Accéder au contenu principal

The Dead Hand [Higgins/Mooney] Glénat

       Peu de chose n'ont pas été dites sur la « guerre froide ».

Guerre à bas bruit dans un monde bipolaire, sauf pour ses points d’incandescence, essentiellement dans ce qu'on appelait en ce temps-là les « colonies », voire au travers du terrorisme d'extrême-gauche en Europe, la guerre froide a, plus d'une fois, failli se réchauffer dangereusement, et nous être fatale.
La « Dead Hand » du titre, en est l'extrême aboutissement, dans ce que ce conflit a eu de plus absurde. Un projet heureusement resté à ce stade.
Et c'est là qu'intervient Kyle Higgins. 

Vous l'avez d'ores et déjà compris, ce n'est pas sur le terrain des idées originales que le scénariste joue, mais sur celui d'un agencement et d'un choix d'idées plus ou moins connues et exploitées. Et d'un découpage de son histoire. Quand bien même le dispositif qui donne son nom au premier tome de cet album, fruit de la collaboration entre une équipe venue d'outre-Atlantique et d'un éditeur hexagonal, est-il resté assez confidentiel.
En effet, la maison d'édition Glénat est allée recruter Kyle Higgins, Stephen Mooney et Jordie Bellaire pour la réalisation des un peu plus de 50 planches de The Dead Hand. Une dream team dont les membres sont bien connus des lecteurs de bande dessiné américaine, et qui se frottent pour la première fois au format dit « franco-belge ». Une expérience dont ils parlent sur le site d'ailleurs de l'éditeur [Pour en savoir +]
       Et force m'est de constater que ça marche très très bien. Si parfois le dessinateur Stephen Mooney livre des planches un poil approximative, et que certains de ses visages manquent de finition et d'expression, l'ambiance et surtout l'art, tout en prestidigitation, dont fait preuve le scénariste comble autant les manques de son artiste de confrère, que mes propres attentes.  

Un premier tome tout en promesses et en tension (disponible pour la somme de 14,95 €), qui me fait espérer fébrilement que la suite ne se fasse pas trop attendre. 
Image Comics ne s'y est d'ailleurs pas trompé, l'éditeur étasunien a en effet proposé en avril 2018, la première partie de l'album français (qui en compte deux, plus une galerie d’illustrations en N&b) sur le marché américain, mais sans le lettrage de Maximilien Chailleux, ni la relecture de Fred Urek. 
Toutefois, au vu des planches parues aux U.S.A, en tout point identiques aux nôtres, on est en droit de croire que les conseils artistiques de Jean-David Morvan, dont il est crédité pour l'édition française, y sont encore.     


(À suivre ....)
_______________
Un bref avant-goût de l'album :



Commentaires

  1. Toujours un peu dubitatif lorsque les Américains se frottent au format franco-belge.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hum, je ne sais pas, en tout cas ici ça marche plutôt bien.
      Il faut dire que le découpage semble correspondre à un album franco-belge pour deux numéros américains (comme je le précise dans mon article).

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

L'Alignement des équinoxes [Sébastien Raizer]

Vous l'avez sûrement constaté, Maurice G. Dantec n'a pas publié de livres depuis quelques temps. Fort heureusement, pour les amateurs qui ont pris plaisir à lire Les Racines du Mal ou encore Babylon Babies, Sébastien Raizer vient, avec L'Alignement des équinoxes, à la rescousse des lecteurs en manque.
••• Ce roman, d'abord publié à la Série Noire, sous les auspices d'Aurélien Masson, à qui il est par ailleurs dédié, est le premier d'une trilogie, dont la lecture contentera amplement ceux qui ne voudront toutefois pas poursuive l'aventure des tomes suivants.
Néanmoins, le cœur du réacteur qui le propulse, dans lequel on trouve aussi bien Mishima, Philip K.Dick, William S. Burroughs ou encore Robert Anton Wilson, pour ne citer que les plus évidents ; dispose d'une telle puissance diégétique que je ne doute pas le moins du monde que Sagittarius et Minuit à contre-jour, les deux romans qui suivent respectivement L'Alignement des équinoxes, soient tout au…

Porté disparu [Lauren Beukes / Luc Kenoufi]

Extrait du cinquième numéro de la revue numérique de science-fiction Angle Mort, je viens de lire Porté disparu une nouvelle de Lauren Beukes, traduite par Luc Kenoufi.
       Tout en ayant déjà entendu parler de cette autrice sud-africaine, c'est en lisant un numéro anniversaire de l'hebdomadaire anglais 2000 AD, où elle y a écrit une courte histoire autour du personnage de Durham Red, que l'idée m'est venue de me pencher plus sérieusement sur son travail.

Et je n'ai pas été déçu. 

Alors même que l'inspiration de Lauren Beukes, pour la nouvelle dont il est question ici, semble reposer sur une infox (fake news), celle dite de « l'expérience de Standford », menée par Philip Zimbardo. 

       Je ne vais pas ici relater ladite expérience (dont on trouve sur l'Internet, moult descriptions), mais pour le dire rapidement, elle a démontré que tout homme, placé dans certaines situations, peut se transformer en monstre. Ou dit autrement par Thibault Le Texier «l’enf…

Survivors' Club [L. Beukes / D. Halvorsen / R. Kelly] Vertigo

Pensée a priori sur le long terme (ongoing serie) Survivors' Club ne connaitra en définitive que 9 numéros. Écrite par Lauren Beukes et Dale Halvorsen, sur une idée de départ de ce dernier, cette série, estampillée Vertigo, peut se résumer à : « Que sont devenus les protagonistes survivants des films d'horreur des années 1980 ? ».
C'est en regardant l'un des films de la série Chucky que Dale Halvorsen a commencé à réfléchir à ce qui deviendra finalement Survivors' Club. Rien d'étonnant à ce qu'un des personnages fasse justement penser à la célèbre marionnette.
En fait, chacun des personnages du Survivors' Club est une transposition d'un archétype de film d'horreur. Réunis sur un thème tout aussi connoté, la série prend tout son ampleur à partir du quatrième numéro, et s'émancipe, pour le meilleur, de son pitch liminaire. Lequel n'était pas honteux non plus.
Non pas en le reniant, mais en y apportant ce qui est à mes yeux la touche d'or…