès la séquence d’ouverture du premier d’entre eux ne m’a pas quitté, il est même allé en s’amplifiant. 
Quelques scènes à déconseiller aux âmes sensibles, et une interprétation très « habitée » finissent de rendre cette série très intéressante et un peu flippante. Donc réussie. 

 (À suivre.....)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.