Accéder au contenu principal

Le Club de la fin de siècle [Bethy]

.... Petit bijou commercialisé par les éditions BETHY, à la toute fin du siècle dernier, sous la houlette du directeur de publication Jean-Paul Jennequin, dont l'ami Bruce Lit a proposé un entretien [Pour en savoir +] publié sur son site, Le Club de la fin de siècle mérite toute notre attention, même vingt ans après sa traduction par le même Jennequin.

Récit intempestif, en tant qu'il ouvrait il y 20 ans, un avenir à la pensée de ceux qui l'on lu, Le Club de la fin de siècle est d'une actualité brûlante. En effet le monde dystopique qu'il décrit, les personnages qu'il met en scène trouvent une résonance encore aujourd'hui. Surtout aujourd'hui !
Toutefois ma démarche avec cette entrée de blog est plutôt d'attirer l'attention sur le travail éditorial que BETHY proposait alors. Même si aujourd'hui le paratexte qui entoure la bédé est devenu chose assez courante, la qualité de celui que BETHY ajoutait peut encore servir de modèle.
Je vous en propose en échantillonnage :


Comme on le voit, quiconque voulait franchir le pas et s'acheter cette bande dessinée, se retrouvait en terrain connu, au fait de ce que pouvait produire le 9ème art britannique, grâce à ces quelques pages, et lire, en toute quiétude, le petit chef d’œuvre intemporel d'Ilya (alias Ed Hillyer).

Lequel n'était pas en reste pour captiver n'importe quel lecteur, comme le montre ces quelques planches :

On remarquera la numérotation des pages en forme de compte à rebours

.... Truculent et plein de tendresse pour les laissés-pour-compte, visionnaire dans le sens rimbaldien du terme, Le Club de la fin de siècle est aussi une lecture très distrayante qui donne à voir des personnages très loin des marionnettes qui peuplent -parfois trop souvent- la culture de masse pop. 

Placement sûr sur le marché de nos bandes passantes respectives, elle est de ces histoires qui se relisent sans ennui, dévoilant -au contraire- de nouveaux aspects au fur et à mesure que le lecteur acquière de l'expérience.

Cette dernière n'étant comme l'a si joliment dit Bernard Blier ; « qu'un peigne que te donne la vie, quand tu es devenu chauve. ».

Un éditeur serait bien avisé de rééditer cette belle tranche de vie intempestive, augmentée de sa suite jamais parue dans l'Hexagone, et bien que propriétaire d'un des tomes de l'édition vendu par  BETHY, je n'hésiterai pas remettre au pot.
_______________
Je voudrais citer ceux sans qui cette entrée n'aurait pas été possible. Illya avec toute mon affection, Didier Pasamonik (éditeur), Jean-Paul Jennequin directeur de collection et traducteur, François Lemaire concepteur graphique, et BIGGER THE LOGO lettrage et pré-presse (?).  

Commentaires

  1. Je ne connaissais pas du tout ce titre qui semble très intéressant. Sans avoir connu les éditions Bethy pendant leur activité, j'ai néanmoins pu mettre la main ces dernières années sur Arnaque à l'arraché de Paul Pope et L'odyssée cosmique de Jim Starlin et Mike Mignola; de très beaux livres pour lesquels le soin éditorial apporté était manifeste.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'Arnaque à l'arrachée a été mon premier Paul Pope, et celui pour qui j'ai encore le plus d'affection, si je puis dire.
      Si tu en a l'occasion (et justement on le trouve à vil prix en occasion) penche-toi sur ce Club de fin de siècle, ça devrais te plaire.

      Bethy a en effet sorti quelques beaux bouquins, moins en mainstream pur et dur (je pense aux X-Men).

      Supprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …