Accéder au contenu principal

Strike Back S06 : E01-02

.... Série télévisée de son temps, Strike Back applique dans sa sixième saison une stricte parité hommes/femmes, dans la distribution des rôles principaux. Elle est également placée sous l'obédience d'une scénographie vidéoludique. 

Restreint par la force des choses, et un canal émetteur-récepteur qui ne nous donnent pas la possibilité d'interagir avec le déroulement des épisodes, leur spectacle ressemble cependant à si méprendre à celui d'une partie de FPS (jeux de tir à la première personne). 

Une impression qui va d'ailleurs plus loin, lorsque les péripéties s'apparentent à l'obtention de bonus. Comme l'enfant et la voiture (du deuxième épisode). Qu'entérine le choix de terrains d'opérations très évocateurs, comme lorsqu'il s'agit d'un immeuble en ruine, ou du camp d'entraînement de l’ennemi (premier épisode).
La trame élémentaire la plus formulaire semble également présider ; ce qui n'enlève au demeurant rien à l'attrait de cette série.  Au contraire.

Captivante grâce au pouvoir d'attraction de la violence et de sa théâtralité, mais aussi grâce aux personnages qui, au travers d'un sens de l'humour affuté autant que nihiliste, compensent la crudité des missions de la Section 20.     

.... J'avais laissé tomber Strike Back après la très bonne première saison, les deux premiers épisodes de la sixième semblent sceller nos retrouvailles.


[À suivre ....]

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'Alignement des équinoxes [Sébastien Raizer]

Vous l'avez sûrement constaté, Maurice G. Dantec n'a pas publié de livres depuis quelques temps. Fort heureusement, pour les amateurs qui ont pris plaisir à lire Les Racines du Mal ou encore Babylon Babies, Sébastien Raizer vient, avec L'Alignement des équinoxes, à la rescousse des lecteurs en manque.
••• Ce roman, d'abord publié à la Série Noire, sous les auspices d'Aurélien Masson, à qui il est par ailleurs dédié, est le premier d'une trilogie, dont la lecture contentera amplement ceux qui ne voudront toutefois pas poursuive l'aventure des tomes suivants.
Néanmoins, le cœur du réacteur qui le propulse, dans lequel on trouve aussi bien Mishima, Philip K.Dick, William S. Burroughs ou encore Robert Anton Wilson, pour ne citer que les plus évidents ; dispose d'une telle puissance diégétique que je ne doute pas le moins du monde que Sagittarius et Minuit à contre-jour, les deux romans qui suivent respectivement L'Alignement des équinoxes, soient tout au…

Porté disparu [Lauren Beukes / Luc Kenoufi]

Extrait du cinquième numéro de la revue numérique de science-fiction Angle Mort, je viens de lire Porté disparu une nouvelle de Lauren Beukes, traduite par Luc Kenoufi.
       Tout en ayant déjà entendu parler de cette autrice sud-africaine, c'est en lisant un numéro anniversaire de l'hebdomadaire anglais 2000 AD, où elle y a écrit une courte histoire autour du personnage de Durham Red, que l'idée m'est venue de me pencher plus sérieusement sur son travail.

Et je n'ai pas été déçu. 

Alors même que l'inspiration de Lauren Beukes, pour la nouvelle dont il est question ici, semble reposer sur une infox (fake news), celle dite de « l'expérience de Standford », menée par Philip Zimbardo. 

       Je ne vais pas ici relater ladite expérience (dont on trouve sur l'Internet, moult descriptions), mais pour le dire rapidement, elle a démontré que tout homme, placé dans certaines situations, peut se transformer en monstre. Ou dit autrement par Thibault Le Texier «l’enf…

Survivors' Club [L. Beukes / D. Halvorsen / R. Kelly] Vertigo

Pensée a priori sur le long terme (ongoing serie) Survivors' Club ne connaitra en définitive que 9 numéros. Écrite par Lauren Beukes et Dale Halvorsen, sur une idée de départ de ce dernier, cette série, estampillée Vertigo, peut se résumer à : « Que sont devenus les protagonistes survivants des films d'horreur des années 1980 ? ».
C'est en regardant l'un des films de la série Chucky que Dale Halvorsen a commencé à réfléchir à ce qui deviendra finalement Survivors' Club. Rien d'étonnant à ce qu'un des personnages fasse justement penser à la célèbre marionnette.
En fait, chacun des personnages du Survivors' Club est une transposition d'un archétype de film d'horreur. Réunis sur un thème tout aussi connoté, la série prend tout son ampleur à partir du quatrième numéro, et s'émancipe, pour le meilleur, de son pitch liminaire. Lequel n'était pas honteux non plus.
Non pas en le reniant, mais en y apportant ce qui est à mes yeux la touche d'or…