Accéder au contenu principal

Marshal Law : The Day of the Dead

.... Publiée dans un premier temps en ligne, puis dans un format dit « à l’italienne », j'ai lu cette nouvelle dans le recueil Marshal Law : Origins (Titan Books), qui contient aussi Cloak of Evil.
The Day of the Dead, illustrée par des dessins de Kevin O'Neill et écrit par Pat Mills, s'en sort plutôt bien pour un personnage et un univers avant tout connus via la bande dessinée.
Pour avoir tenter l'aventure de super-héros passés à la prose, au travers de la collection Super-Héros du Fleuve Noir notamment, j'en avais gardé un très très mauvais souvenir (hormis ma découverte de Joe R. Lansdale qui avait écrit une excellente nouvelle : À crever de rire).

Dans le cas de The Day of the Dead, tout ce qui fait de Marshal Law ce qu'il est y est, à tel point que les illustrations de Kevin O'Neill n'ajoutent que le plaisir de revoir ce dessinateur mais absolument rien à l'intrigue à proprement dit. Mills y démontre un beau brin de plume, tout en ajoutant du background à son personnage. Marshal Law : Origins échappe donc, et de très loin au label goodies.


.... L'histoire est brève, une centaine de pages, dont 1/4 occupé par les dessins en noir & blanc d'O'Neill (là où dans le format à l'italienne ils étaient en couleurs).

On y retrouve l'humour sarcastique (lethal ejection), la déconstruction du genre (en tant qu'elle explore ses contradictions et ses ambiguïtés) : le portait de Supreme Man par exemple, les excès auxquelles les différentes mini-séries de bédé nous ont déjà habituées, et de nouvelles informations sur Marshal Law et son alter ego Joe Gilmore. Et une histoire qu'on prend plaisir à lire.

.... En bref Day of the Dead n'est en rien, pour les amateurs de la série, une lecture accessoire, mais bien un élément du « canon » (si je puis dire) du flic de San Futuro. Cependant sa brièveté et son passage à la prose, enlèvent une partie considérable de ce qui fait la réussite des BD consacrées au personnages. Si l'empreinte artistique de Kevin O'Neill sera présente à l'esprit de n'importe quel amateur de la série (et les illustrations ne manquent pas de nous l'activer), sa vision de San Futuro et de sa théorie de personnages reste irremplaçable.

.... En conclusion, je ne conseillerai de lire Day of the Dead qu’après avoir fait connaissance avec cet univers, en lisant les bandes dessinées [Pour en savoir +] que lui ont consacrées les deux compères. Et je recommanderai aux amateurs de ne pas passer à côté.    

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.

Noosphère [Audrey Pleynet]

••• Extrapolation, à un niveau bien supérieur, d'une manière de vivre que l'on connait déjà, Citoyen+ est une nouvelle, gratuite [Pour en savoir +], dont le résultat, l'achat du  roman dont je vais vous parler, apparaît en toutes lettres dans l’aliénante société qu'elle décrit.  Du moins, son mécanisme. Plus que son idée centrale, Citoyen+ saisit par la maîtrise dont elle fait preuve.
Autrement dit, cette nouvelle captive par la manière dont elle nous dit ce qu'elle a à dire.
De plus, sa chute est tout ce qu'il y a de plus réjouissant et de réussi. Citoyen+ obtient, dès sa première lecture, un Triple A™

Pour le dire autrement, ce récit m'a tellement emballé que j'ai immédiatement commandé la version numérique de Noosphère, le premier roman de son autrice, Audrey Pleynet. Et 2,99 € pour une roman de 372 pages, c'est donné.
Ainsi je ne ferais pas mystère de mon avis, Noosphère aurait pu être écrit par un auteur de la trempe d'un Michael Crichton. 
Mais…