Accéder au contenu principal

The Dead Hand [Higgins/Mooney] Glénat

       Peu de chose n'ont pas été dites sur la « guerre froide ».

Guerre à bas bruit dans un monde bipolaire, sauf pour ses points d’incandescence, essentiellement dans ce qu'on appelait en ce temps-là les « colonies », voire au travers du terrorisme d'extrême-gauche en Europe, la guerre froide a, plus d'une fois, failli se réchauffer dangereusement, et nous être fatale.
La « Dead Hand » du titre, en est l'extrême aboutissement, dans ce que ce conflit a eu de plus absurde. Un projet heureusement resté à ce stade.
Et c'est là qu'intervient Kyle Higgins. 

Vous l'avez d'ores et déjà compris, ce n'est pas sur le terrain des idées originales que le scénariste joue, mais sur celui d'un agencement et d'un choix d'idées plus ou moins connues et exploitées. Et d'un découpage de son histoire. Quand bien même le dispositif qui donne son nom au premier tome de cet album, fruit de la collaboration entre une équipe venue d'outre-Atlantique et d'un éditeur hexagonal, est-il resté assez confidentiel.
En effet, la maison d'édition Glénat est allée recruter Kyle Higgins, Stephen Mooney et Jordie Bellaire pour la réalisation des un peu plus de 50 planches de The Dead Hand. Une dream team dont les membres sont bien connus des lecteurs de bande dessiné américaine, et qui se frottent pour la première fois au format dit « franco-belge ». Une expérience dont ils parlent sur le site d'ailleurs de l'éditeur [Pour en savoir +]
       Et force m'est de constater que ça marche très très bien. Si parfois le dessinateur Stephen Mooney livre des planches un poil approximative, et que certains de ses visages manquent de finition et d'expression, l'ambiance et surtout l'art, tout en prestidigitation, dont fait preuve le scénariste comble autant les manques de son artiste de confrère, que mes propres attentes.  

Un premier tome tout en promesses et en tension (disponible pour la somme de 14,95 €), qui me fait espérer fébrilement que la suite ne se fasse pas trop attendre. 
Image Comics ne s'y est d'ailleurs pas trompé, l'éditeur étasunien a en effet proposé en avril 2018, la première partie de l'album français (qui en compte deux, plus une galerie d’illustrations en N&b) sur le marché américain, mais sans le lettrage de Maximilien Chailleux, ni la relecture de Fred Urek. 
Toutefois, au vu des planches parues aux U.S.A, en tout point identiques aux nôtres, on est en droit de croire que les conseils artistiques de Jean-David Morvan, dont il est crédité pour l'édition française, y sont encore.     


(À suivre ....)
_______________
Un bref avant-goût de l'album :



Commentaires

  1. Toujours un peu dubitatif lorsque les Américains se frottent au format franco-belge.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hum, je ne sais pas, en tout cas ici ça marche plutôt bien.
      Il faut dire que le découpage semble correspondre à un album franco-belge pour deux numéros américains (comme je le précise dans mon article).

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…