Accéder au contenu principal

La Ballade de Lobo

.... Guidés par des forces qui les dépassent, Keith Giffen, Alan Grant et Simon Bisley vont rétablir la balance cosmique en réinventant Lobo à l'orée des nineties. D'un côté un surfer christique, et de l'autre donc un ange de l'enfer motorisé, qu'aurait pu croiser Bisley lors d'un de ses entraînements de powerlifting (activité sportive dont le but est de soulever dans trois exercices : squat, soulevé de terre et développé couché, le poids le plus lourd en un seul mouvement). Antithèse du héraut de Galactus et synthèse d'une certaine catégorie de héros qui occuperont le devant de la scène du vedettariat de la décennie qui l'a vu renaître [Pour en savoir +], Lobo se différenciera de la majorité de ces super-héros élevés à l'hormone de croissance™ et aux anabolisants™ en vivant des aventures ouvertement satiriques.
À gauche traduction de Jacques Collin pour Comics USA*, à droite d'Ed Tourriol pour Urban Comics
Reprenant un dispositif rendu célèbre par John Dos Passos [Pour en savoir +], la première mini-série qui occupe la moitié du recueil commercialisé par Urban Comics au prix de 19 euros, prix unique du livre©, ponctue son scénario d'inserts tels que carnet de notes (de Lobo), jeux, paratextes divers, etc. Un scénario qui tient sur un ticket de métro, quand bien même personne n'utilisera ce transport en commun, et qui obligera Lobo à escorter sa propre biographe, une vieille peau acariâtre qu'il a bien connue.
Écrite à quatre mains, mais pas dessinée avec les pieds, cette histoire est indispensable à tout homme de goût, intéressé par la culture de masse de la fin du vingtième siècle.

.... L'autre mini-série, encore plus outrancière, non moi non plus je ne croyais pas cela possible, est toujours écrite de la même manière à savoir que Giffen s'occupe du scénario et Alan Grant des dialogues, mais après que les dessins soient faits, amen !  
.... La maison d'édition Urban Comics, accompagne ces 8 numéros d'une préface écrite par Jean-Marc "Jim" Lainé, qui nous dit l'essentiel sur ce qu'on doit savoir lorsqu'on ne sait rien sur le personnage.
Lobo le plus "2000AD" des personnages DC
La balade de lobo est pour vous :
• Si vous aimez la musique de sauvage
• Si vous aimez The Boys, de Garth Ennis
• Si vous croyez qu'on peut rire de tout  
_______
* Comics USA a publié en 1992 la première des deux mini-séries proposées par Urban Comics, sous le titre de Le Dernier Czarnien, et la seconde sous le titre de Lobo frappe encore, l'année suivante.

Commentaires

  1. on peur rire de tout, mais rarement avec un Czarnien énervé.

    RépondreSupprimer
  2. Avec Lobo, Game of Thrones aurait duré un épisode.
    Abrégé.

    RépondreSupprimer
  3. Le noel de Lobo reste un des mes comics ultimes!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er