Accéder au contenu principal

La Ballade de Lobo

.... Guidés par des forces qui les dépassent, Keith Giffen, Alan Grant et Simon Bisley vont rétablir la balance cosmique en réinventant Lobo à l'orée des nineties. D'un côté un surfer christique, et de l'autre donc un ange de l'enfer motorisé, qu'aurait pu croiser Bisley lors d'un de ses entraînements de powerlifting (activité sportive dont le but est de soulever dans trois exercices : squat, soulevé de terre et développé couché, le poids le plus lourd en un seul mouvement). Antithèse du héraut de Galactus et synthèse d'une certaine catégorie de héros qui occuperont le devant de la scène du vedettariat de la décennie qui l'a vu renaître [Pour en savoir +], Lobo se différenciera de la majorité de ces super-héros élevés à l'hormone de croissance™ et aux anabolisants™ en vivant des aventures ouvertement satiriques.
À gauche traduction de Jacques Collin pour Comics USA*, à droite d'Ed Tourriol pour Urban Comics
Reprenant un dispositif rendu célèbre par John Dos Passos [Pour en savoir +], la première mini-série qui occupe la moitié du recueil commercialisé par Urban Comics au prix de 19 euros, prix unique du livre©, ponctue son scénario d'inserts tels que carnet de notes (de Lobo), jeux, paratextes divers, etc. Un scénario qui tient sur un ticket de métro, quand bien même personne n'utilisera ce transport en commun, et qui obligera Lobo à escorter sa propre biographe, une vieille peau acariâtre qu'il a bien connue.
Écrite à quatre mains, mais pas dessinée avec les pieds, cette histoire est indispensable à tout homme de goût, intéressé par la culture de masse de la fin du vingtième siècle.

.... L'autre mini-série, encore plus outrancière, non moi non plus je ne croyais pas cela possible, est toujours écrite de la même manière à savoir que Giffen s'occupe du scénario et Alan Grant des dialogues, mais après que les dessins soient faits, amen !  
.... La maison d'édition Urban Comics, accompagne ces 8 numéros d'une préface écrite par Jean-Marc "Jim" Lainé, qui nous dit l'essentiel sur ce qu'on doit savoir lorsqu'on ne sait rien sur le personnage.
Lobo le plus "2000AD" des personnages DC
La balade de lobo est pour vous :
• Si vous aimez la musique de sauvage
• Si vous aimez The Boys, de Garth Ennis
• Si vous croyez qu'on peut rire de tout  
_______
* Comics USA a publié en 1992 la première des deux mini-séries proposées par Urban Comics, sous le titre de Le Dernier Czarnien, et la seconde sous le titre de Lobo frappe encore, l'année suivante.

Commentaires

  1. on peur rire de tout, mais rarement avec un Czarnien énervé.

    RépondreSupprimer
  2. Avec Lobo, Game of Thrones aurait duré un épisode.
    Abrégé.

    RépondreSupprimer
  3. Le noel de Lobo reste un des mes comics ultimes!

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …