Accéder au contenu principal

La Ballade de Black Tom [Victor Lavalle]

« À H.P. Lovecraft, avec tous mes sentiments contradictoires. », cet exergue à sa novella dit bien la relation qu'entretient Victor Lavalle avec un écrivain qu'il a lu et aimé, avant de pouvoir être en mesure de comprendre que ce dernier n'était rien de moins qu'un fervent raciste. Après un rejet bien compréhensible, l'auteur de La ballade de Black Tom est en quelque sorte revenu dans le giron d'une des influences les plus notables de la culture de masse du troisième millénaire (et de son précédent, quand bien même n'a-t-il été publié de son vivant que dans des magazines), et à l'instar de Jean Rhys qui, dans La prisonnière des Sargasses, s'empare d'un des personnages secondaires du roman de Charlotte Brontë Jane Eyre, pour en faire l'héroïne du sien, Victor Lavalle s'intéresse lui à Charles Thomas Tester.

.... Corrigeant la parallaxe d'une des nouvelles de Lovecraft, Horreur à Red Hook, Victor Lavalle écrit bien plus qu'un pastiche, ou ce qu'on s'imaginerait volontiers être un règlement de comptes. Il écrit l'une des meilleures novella de la collection Une Heure-Lumière (sous l'une des plus réussies couvertures qu'Aurélien Police réalise pour elle, depuis son lancement), et certainement l'histoire d'épouvante la plus saisissante qu'il m'a été donnée de lire. Âmes sensibles s'abstenir !

Si une grande partie de l'horreur qu'on y découvre tient plus dans les faits que dans la fiction qui nous sont relatés, du moins pour une large partie de la population américaine d'alors, entendu que Victor Lavalle décrit minutieusement et superbement le New York du début des années 1920, période où Howard Phillips Lovecraft y résidait justement, petit à petit la fiction rejoint la réalité pour la dépasser, et nous laisser groggy ! 

Écrivain d'une grande élégance, Victor Lavalle ne se contente pas du terrain idéologique, mais sert une histoire et des personnages qui, je crois, sauront surprendre les plus blasés des lecteurs. La deuxième partie, au titre tout aussi nominatif que la première, entaille encore plus largement la perspective, le prouve avec brio. Une maestria que rend à merveille la traduction de Benoît Domis.

.... Écriture subtile et romanesque, La ballade de Black Tom vaut largement d'être lue pour elle-même, alors même que Lovecraft peut ne pas faire partie de vos lectures de chevet. Et seulement pour la modique somme de 9,90 € !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.