Accéder au contenu principal

Le Club de la fin de siècle [Bethy]

.... Petit bijou commercialisé par les éditions BETHY, à la toute fin du siècle dernier, sous la houlette du directeur de publication Jean-Paul Jennequin, dont l'ami Bruce Lit a proposé un entretien [Pour en savoir +] publié sur son site, Le Club de la fin de siècle mérite toute notre attention, même vingt ans après sa traduction par le même Jennequin.

Récit intempestif, en tant qu'il ouvrait il y 20 ans, un avenir à la pensée de ceux qui l'on lu, Le Club de la fin de siècle est d'une actualité brûlante. En effet le monde dystopique qu'il décrit, les personnages qu'il met en scène trouvent une résonance encore aujourd'hui. Surtout aujourd'hui !
Toutefois ma démarche avec cette entrée de blog est plutôt d'attirer l'attention sur le travail éditorial que BETHY proposait alors. Même si aujourd'hui le paratexte qui entoure la bédé est devenu chose assez courante, la qualité de celui que BETHY ajoutait peut encore servir de modèle.
Je vous en propose en échantillonnage :


Comme on le voit, quiconque voulait franchir le pas et s'acheter cette bande dessinée, se retrouvait en terrain connu, au fait de ce que pouvait produire le 9ème art britannique, grâce à ces quelques pages, et lire, en toute quiétude, le petit chef d’œuvre intemporel d'Ilya (alias Ed Hillyer).

Lequel n'était pas en reste pour captiver n'importe quel lecteur, comme le montre ces quelques planches :

On remarquera la numérotation des pages en forme de compte à rebours

.... Truculent et plein de tendresse pour les laissés-pour-compte, visionnaire dans le sens rimbaldien du terme, Le Club de la fin de siècle est aussi une lecture très distrayante qui donne à voir des personnages très loin des marionnettes qui peuplent -parfois trop souvent- la culture de masse pop. 

Placement sûr sur le marché de nos bandes passantes respectives, elle est de ces histoires qui se relisent sans ennui, dévoilant -au contraire- de nouveaux aspects au fur et à mesure que le lecteur acquière de l'expérience.

Cette dernière n'étant comme l'a si joliment dit Bernard Blier ; « qu'un peigne que te donne la vie, quand tu es devenu chauve. ».

Un éditeur serait bien avisé de rééditer cette belle tranche de vie intempestive, augmentée de sa suite jamais parue dans l'Hexagone, et bien que propriétaire d'un des tomes de l'édition vendu par  BETHY, je n'hésiterai pas remettre au pot.
_______________
Je voudrais citer ceux sans qui cette entrée n'aurait pas été possible. Illya avec toute mon affection, Didier Pasamonik (éditeur), Jean-Paul Jennequin directeur de collection et traducteur, François Lemaire concepteur graphique, et BIGGER THE LOGO lettrage et pré-presse (?).  

Commentaires

  1. Je ne connaissais pas du tout ce titre qui semble très intéressant. Sans avoir connu les éditions Bethy pendant leur activité, j'ai néanmoins pu mettre la main ces dernières années sur Arnaque à l'arraché de Paul Pope et L'odyssée cosmique de Jim Starlin et Mike Mignola; de très beaux livres pour lesquels le soin éditorial apporté était manifeste.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'Arnaque à l'arrachée a été mon premier Paul Pope, et celui pour qui j'ai encore le plus d'affection, si je puis dire.
      Si tu en a l'occasion (et justement on le trouve à vil prix en occasion) penche-toi sur ce Club de fin de siècle, ça devrais te plaire.

      Bethy a en effet sorti quelques beaux bouquins, moins en mainstream pur et dur (je pense aux X-Men).

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er