Accéder au contenu principal

La Ballade de Lobo

.... Guidés par des forces qui les dépassent, Keith Giffen, Alan Grant et Simon Bisley vont rétablir la balance cosmique en réinventant Lobo à l'orée des nineties. D'un côté un surfer christique, et de l'autre donc un ange de l'enfer motorisé, qu'aurait pu croiser Bisley lors d'un de ses entraînements de powerlifting (activité sportive dont le but est de soulever dans trois exercices : squat, soulevé de terre et développé couché, le poids le plus lourd en un seul mouvement). Antithèse du héraut de Galactus et synthèse d'une certaine catégorie de héros qui occuperont le devant de la scène du vedettariat de la décennie qui l'a vu renaître [Pour en savoir +], Lobo se différenciera de la majorité de ces super-héros élevés à l'hormone de croissance™ et aux anabolisants™ en vivant des aventures ouvertement satiriques.
À gauche traduction de Jacques Collin pour Comics USA*, à droite d'Ed Tourriol pour Urban Comics
Reprenant un dispositif rendu célèbre par John Dos Passos [Pour en savoir +], la première mini-série qui occupe la moitié du recueil commercialisé par Urban Comics au prix de 19 euros, prix unique du livre©, ponctue son scénario d'inserts tels que carnet de notes (de Lobo), jeux, paratextes divers, etc. Un scénario qui tient sur un ticket de métro, quand bien même personne n'utilisera ce transport en commun, et qui obligera Lobo à escorter sa propre biographe, une vieille peau acariâtre qu'il a bien connue.
Écrite à quatre mains, mais pas dessinée avec les pieds, cette histoire est indispensable à tout homme de goût, intéressé par la culture de masse de la fin du vingtième siècle.

.... L'autre mini-série, encore plus outrancière, non moi non plus je ne croyais pas cela possible, est toujours écrite de la même manière à savoir que Giffen s'occupe du scénario et Alan Grant des dialogues, mais après que les dessins soient faits, amen !  
.... La maison d'édition Urban Comics, accompagne ces 8 numéros d'une préface écrite par Jean-Marc "Jim" Lainé, qui nous dit l'essentiel sur ce qu'on doit savoir lorsqu'on ne sait rien sur le personnage.
Lobo le plus "2000AD" des personnages DC
La balade de lobo est pour vous :
• Si vous aimez la musique de sauvage
• Si vous aimez The Boys, de Garth Ennis
• Si vous croyez qu'on peut rire de tout  
_______
* Comics USA a publié en 1992 la première des deux mini-séries proposées par Urban Comics, sous le titre de Le Dernier Czarnien, et la seconde sous le titre de Lobo frappe encore, l'année suivante.

Commentaires

  1. on peur rire de tout, mais rarement avec un Czarnien énervé.

    RépondreSupprimer
  2. Avec Lobo, Game of Thrones aurait duré un épisode.
    Abrégé.

    RépondreSupprimer
  3. Le noel de Lobo reste un des mes comics ultimes!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…