Accéder au contenu principal

Exiles #1 & 2 [Saladin Ahmed/Javier Rodriguez]

.... De manière assez amusante, dans un entretien que j'ai lu du scénariste Saladin Ahmed, où il donne un avant-goût de la nouvelle série qu'il écrit pour la maison d'édition Marvel, celui-ci (malgré son expérience de romancier) explique en substance que, jeune auteur de la Maison des Idées (la maxi-série Black Bolt) il découvre que d'une part, les différentes histoires sont planifiées des mois à l'avance, qu'elles dépendent les unes des autres (principe de continuité), et qu'elles sont influencées par les autres médias ; autrement dit les blockbusters bien connus qui cartonnent au cinéma.
Et que se retrouver sur une série comme Exile, qui racontent les aventures d'une équipe de personnages venus d'univers alternatifs, devant réparer ce même multivers, lui donne plus de liberté. Dont acte !
Exile/2002/Panini : Winick & Mckone
Seulement voilà, dans cette même interview, il fait clairement référence à la Sarah Connor de Terminator en décrivant l'un des équipières de Blink, et s'inspire de la prestation de Tessa Thompson dans Thor, pour sa propre Valkyrie. Je n'insisterai pas en mentionnant la référence à Code Quantum, qui est faite dans ladite discussion, elle était déjà là dans la première version de la série publiée dès 2001 par Marvel. En définitive, plutôt que d'être aux ordres de la planification cinématographique, il retourne la situation en sa faveur, et pioche dans ce qui l'intéresse. Pour un nouveau venu, Saladin Ahmed montre un esprit déjà bien retors ; plutôt de bonne augure pour la suite.

.... Or donc, comme précisé supra, Blink se retrouve de nouveau aux commandes des Exiles, comme dans l'équipe originale* de Judd Winick & Mike McKone ; cette fois-ci elle est mandatée par un nouveau superviseur (personnage que j'ai plaisir à revoir soit dit en passant), et le premier épisode lui assigne de nouveaux équipiers et nous révèle dans un cliffhanger final, l'origine de la menace. Un numéro qui va vite, joliment écrit. Javier Rodriguez y montre également toute l'étendu de son talent artistique (vu notamment sur un spin-off de la série Dr. Strange si je ne m'abuse), lequel ne sera pas pour rien dans mon envie de continuer ou pas cette nouvelle série, bref c'est très prometteur. Et roboratif.

Exile #2 : L'aventure continue, sans faiblir.
Le recrutement se poursuit, et les deux compères aux manettes font feu de tout bois pour accrocher leur(s) lecteur(s). Si la menace se précise, ce deuxième numéro se clôt sur une explosion diégétique, laquelle transforme ce singulier scénario en une approche beaucoup plus modulaire. Les planètes sont toujours alignées (contrairement à ce qui se passe dans la série ceci dit), pour que l'excellence soit au rendez-vous des prochains épisodes.

.... Véritable catalogue de ce qui nous attend (du moins est-on en droit de le supposer), ces deux premiers numéros d'Exiles ont tout pour plaire aux amateurs de distractions de qualité, à condition de ne pas s'attendre à jouer dans la catégorie « art & essai ».

(À suivre .....
__________________________
* Exile première du nom, si elle a été écrite par Winick et dessinée par McKone est aussi, dit-on, une création que l'on peut porter au crédit de deux editors de la Marvel d'alors : Mike Marts (en résidence chez AfterShock Comics depuis 2015), et Mike Raicht par ailleurs scénariste de Wild Blue Yonder [Pour en savoir +] et de L'Étoffe des Légendes      

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…