Accéder au contenu principal

Last American [Wagner/Grant/McMahon]

.... Écrit à quatre mains, mais d'une manière inédite pour eux : John Wagner en a écrit les deux premiers numéros et Alan Grant les deux derniers. 
En effet, collaborateurs de longue date les deux scénaristes ne travailleront plus ensemble après Last American, suite à un différent antérieur, les ayant opposé sur la fin d'une histoire du Judge Dredd, écrite pour l'hebdomadaire 2000AD.

Cotitulaire du copyright sur cette mini-série de 4 numéros (avec Wagner et McMahon) qui a été commercialisée, dans un premier temps, par le label EPIC de Marvel, Alan Grant raconte volontiers une anecdote à ce sujet.

Pour toutes démarches commerciales, la maison d'éditions Marvel devait consulter McMahon, Wagner et Grant. Un Jour ce dernier reçoit un coup de fil, son interlocuteur, qui travaille pour Marvel, lui annonce que Last American a été vendue au Brésil, 20 $ la page et à l'Allemagne pour 10 $ la page. Grant lui répond qu'à son avis ce n'est pas assez cher, et lui rappelle la clause dite de « consultation » du contrat. Ce à quoi son correspondant répond que le coup de téléphone vaut pour consultation et raccroche.

Comme on le voit les contrats en matière de bande dessinée sont souvent léonins.
.... Last American tient plus de la fable que du « post-apo » burné, ce qu'explique d'ailleurs fort bien la préface de Mick McMahon. On peut d'ailleurs dire que le dessinateur est la pierre angulaire du projet.

Son style, qui n'a pas toujours eu cette apparence, et dont on peut mesurer l'évolution en lisant le premier tome de Judge Dredd : Les affaires classées également publié par la maison d'éditions DELIRIUM, puisqu'il a été le premier dessinateur à travailler sur la première histoire jamais publiée du Judge Dredd [Pour en savoir +], son style graphique disais-je, marque bien plus l'esprit que le scénario.
Traduction de Philippe Touboul
Même si ce dernier ne démérite pas, en proposant un angle inédit dans ce sous-genre, très exploité. D'autant que l'histoire se termine d'une façon satisfaisante. Un beau tour de force compte tenu du peu d'espace alloué, un peu plus d'une centaine de pages, pour raconter la fin de l'humanité et la survie du dernier homme.
Dans un "après" très anxiogène, l'humour est sauf .... enfin presque !
.... Pour 24 euros, DELIRIUM propose, comme à son habitude, un ouvrage à la qualité et à la finition irréprochables ; dans un format qui permet d'apprécier au mieux les planches de Mick McMahon. Une somme certes rondelette, mais Last American est de ses ouvrages qui se bonifient à la relectures.

Verdict : Lecture incontournable 
Cote : Trois étoiles 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.

Noosphère [Audrey Pleynet]

••• Extrapolation, à un niveau bien supérieur, d'une manière de vivre que l'on connait déjà, Citoyen+ est une nouvelle, gratuite [Pour en savoir +], dont le résultat, l'achat du  roman dont je vais vous parler, apparaît en toutes lettres dans l’aliénante société qu'elle décrit.  Du moins, son mécanisme. Plus que son idée centrale, Citoyen+ saisit par la maîtrise dont elle fait preuve.
Autrement dit, cette nouvelle captive par la manière dont elle nous dit ce qu'elle a à dire.
De plus, sa chute est tout ce qu'il y a de plus réjouissant et de réussi. Citoyen+ obtient, dès sa première lecture, un Triple A™

Pour le dire autrement, ce récit m'a tellement emballé que j'ai immédiatement commandé la version numérique de Noosphère, le premier roman de son autrice, Audrey Pleynet. Et 2,99 € pour une roman de 372 pages, c'est donné.
Ainsi je ne ferais pas mystère de mon avis, Noosphère aurait pu être écrit par un auteur de la trempe d'un Michael Crichton. 
Mais…