Accéder au contenu principal

Hip Hop Family Tree [Ed Piskor]

L'ouvrage d'Ed Piksor, premier tome d'une histoire dessinée du Hip Hop, est aussi chaleureux qu'un rapport de médecin légiste. 
.... Documentée, factuelle, du moins autant que je puisse en juger, la période allant des seventies à 1981 ressemble plus à une fastidieuse énumération qu'à une bédé.
 

Là où certains utilisèrent une écriture comportementaliste i.e factuelle, en faisant de cette contrainte un puissant générateur de diégèse autant que le révélateur d'une époque, et un instantané de ses us & coutumes (ce à quoi je m'attendais avec cet album), voire réussissant des effets cinématographiques saisissants ; La position du tireur couché de Manchette pour ne pas le citer. Là où d'autres prônaient la technique dite de « l'Iceberg », et dont les romans n'étaient que la partie émergée ; Hemingway.
Ed Piskor, dont l'idole revendiquée est Rob Liefeld, ceci expliquant sûrement cela, se contente d'empiler les faits sans fil conducteur, sinon la linéarité du temps qui passe. Un carburant bien insuffisant, à mon goût, en terme de storytelling.
 

Riche d'une théorie d'individus et de faits tout aussi froidement décrits, d'où mon rapprochement avec deux styles littéraires (supra) qui ont su dépasser leurs propres contraintes behavioristes pour raconter et surtout incarner leur(s) histoire(s) ; au contraire de ce premier tome des 3 qui forment donc l'histoire du Hip Hop vu par Piskor. Au final un rien lassant.
Piskor, au fait de l'histoire du comic book, sait aussi copier les pavés de texte des 70'
Ed Piksor aurait été bien inspiré d'injecter dans son récit, dans sa façon de raconter, certaines des techniques qui ont fait le Hip Hop : le flow, le scratch, les boucles de samples ; même son trait un poil naïf, mais non dénué d'un certain charme, pêche à la longue par ses cadrages bien trop sages, manière de cases anthropométriques par trop répétitives.
.... Biberonné adolescent à l'émission de télévision de Sidney H.I.P H.O.P, au mitan des années Reagan, et dernièrement enchanté par la série télévisée Get Down, je me faisais une joie de replonger dans l'histoire de cette culture innovante. La déconvenue que m'a procurée la lecture de ce premier tome (qui restera certainement le seul que je lirai) n'en est que plus forte. D'autant que l'éditeur, PAPA GUÉDÉ, a fait du beau travail.

Album remixé par Kool Hugo "syntax" Erhard. Re-remixé par Funky Mic Smadja. Masterisé par Gilles "Heavy Bass" Poussin. Featuring Jean-Michel Dupont. Éditions PAPA GUÉDÉ
______________
• En supplément, un entretient qu'Ed Piskor a accordé à l’hebdomadaire Les Inrockuptibles, trouvé à la bibliothèque le même jour où j'ai emprunté cet album. Ça ne s'invente pas. 
Structurellement, Anne-Claire Norot, la journaliste y fait un distingo entre récits de super-héros et romans graphiques ; mélangeant allégrement un genre et un format dans une question où le sous-texte est d'une bêtise sans nom. 

Ed Piskor ne voulant sûrement pas être en reste sur ce terrain, fait des gens « qui n'aiment pas le rap des racistes qui ne veulent pas voir de Noirs sur les pages d'une BD ».
Un essentialisme tout à fait dans l'air du temps, aussi bête que réducteur. 

Heureusement que j'ai lu cette interview après avoir lu l'album de Piskor. 







Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'Alignement des équinoxes [Sébastien Raizer]

Vous l'avez sûrement constaté, Maurice G. Dantec n'a pas publié de livres depuis quelques temps. Fort heureusement, pour les amateurs qui ont pris plaisir à lire Les Racines du Mal ou encore Babylon Babies, Sébastien Raizer vient, avec L'Alignement des équinoxes, à la rescousse des lecteurs en manque.
••• Ce roman, d'abord publié à la Série Noire, sous les auspices d'Aurélien Masson, à qui il est par ailleurs dédié, est le premier d'une trilogie, dont la lecture contentera amplement ceux qui ne voudront toutefois pas poursuive l'aventure des tomes suivants.
Néanmoins, le cœur du réacteur qui le propulse, dans lequel on trouve aussi bien Mishima, Philip K.Dick, William S. Burroughs ou encore Robert Anton Wilson, pour ne citer que les plus évidents ; dispose d'une telle puissance diégétique que je ne doute pas le moins du monde que Sagittarius et Minuit à contre-jour, les deux romans qui suivent respectivement L'Alignement des équinoxes, soient tout au…

Porté disparu [Lauren Beukes / Luc Kenoufi]

Extrait du cinquième numéro de la revue numérique de science-fiction Angle Mort, je viens de lire Porté disparu une nouvelle de Lauren Beukes, traduite par Luc Kenoufi.
       Tout en ayant déjà entendu parler de cette autrice sud-africaine, c'est en lisant un numéro anniversaire de l'hebdomadaire anglais 2000 AD, où elle y a écrit une courte histoire autour du personnage de Durham Red, que l'idée m'est venue de me pencher plus sérieusement sur son travail.

Et je n'ai pas été déçu. 

Alors même que l'inspiration de Lauren Beukes, pour la nouvelle dont il est question ici, semble reposer sur une infox (fake news), celle dite de « l'expérience de Standford », menée par Philip Zimbardo. 

       Je ne vais pas ici relater ladite expérience (dont on trouve sur l'Internet, moult descriptions), mais pour le dire rapidement, elle a démontré que tout homme, placé dans certaines situations, peut se transformer en monstre. Ou dit autrement par Thibault Le Texier «l’enf…

Survivors' Club [L. Beukes / D. Halvorsen / R. Kelly] Vertigo

Pensée a priori sur le long terme (ongoing serie) Survivors' Club ne connaitra en définitive que 9 numéros. Écrite par Lauren Beukes et Dale Halvorsen, sur une idée de départ de ce dernier, cette série, estampillée Vertigo, peut se résumer à : « Que sont devenus les protagonistes survivants des films d'horreur des années 1980 ? ».
C'est en regardant l'un des films de la série Chucky que Dale Halvorsen a commencé à réfléchir à ce qui deviendra finalement Survivors' Club. Rien d'étonnant à ce qu'un des personnages fasse justement penser à la célèbre marionnette.
En fait, chacun des personnages du Survivors' Club est une transposition d'un archétype de film d'horreur. Réunis sur un thème tout aussi connoté, la série prend tout son ampleur à partir du quatrième numéro, et s'émancipe, pour le meilleur, de son pitch liminaire. Lequel n'était pas honteux non plus.
Non pas en le reniant, mais en y apportant ce qui est à mes yeux la touche d'or…