Accéder au contenu principal

Shadowman #1 [Andy Diggle/Stephen Segovia]

Shadowman ce sont des promesses qu'on ne refuse pas d'emblée !

        Avec ce personnage, c'est le quadrant mystique, magique, de l'univers Valiant© qu'on nous propose d'explorer. Et une religion -le Vaudou- qu'on ne connaît bien souvent qu'au travers de ses stéréotypes, associée à une ville La Nouvelle-Orléans, véritable nexus culturel s'il en est. 
Bref, un avenir riche en potentialités.

D'autant qu'Andy Diggle, le scénariste de la série, n'a de cesse de déclarer qu'il a déjà écrit deux ans d'aventure(s), sous l'égide de l'editor-in-chief* de Valiant™, Warren Simmons**, (lequel lui a pitché ce qu'il attendait de lui), et que la première année est même totalement actée :
• Shadowman # 1-3 : « Fear of the Dark »
• Shadowman # 4-7 : « Dead and Gone »
• Shadowman #8-11 : « Rag and Bone »

Une vision au long cours, qui fait très plaisir à voir en ces temps d'univers gouvernés par le principe de continuité, lequel impose une lecture synchronique et diachronique de chaque illustré de bédé qui s'en revendique, si souvent « rebaunchés » (reboot + relaunch), que ce principe est devenu ni plus ni moins qu'un élément de langage. 

Diggle c'est aussi un Monsieur Loyal (entertainer) du divertissement qui, lorsqu'il était rédacteur en chef de l'hebdomadaire 2000AD™, a écrit un manifeste destiné à secouer ceux qui voulaient travailler pour lui, intitulé rien moins que « un shot d'ergol » (Shot Glass of Rocket Fuel), tout un programme, destiné à mettre définitivement sur orbite n'importe quel lecteur. Et une profession de foi qu'il s'applique à mettre en œuvre avant tout, sur ses propres travaux.

       Il définit d'ailleurs lui-même son écriture de « fulgurante », « dense », « brutale », et « sinistrement amusante » ; au moins sait-on à quoi s'attendre !

Il est de ceux qui vous scotchent en quelques pages, également capable d'y ramasser -avec respect- l'essentiel de ce qu'on doit connaître, sans devoir pour autant lire ce qui a été précédemment fait avec le ou les personnages principaux d'une série donnée.

       Si Shadowman a -justement- connu une courte vie éditoriale à partir de 2012, lors de la relance de l'univers Valiant™, et participé, en guest star, à quelques aventures récentes, ce premier numéro est donc le point d'entrée idéal. En plus de nous faire passer un bon moment de lecture et de nous convertir à son culte. C'est du moins ce qu'il a réussi à faire avec moi.

Le dessinateur philippin Stephen Segovia, et les designs de Greg Smallwood, n'y sont pas pour rien non plus.  

[À suivre ......]
____________
* Je le redis, pour le lire trop souvent, un editor-in-chief n'est pas un éditeur en chef, mais plutôt un poste au croisement de celui de rédacteur en chef et de directeur de collection. Quand bien même il a évolué dans le temps, et que chaque éditeur (publisher)/maison d'éditions, peut l'ajuster à sa convenance. 
** Warren Simmons et Andy Diggle ont en effet déjà travaillé ensemble, lors du run de ce dernier sur Daredevil.    

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er