Accéder au contenu principal

La Ballade de Black Tom [Victor Lavalle]

« À H.P. Lovecraft, avec tous mes sentiments contradictoires. », cet exergue à sa novella dit bien la relation qu'entretient Victor Lavalle avec un écrivain qu'il a lu et aimé, avant de pouvoir être en mesure de comprendre que ce dernier n'était rien de moins qu'un fervent raciste. Après un rejet bien compréhensible, l'auteur de La ballade de Black Tom est en quelque sorte revenu dans le giron d'une des influences les plus notables de la culture de masse du troisième millénaire (et de son précédent, quand bien même n'a-t-il été publié de son vivant que dans des magazines), et à l'instar de Jean Rhys qui, dans La prisonnière des Sargasses, s'empare d'un des personnages secondaires du roman de Charlotte Brontë Jane Eyre, pour en faire l'héroïne du sien, Victor Lavalle s'intéresse lui à Charles Thomas Tester.

.... Corrigeant la parallaxe d'une des nouvelles de Lovecraft, Horreur à Red Hook, Victor Lavalle écrit bien plus qu'un pastiche, ou ce qu'on s'imaginerait volontiers être un règlement de comptes. Il écrit l'une des meilleures novella de la collection Une Heure-Lumière (sous l'une des plus réussies couvertures qu'Aurélien Police réalise pour elle, depuis son lancement), et certainement l'histoire d'épouvante la plus saisissante qu'il m'a été donnée de lire. Âmes sensibles s'abstenir !

Si une grande partie de l'horreur qu'on y découvre tient plus dans les faits que dans la fiction qui nous sont relatés, du moins pour une large partie de la population américaine d'alors, entendu que Victor Lavalle décrit minutieusement et superbement le New York du début des années 1920, période où Howard Phillips Lovecraft y résidait justement, petit à petit la fiction rejoint la réalité pour la dépasser, et nous laisser groggy ! 

Écrivain d'une grande élégance, Victor Lavalle ne se contente pas du terrain idéologique, mais sert une histoire et des personnages qui, je crois, sauront surprendre les plus blasés des lecteurs. La deuxième partie, au titre tout aussi nominatif que la première, entaille encore plus largement la perspective, le prouve avec brio. Une maestria que rend à merveille la traduction de Benoît Domis.

.... Écriture subtile et romanesque, La ballade de Black Tom vaut largement d'être lue pour elle-même, alors même que Lovecraft peut ne pas faire partie de vos lectures de chevet. Et seulement pour la modique somme de 9,90 € !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er