Accéder au contenu principal

Hip Hop Family Tree [Ed Piskor]

L'ouvrage d'Ed Piksor, premier tome d'une histoire dessinée du Hip Hop, est aussi chaleureux qu'un rapport de médecin légiste. 
.... Documentée, factuelle, du moins autant que je puisse en juger, la période allant des seventies à 1981 ressemble plus à une fastidieuse énumération qu'à une bédé.
 

Là où certains utilisèrent une écriture comportementaliste i.e factuelle, en faisant de cette contrainte un puissant générateur de diégèse autant que le révélateur d'une époque, et un instantané de ses us & coutumes (ce à quoi je m'attendais avec cet album), voire réussissant des effets cinématographiques saisissants ; La position du tireur couché de Manchette pour ne pas le citer. Là où d'autres prônaient la technique dite de « l'Iceberg », et dont les romans n'étaient que la partie émergée ; Hemingway.
Ed Piskor, dont l'idole revendiquée est Rob Liefeld, ceci expliquant sûrement cela, se contente d'empiler les faits sans fil conducteur, sinon la linéarité du temps qui passe. Un carburant bien insuffisant, à mon goût, en terme de storytelling.
 

Riche d'une théorie d'individus et de faits tout aussi froidement décrits, d'où mon rapprochement avec deux styles littéraires (supra) qui ont su dépasser leurs propres contraintes behavioristes pour raconter et surtout incarner leur(s) histoire(s) ; au contraire de ce premier tome des 3 qui forment donc l'histoire du Hip Hop vu par Piskor. Au final un rien lassant.
Piskor, au fait de l'histoire du comic book, sait aussi copier les pavés de texte des 70'
Ed Piksor aurait été bien inspiré d'injecter dans son récit, dans sa façon de raconter, certaines des techniques qui ont fait le Hip Hop : le flow, le scratch, les boucles de samples ; même son trait un poil naïf, mais non dénué d'un certain charme, pêche à la longue par ses cadrages bien trop sages, manière de cases anthropométriques par trop répétitives.
.... Biberonné adolescent à l'émission de télévision de Sidney H.I.P H.O.P, au mitan des années Reagan, et dernièrement enchanté par la série télévisée Get Down, je me faisais une joie de replonger dans l'histoire de cette culture innovante. La déconvenue que m'a procurée la lecture de ce premier tome (qui restera certainement le seul que je lirai) n'en est que plus forte. D'autant que l'éditeur, PAPA GUÉDÉ, a fait du beau travail.

Album remixé par Kool Hugo "syntax" Erhard. Re-remixé par Funky Mic Smadja. Masterisé par Gilles "Heavy Bass" Poussin. Featuring Jean-Michel Dupont. Éditions PAPA GUÉDÉ
______________
• En supplément, un entretient qu'Ed Piskor a accordé à l’hebdomadaire Les Inrockuptibles, trouvé à la bibliothèque le même jour où j'ai emprunté cet album. Ça ne s'invente pas. 
Structurellement, Anne-Claire Norot, la journaliste y fait un distingo entre récits de super-héros et romans graphiques ; mélangeant allégrement un genre et un format dans une question où le sous-texte est d'une bêtise sans nom. 

Ed Piskor ne voulant sûrement pas être en reste sur ce terrain, fait des gens « qui n'aiment pas le rap des racistes qui ne veulent pas voir de Noirs sur les pages d'une BD ».
Un essentialisme tout à fait dans l'air du temps, aussi bête que réducteur. 

Heureusement que j'ai lu cette interview après avoir lu l'album de Piskor. 







Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er